Restauration de patrimoine historique au Château de la Gruzalière

Interview d'Alexis Allard, spécialiste de la restauration du patrimoine

restauration du château de la Gruzalière

Restauration d’un monument historique : maçonnerie à la chaux et restauration de la pierre de taille

A Iteuil (dpt 86), Henri IV aurait dormi…au château de la Gruzalière…qui vient d’être restauré par une maîtrise d’ouvrage privé. Le projet a été élaboré par l’agence CGart architectes, spécialiste de la restauration du patrimoine. La réalisation des lots maçonneries/second-œuvre a été confiée à l’entreprise Domus Ars qui intervient régulièrement sur des ouvrages emblématiques de la Charente limousine, du Périgord et de la Dordogne. Visite guidée.

Interview de Alexis Allard, dirigeant de l’entreprise Domus Ars, par BCB, en octobre 2020

 

Restauration des façades à la chaux Tradical® - Domus Ars entreprise

Restauration des façades à la chaux Tradical® – Domus Ars entreprise

 

BCB : Le Château se situe dans un parc d’une centaine d’hectares avec beaucoup de bois. On y arrive par un long chemin bordé d’une haie de tilleuls plusieurs fois centenaires. Le cadre est scénographié et l’arrivée magnifique. Mais quel était l’état des lieux ?

Alexis Allard (Domus Ars) : Ce château est resté inhabité pendant très longtemps. Donc charpente couverture et maçonnerie était dégradées. Les maîtres d’ouvrages souhaitaient tout remettre en état en préservant le site et le cachet de l’édifice. Les différents corps d’état ont été menés de front. Domus Ars assumant la restauration des maçonneries et le nouvel agencement intérieur.

Notre intervention intégrait également la création de nouvelles chambres mansardées dans les combles, la recréation ou création de toutes les salles de bains, les sols et cuisines aménagées. A chaque fois avec la volonté d’utiliser le matériau le plus en phase avec le lieu.

Par exemple, pour les sols, la pierre est issue d’une carrière aux environs de Poitiers. Et c’est l’escalier existant qui nous a servi de référence pour retrouver la qualité initiale.

 

MODIFIER LA CIRCULATION INTÉRIEURE

 

BCB : Dans cet enjeu de la restauration s’est immiscé la possibilité de modifier la circulation intérieure.

AA : Ce château est en forme de L. Avec la particularité d’avoir en Rdc à l’intersection de ses 2 ailes un rocher de 90 m3. Il fait partie de la construction mais empêchait le passage d’une aile à l’autre sur ce niveau. Donc la communication entre les 2 parties du château se faisait par l’étage.

Le projet de l’agence d’architectes CGart à la maîtrise d’œuvre consistait à supprimer cette contrainte et donner ainsi une toute autre possibilité d’occuper les lieux et de s’y déplacer.

 

BCB : Mais comment supprime-t-on 90 m3 de rocher ?

AA : Sur ce patrimoine, on ne peut pas utiliser l’outillage habituel. Il faut impérativement limiter les vibrations. Donc on procède avec des grignoteuses, avec des scies également.

Et il a fallu éventrer la façade pour accéder plus facilement à ce rocher. Cela a généré de la reprise en sous-œuvre.

On en a profité pour créer 2 ouvertures neuves en façade, on ne les distingue plus maintenant tant elles sont bien intégrées. C’est la partie ardue du chantier. Mais le bénéfice est conséquent puisque en disposant d’un espace supplémentaire facilitant la circulation intérieure, l’habitabilité est améliorée. Ces mètres carrés gagnés se répartissent entre la création d’une nouvelle cage d’escalier démarrant en Rdc, un accès couloir et un vestiaire/sanitaire.

Une lumière naturelle très présente pour éclairer ce grand volume

Une lumière naturelle très présente pour éclairer ce grand volume

 

RESTITUER LA QUALITÉ DES FINITIONS DANS LE CADRE PATRIMONIAL

 

BCB : Le gain en m² se traduit également par un nouveau volume à habiller.

