Performance thermique en bâti ancien

Information supplémentaires
Client: MOA privée
Date: 2021
Localité: Le Boulai
Maitre d’œuvre: Jean-Marc Naumovic architecte
Entreprise: Pi-Œuvre
Catégorie: ecorenovation-maison-individuelle

Ce que nous avons réalisé

Rénovation extension d'une maison traditionnelle en Anjou. Ou comment apporter de la performance thermique en bâti ancien.

Nous vous avons présenté l’intervention de l’entreprise Pi-Œuvre en Mai pour ce même chantier. Maintenant la rénovation extension est quasiment terminée. Nous revenons sur place avec l’interview de la maîtrise d’ouvrage qui retrace ses engagements pour cette maison classé « Maison de caractère », en Anjou. Le lieu est désormais habité et permet un nouveau retour d’expérience concernant la performance thermique en bâti ancien, apportée par le béton de chanvre.

 

Interview mars 2021 et septembre 2021, par BCB.
La maîtrise d’ouvrage sera dénommée « MOA Le Boulai » dans l’article.

Faire le choix de la rénovation et des biosourcés

BCB : Pourquoi s’engager dans l’achat et la rénovation d’une maison ? Quel a été l’élément déclencheur ?

MOA Le Boulai : J’ai fait une formation OPEC (Ouvrier Professionnel Eco Construction). J’y ai compris l’importance de la construction bioclimatique, la qualité des matériaux écologiques. Je ne pouvais plus habiter dans une maison qu’on avait fait construire 5 ans auparavant sur un principe conventionnel BBC. Elle était très confortable, c’était une belle maison avec plancher chauffant…

Sauf que lors du 1er épisode caniculaire, en Juin 2017, la température extérieure était de 39°C. Et que cela s’est traduit dans notre maison par une température de 32 °C sous les combles, à l’étage, là où se situaient les chambres. Nous n’avions pas de climatisation parce que nous vivons dans une région qui n’est pas ancrée dans cette habitude de rafraichissement de l’habitat. Cela m’a marqué, et je me suis dit que ce n’était plus possible de vivre dans notre maison dans ces conditions de surchauffe et d’inconfort, même ponctuellement.

Autre facteur déclencheur, ma passion pour l’habitat ancien dans lequel j’ai longtemps vécu. Et pour faire la jonction avec la notion de confort, je souhaitais de nouveau vivre dans de l’ancien et le rénover pour qu’il soit performant. En bénéficiant de toutes les connaissances acquises lors de ma formation.

Repenser la configuration du bâti ancien pour gagner en confort et performance thermique

BCB : Comment a été envisagé la rénovation au niveau conception ?

MOA Le Boulai : Nous avons trouvé la maison et le cadre qui nous convenaient. Il s’agit d’un ancien relais de chasse classé Maison de caractère. Nous avons su tout de suite qu’il fallait y adjoindre une extension. La bâtisse est composée en 3 corps : la partie principale de l’habitation, une petite partie centrale et une « excroissance » aux dimensions inhabituelles et difficilement exploitables de 9 (L) x 2 (l) x 1.95 (H) m.

Nous avons missionné l’architecte JM Naumovic, spécialiste de l’architecture bioclimatique et des matériaux biosourcés pour nous apporter des pistes et soumettre notre permis de construire.

 

Cela s’est traduit par la création d’une extension s’appuyant d’une part sur le mur extérieur de la partie 9 x 2 m et d’autre part sur la façade Est de la maison, pour constituer un nouvel espace ouvert de 60 m².  Nous avons implanté sur la façade nord de l’extension une grande bais vitrée pour avoir un regard sur la piscine. Et sur la façade nord de l’habitat principal, nous avons remplacé une porte traditionnelle par une porte fenêtre, là aussi pour disposer d’une vue sur la piscine. Tout simplement pour une question de sécurité vis-à-vis de ce bassin.

Jean-Marc Naumovic a profité de la création de cette extension pour procéder à une surélévation de cette partie, car la hauteur initiale de 1.95 m était insuffisante. Ainsi la hauteur du mur est passée à 2.8 m (plafond intérieur jusqu’à 3,8 m). Ce qui a permis d’implanter dans les 85 cm gagnés de nouvelles fenêtres sur une trame rappelant l’existant. L’opération nous garantissait un gain conséquent quant à la luminosité intérieure de notre nouvelle pièce.

Les solutions pour disposer d'une vraie performance thermique en bâti ancien, en toutes saisons

BCB : Comment s’est traduit votre volonté d’utiliser des matériaux biosourcés ?  

