Portrait express : entreprise Roste

L'entreprise Roste en trois générations

Romain Roste a démarré en tant qu’apprentis dans l’entreprise de son père, qu’il a reprise pour devenir de facto le plus jeune chef d’entreprise à 22 ans, Bruno Roste (le père) en devenant salarié à 57 ans. Cela s’appelle PRÉVOIR et TRANSMETTRE. L’entreprise Roste en est ainsi à sa 3ème génération.  

 

Interview de Bruno et Romain Roste, entreprise Roste,  par BCB, le 10 04 2020
Dans les rôles principaux : Bruno le père, Romain le fils. 

 

Bruno Roste avait déjà son entreprise de maçonnerie très jeune. Il avait démarré son apprentissage à 15 ans et demi. Avec à la clé un CAP en 77, date d’ouverture du CFA Pont Ste Marie dans l’Aube. Avec comme ligne d’enseignement correspondant à son intérêt professionnel : le savoir-faire appliqué au patrimoine des particuliers.

 

BCB : Raconter nous l’évolution de l’entreprise Roste, qui est aussi une histoire de famille… 

Bruno Roste : Dans les années 70/75, la structure comprenait 3 personnes (1 dirigeant et 2 salariés)

À l’époque où mon père travaillait dans le bâtiment, lui aussi et pour la 1ère génération Roste, après la guerre, c’était le ciment qui était le matériau de tous les jours.

Quand j’ai pris la suite, nous avons évolué vers un autre type de marché avec des rénovations de maisons pans de bois par exemple, avec l’utilisation de briques à l’ancienne ; on réalise également des réagencements d’intérieur, des reprise en sous-œuvre…

 

« Notre crédo : travailler avec des produits authentiques »

Notre équipe s’est agrandie avec l’intégration d’un apprenti, parce que transmettre est essentiel. Et nous nous sommes orientés vers des chantiers de taille raisonnable pour pouvoir les gérer sans sous-traitance.

 

En ce moment, comme chantier type par exemple, nous rénovons une maison à Bar s/Seine avec réparation du soubassement, des pans de bois et réfection de la façade.

 

« Tous les chantiers sont différents et uniques.
Nous n’intervenons plus dans le neuf depuis 15 ans ».

 

BCB : Au-delà du cœur de métier, vous avez porté votre attention sur l’aspect gestion…  

BR : C’est vrai, j’évoque notre métier de maçon, mais en fait la partie administrative est très importante, et sur ce point j’ai été vigilant quant aux compétences à acquérir. Car dans l’entreprise de mon père, je me rappelle que c’était presque un handicap, alors que tout le monde était très pro et compétent sur le terrain. Donc j’ai acquis les connaissances nécessaires dans ce domaine. Et cela m’a permis d’être en plus de mon activité d’entrepreneur, trésorier et administrateur depuis vingt ans à la Capeb de l’Aube. Structure qui s’est engagé très vite à apporter à ses adhérents toutes les connaissances requises au niveau comptabilité par exemple avec les formations adaptées à la maîtrise des outils informatiques.

 

BCB : Quelles sont les orientations prises pour l’entreprise Roste 3ème génération ?

B&RR : Romain détient à ce jour 25% des parts de l’entreprise et deviendra majoritaire prochainement. Donc la transition se fait progressivement avec la volonté de rester sur une échelle artisanale pour que cela tourne bien. On reste sur un fonctionnement avec Zéro sous-traitant. On fonctionne par le bouche à oreille et on dispose à ce jour de 9 mois de projets déjà calés.

 

« Notre offre : c’est un chantier pour la vie »

BCB : Nouveau dirigeant signifie peut être nouvelles envies ou nouvelles compétences ?

B&RR : L’entreprise a élargi ses compétences au travers de formations spécifiques permettant d’acquérir la Qualification CIP Patrimoine qui met en valeur le savoir des maçons dans le bâti ancien. Nous y avons notamment préparé et présenté 3 dossiers concernant des ouvrages antérieurs à 1940 devant un jury de spécialistes comprenant l’ABF de l’Aube et un délégué de la Fondation du Patrimoine.

 

RR : J’ai un CAP maçon et un bac pro « intervention dans le patrimoine bâti », que j’ai complétés par des cours sur la gestion d’entreprise. En plus de ces diplômes de l’IUMP, j’ai fait connaissance dans cet institut de Gilbert Riccordo, meilleur ouvrier de France en fumisterie. Gilbert m’a fait découvrir les escaliers en voûte sarrasine dont il est un des spécialistes, en 2014. Et  cela s’est concrétisé notamment par un chantier en 2018 avec la réalisation d’un escalier à double révolution pour desservir d’un côté une chambre et de l’autre un grenier…Mon apprentissage porte ses fruits.

À la sortie de l’IUMP, j’ai rejoint l’entreprise

 

BCB : les chantiers présentés montrent d’autres centres d’intérêt… 

B&RR : On a d’autres envies, et cela s’est concrétisé avec une formation « four à pain » donnée par une association à Fontenay sous-bois, pour apprendre à faire le cœur d’un four à pain. Et on met occasionnellement en application ce savoir passionnant. Nous présentons ces compétences lors de salons, et on peut répondre à des demandes comme vous le constatez. Et pour l’anecdote sur ce type d’ouvrage, on fait procéder à une extension d’assurance car le four à pain est considéré comme un four industriel…!

 

BCB : Quelle sera votre prochaine actualité chantier ? 

B&RR : On intervient sur une longère où l’on remplace le torchis entre pans de bois par du béton de chanvre. Pour une écurie de château, on crée de nouvelles parois à l’identique de la partie construite pour fermer une partie ouverte du bâtiment…

 

Dans tous les cas de figure, on s’applique des règles strictes de restauration pour qu’il n’y ait pas de problèmes de chantier. Et pour cela on accorde une part importante à l’analyse des pathologies ; on détecte les désordres, les causes, pour apporter des réponses qui vont durer dans le temps. Et sur notre région, entre les ouvrages en silex, le bois des structures, la gestion des remontées capillaires et la conservation de la perméance des parois, l’habitat patrimonial nous fournit toutes les occasions possibles pour déployer notre maîtrise de nos matériaux de prédilections que sont les briques, la chaux aérienne, les torchis et les bétons de chanvre.

 

« On se développe pour toujours se distinguer sur notre marché »

 

L’entreprise Roste

 

Crédit photo : ©entreprise Roste

 

Découvrir les 4 autres interviews de l’entreprise Roste

 

Votre contact pour aller plus loin

accumsan tempus Nullam ut dolor. diam nec luctus vulputate,