AA : Nous avons croisés nos références :

  • Pour une part, au niveau moyen technique, nous nous sommes inspirés du principe d’un revêtement en place. A savoir un vieux plâtre présent sur les murs, comme cela se faisait au 19è s., imitant grossièrement la pierre de taille.
  • Et pour une autre part, au niveau esthétique, la maîtrise d’œuvre a validé le rendu de pierres de taille présente sous un escalier

 

Donc sur les murs montés en moellons, on réalise un dégrossi sur lequel ensuite est appliqué notre enduit à la pierruche (mortier Tradical® PF 60 + poudre de pierre) avec la création d’un appareillage type pierre. On le retravaille avec les outils de taille de pierre pour créer une texture, au chemin de fer par exemple. Ensuite la surface est moirée pour donner une patine naturelle, on adoucit la surface, on restitue une usure.

Nous avons réutilisé cette technique de la pierruche pour les soffites, avec la création d’appareillages et mis en place également des enduits de chaux aérienne classiques sur certaines parties.

 

COMMENT RÉPARER DES MAÇONNERIES ?

 

BCB : Nous venons d’aborder le sujet de la création d’un nouvel espace intérieur permettant de repenser la circulation intérieure. L’autre aspect conséquent abordé lors de cette restauration a été la réparation des maçonneries. Comment définissez-vous les endroits nécessitant une intervention ?

AA : Cela demande au préalable, un bon repérage, un bon diagnostic des murs. Et cela implique de l’expérience. Il faut détecter les déformations de maçonneries qui servent alors de repères. Et cette phase-là se fait bien en amont du démarrage d’un chantier, parce qu’elle détermine la nature des travaux à programmer et donc les budgets. Nous pouvons répondre précisément avec l’architecte du patrimoine, ici l’agence CGart (avec laquelle nous travaillons depuis très longtemps), à notre client ou futur client sur la nature des travaux à mener et sur leur ampleur.

 

BCB : En quoi consiste ce type de réparation de maçonneries ?

Il y a une partie remaillage lorsque le montage de la maçonnerie est détérioré localement. Mais nous avons surtout des coulis à réaliser lorsque le mortier de chaux ne lie plus les moellons ou les pierres de taille et qu’il peut y avoir risque d’affaissement des parois.

On procède alors en révisant tous les joints pour être sûr que le coulis ne sorte pas de la paroi, Et puis on refait des trous aux endroits stratégiques. On commence à déverser la préparation Tradical® Bâtir + Eau au niveau n+1, quand il y a débordement au niveau zéro par les trous témoins, on les bouche, on sait alors que la préparation a cheminé correctement dans la maçonnerie pour combler les manques, nous faisons cela de manière très systématique. Je restitue l’intégrité des maçonneries en faisant ces coulis,

« Je restitue l’intégrité des maçonneries en faisant ces coulis »

 

 

RÉALISATION D’ENDUITS À PIERRES VUES POUR L’EXTÉRIEUR

 

BCB : Comment avez-vous procédé pour la restauration des façades ?

AA : Du fait de l’état général du revêtement, on a tout décroûté. Ce bâtiment a été construit sur différentes périodes, remanié, donc on a mis au jour des maçonneries hétérogènes au niveau montage et matériaux. L’option enduit à pierres avait été retenue. Donc dans ce cas, la tâche est compliquée parce qu’on est en présence de moellons de types très différents. Certains présentent davantage d’arêtes, d’autres sont plus arrondis…Alors pour réaliser malgré tout un rendu cohérent, on n’a laissé apparaître la pierre qu’avec parcimonie.

 

BCB : Quel était le mode opératoire pour réaliser cet enduit à pierres vues ?

AA : On a réalisé une couche appliquée en 2 passes, avec dans un premier temps un remplissage de fond de joint, puis application à l’avancement de la finition. Le fait d’être en 2 passes avec la chaux Tradical® PF 80 nous permet de rester parfaitement homogène quant au matériau et sur des épaisseurs cohérentes à chaque fois. Nous évitons les surépaisseurs sur la 2ème passe pour nous assurer d’une réalisation de qualité.

 

BCB : Quand on aborde l’enduit de finition : sable, couleur et granulométrie sont à chaque fois des éléments à définir…

AA : On a choisi un sable de carrière non lavé, dans lequel nous ajoutons des éléments dont des terres naturelles colorantes, pour disposer d’un mélange de granulométrie 0/4. Il a fallu réaliser plusieurs échantillons pour valider à la fois la coloration et le niveau d’affleurement de l’enduit à pierres vues, par rapport à cette problématique de l’hétérogénéité des moellons.