MOA Le Boulai : Nous avons fait le choix du béton de chanvre pour ses performances d’isolation hiver comme été. Nous l’avons prévu pour la dalle, les murs neufs de l’extension, le doublage intérieur des murs existants et la toiture neuve de l’extension.

Pour la toiture existante qui était en bon état, et pour laquelle il n’était pas question d’enlever les ardoises, projeter le béton de chanvre puis remettre les ardoises, nous avons opté pour de la laine de coton, à poser par l’intérieur.

 

BCB : En dehors de la construction même de l’extension, êtes-vous intervenus sur le gros œuvre ?

MOA Le Boulai : Oui, pour réaliser la dalle isolante en béton de chanvre. Il a fallu décaisser le sol de la partie existante sur 50 cm d’épaisseur, en cassant la dalle béton classique et son carrelage. Nous en avons profité pour poser un drain périphérique intérieur qui redirige l’eau vers le drain périphérique extérieur que nous avons également implanté.
Comme cela est indiqué dans les règles professionnelles relatives au béton de chanvre, nous avons mis en place un empierrement ventilé tant dans la partie ancienne que dans l’extension. Les fenêtres, portes-fenêtres, baies vitrées sont en doubles vitrages. Nous avons également participé activement au chantier en construisant les murs ossature bois, le charpentier n’a fait que la charpente sur poteaux.
Le reste des interventions concernait le second-œuvre

Les différentes phases du chantier béton de chanvre

BCB : Par quel préalable deviez-vous passer avant de procéder à l’isolation des parois ?

MOA Le Boulai : La maison avait fait l’objet d’une grosse rénovation dans les années 80. Avec la mise en place de cloisons en brique de 5 cm. Nous avons tout cassé pour revoir la distribution.

Nous avons également décroûté les murs porteurs, tant côtés extérieurs qu’intérieurs. Les murs étaient plutôt en bon état bien que recouverts de ciment au niveau des soubassements. Et là, on sait ce que cela génère. Ainsi les pierres de tuffeau constituant les soubassements des colombages, présents ponctuellement dans le système constructif, étaient trempées et fragilisées. Les bois avaient également souffert. Il en allait de même pour les encadrements de tuffeau. Mais le fait de laisser l’ensemble à l’air libre a permis à ces éléments de se stabiliser et de recouvrer un taux d’humidité approprié.

 

BCB : Le béton de chanvre, est-ce facile ?

MOA Le Boulai : L’intérêt est qu’il s’adapte parfaitement à toutes les configurations qu’on va rencontrer sur un bâti ancien. Les matériaux y sont multiples, les géométries et planéités variées et variables. Et ces aspects ne sont jamais source de problèmes. On peut facilement rattraper les niveaux et les verticales. Avec la projection mécanique du matériau on avance sur l’ouvrage, qu’il s’agisse de la dalle, des murs ou de la toiture. Pas de pare-vapeur à poser, pas de futurs points de rosée à anticiper.

Pour les temps de séchage, il faut mettre en place un planning. Cela permet de continuer le chantier sans coup d’arrêt. L’entreprise Pi-Œuvre a projeté le béton de chanvre en novembre qui n’est pas le mois le plus propice pour faciliter le séchage. Donc nous avons veillé à ce que la ventilation naturelle du bâtiment se fasse presque tous les jours, sauf par grande pluie, pour que le séchage soit efficace. Bien qu’on soit en hiver, on aurait pu faire les sous-couches des enduits en décembre. Nous les avons décalés car l’entreprise n’était pas disponible sur cette période. En tous cas nous n’avons eu aucun souci de prise ou de séchage malgré la période peu clémente à laquelle nous avons fait le béton de chanvre.

Et après l’isolation de la toiture de l’extension, nous avons mis en place tout le drainage périphérique, isolé la toiture existante du bâti principal et posé la couverture de tuiles plates sur la toiture de l’extension. Donc nous étions bien occupés pendant le séchage du béton de chanvre !

Les aides financières pour la rénovation

BCB : Avez-vous pu profiter des aides financières pour la rénovation thermique de votre maison ?

MOA Le Boulai : Comme il s’agit d’un projet global de rénovation thermique, plusieurs types de travaux sont en jeu. Nous nous sommes contentés de mettre dans notre demande de financement les menuiseries, le chauffage et le chauffe-eau thermo-dynamique. Le prêt Eco PTZ nous a été accordé rapidement. En fait le long travail de constitution du dossier commence par la demande des devis aux entreprises, qui doivent aussi remplir des formulaires.

Vouloir intégrer le béton de chanvre dans une demande de financement n’est pas forcément une bonne idée quand vous avez majoritairement du doublage comme dans notre cas. Pour cette application, 15 cm de chaux chanvre suffisent, alors que pour recevoir un avis favorable, il faudrait mettre une épaisseur bien plus importante mais inutile en terme d’efficacité et pour un budget plus important. (ndlr : alors que pour une application mur pan de bois ou mur, la demande peut se justifier). À noter : nous avons pu intégrer la prestation de l’architecte qui a été prise en compte dans notre demande de prêt à taux zéro.

À contrario, notre demande de financement via Ma Prim’Renov ne nous a apporté qu’une aide limitée, env. 10% du montant engagé. Parce que l’aide est fortement conditionnée aux revenus disponible.

Un nouveau retour d'expérience de la performance thermique en bâti ancien

BCB : Vous occupé votre maison maintenant, comment s’est passé l’été ?

MOA Le Boulai : Nous avons bénéficié de températures plus clémentes que les années précédentes, mais il a fait quand même jusqu’à 30 °C. Et notre intérieur n’a jamais dépassé les 24 °C dans la partie extension. Il faisait plus frais dans la partie ancienne. Cela laisse augurer des performances encore meilleures pour l’avenir car le béton de chanvre donne toute sa mesure à partir de la 2ème année de mise en place.

La prochaine période hivernale va nous permettre de tester le comportement de notre maison au froid. Un unique poêle de 6 KW est prévue pour chauffer nos 200 m², en sachant que notre chauffagiste local connait parfaitement son sujet. Son accompagnement était précieux pour déterminer la puissance la mieux adaptée à notre maison.

Nous avons hâte de goûter au confort de notre nouvel intérieur en période froide, en Anjou.

Fiche chantier Le Boulai - Isolation béton de chanvre

  • Lieu : Le Boulai (49 – FR)
  • Durée du chantier : 12 mois
  • Date livraison : 2021
  • MOA : privée
  • Maîtrise d’Œuvre : JM Naumovic

 

Applications biosourcées

Béton de chanvre Tradical® en application DOUBLAGE & MURS ISOLANTS / CHAPE ISOLANTE / TOITURE ISOLANTE : avec la chaux Tradical® Thermo + la chènevotte Chanvribat®

  • Doublage isolant : 180 m2 en 15 cm
  • Murs neufs isolants : 57 m2 en 28 cm
  • Sol isolant : 120 m2 en 15 cm
  • Toiture isolante : 90 m2 en 28 cm

 

  • Le couple chaux chanvre Tradical® Thermo + Chanvribat® est validé par Construire en chanvre. Il est conforme aux exigences performancielles des Règles Professionnelles d’exécution des ouvrages en béton de chanvre
  • Tradical® Thermo est une chaux de classe FL A 3,5 selon la norme européenne des chaux de construction NF EN 459
  • Chanvribat® est un chanvre labellisé Granulat Chanvre Construction
  • Ce couple chaux chanvre bénéficie d’une résistance au feu EI 240. C’est la meilleure possible et qui confère au Béton de Chanvre Tradical® un véritable rôle de sécurité incendie

 

Application enduit traditionnel

  • Intérieur : enduit à la chaux Tradical® Bâtir + sable local.
  • Extérieur : enduit à la chaux : Tradical® PF 80 + sable local.
  • Les chaux Tradical® Bâtir et Tradical® PF 80 répondent à la norme européenne des chaux de construction NF EN 459. Tradical® Bâtir est une chaux de classe FL A 2. Tradical® PF 80 est une chaux de classe FL A 2.

 

Performance thermique en bâti ancien

1er retour d’expérience pour cet ouvrage grâce au relevés réalisés cet été en Août 2021 :
Température extérieure : 30°C / température intérieure : 24°C (zéro climatisation bien sûr)
A noter que la température intérieure sera encore mieux régulée pour les prochaines saisons. La performance est optimisée à partir de la 2ème année. 

 

Crédits photos

  • ©Pi-Œuvre et BCB

 

Pour aller plus loin

Découvrez également les articles complémentaires dans notre rubrique d’actualité

  1. La mise en œuvre du béton de chanvre sur ce chantier : Enveloppe globale en béton de chanvre pour un patrimoine performant
  2. Portrait d’entreprise : Pi-Œuvre – Spécialiste de l’isolation au chanvre

 

Pour les contacts

accumsan risus. ante. quis, venenatis, Donec Donec mi, Aenean