Et un tel enduit est appliqué manuellement, donc on peut facilement imaginer le caractère chronophage de cette phase chantier.

 

PRÉSERVATION ET RÉPARATION DES PIERRES DE TAILLE ET DES PIERRES SCULPTÉES

 

BCB : Quel niveau d’intervention a été déployé pour répondre au besoin d’entretien du registre décoratif en pierre ?

AA : Même si globalement l’ensemble des pierres de taille était relativement bien conservé, il a fallu de toute façon au minimum, nettoyer les pierres et les reminéraliser. Nous avons fait une « révision » complète, des lucarnes en toiture jusqu’à l’ensemble des ouvertures et modénatures.

Dans certains cas, nous avons dû faire des greffes de pierre, retoucher ou restaurer à la pierruche (mortier de réparation de la pierre composé de poudre de pierre et de Tradical® PF 60)

Lorsqu’il a fallu remplacer des pierres, nous avons fait les dégrossis en atelier, et affiné l’ouvrage sur chantier. C’est le procédé classique de la taille de pierre. Dans ce cadre, c’est ma responsable d’atelier, tailleuse de pierre, qui gère cette phase. Ensuite sur site, l’ensemble de mes maçons est à même d’intervenir pour finir l’ouvrage, y compris les patines.

Point très positif, les pierres sculptées avec des motifs floraux, des grappes de raisins ou des petites bêtes par exemple étaient très bien conservées.

 

CRÉATION D’OUVERTURE AVEC ENCADREMENT EN PIERRE

 

BCB : Sur ce chantier de restauration, il y a en fait aussi de la création pierre de taille.

AA : Effectivement, au niveau de la pièce qui a pris place là où se situait initialement le rocher que nous avons supprimé, nous avons créé une ouverture dans le respect des proportions et du registre décoratif du château.

Il a fallu prendre toutes les précautions d’usage avec un étaiement de l’ouverture créée pour éviter tout affaissement de la paroi.

 

UN CADRE ARCHITECTURAL RESTITUÉ

 

AA : Globalement, on a utilisé les techniques habituelles de la restauration et comme nous l’avons vu, le changement de morphologie du Rdc a occupé beaucoup de place dans notre planning chantier.

L’ensemble des travaux a requis plus de 10000 h d’intervention pour plusieurs compagnons sur 2 années de chantier pour livrer un ouvrage bénéficiant de toutes les commodités de notre siècle, dans le respect du cadre initial. Nous avons ajouté une strate à la suite des nombreuses évolutions vécues par le Château de la Gruzalière.

« Nous avons ajouté une strate à la suite des nombreuses évolutions vécues par le Château de la Gruzalière. »

Livraison du chantier avec ses façades restaurées à la chaux aérienne

Livraison du chantier avec ses façades restaurées à la chaux aérienne

 

FICHE CHANTIER CHÂTEAU DE LA GRUZALIÈRE

 

LES ACTEURS

Maîtrise d’ouvrage : privée

Maîtrise d’œuvre : CGart : CGart architectes

Entreprise : Domus Ars – 100 Rue Jean Jaurès, 16600 Magnac-sur-Touvre – http://www.domusars.fr/

 

LIEU : Iteuil

DATE DE LIVRAISON : 2020

APPLICATIONS

  • Coulis de confortement : Chaux Tradical® Bâtir + eau
  • Maçonnage : Chaux Tradical® Bâtir + sable local
  • Sous-enduit : avec la chaux Tradical® Bâtir + sable
  • Pierruche (Fausse pierre) : avec la chaux Tradical® PF 60 + poudre de pierre
  • Enduit de finition extérieur : avec la chaux Tradical® PF 80

 

LES CHAUX

  • Tradical® PF 80, chaux de classe FL A 2),
  • Tradical® Bâtir, chaux de classe FL A 3.5)
  • et Tradical® PF 60, (ou Tradical® Reparoc), chaux de classe FL A 5

sont des chaux conforment à la norme européenne des chaux de construction NF EN 459. Elles contiennent le plus fort taux de chaux aérienne du marché.

 

CREDITS PHOTOS / Domus Ars et BCB Tradical®

 

Votre contact pour aller plus loin : 

Charles PASCAL, conseiller technique Tradical® , tél 06 25 13 64 79 , mail : charles.pascal@lhoist.com

libero. mi, Donec efficitur. venenatis massa velit, leo. felis accumsan odio