La liberté de créer avec le béton de chanvre

Maison béton de chanvre

C’est la 3è maison que réalise Nicolas Canton. Il nous relate ce chantier : contexte, proposition, son choix de construire en béton de chanvre, et ses pistes d’amélioration.

Intervention de Nicolas Canton lors de la 9ème Rencontre Tradical® qui se tenait à Bordeaux en Juin 2019,  restitué par BCB

 

Nicolas Canton (NC) : Il s’agit d’un projet de maison ossature bois + béton de chanvre, qui va être livré en Juillet/Septembre 2019. On en est actuellement au stade des finitions. C’est un projet réalisé avec Céline Finzinger architecte qui est basée dans le Lot. L’entreprise de maçonnerie qui a fait la projection du béton de Chanvre est celle de Quentin Benoit, Arpège Rénovation.

 

Le projet architectural

NC : On se situe en petite périphérie de Nérac, dans un contexte assez libre finalement. La cliente a le terrain le mieux orienté  et le mieux placé. Sa demande de départ : « me construire une villa moderne, blanche ». Elle nous avait montré des exemples de villas californiennes des années 80/90. De par le contexte, de par la demande, on était assez libre de proposer une architecture peu impactée par le contexte, pour une fois.

Il me tient à cœur de prouver qu’on peut développer une architecture écologique dotée d’une esthétique contemporaine. Alors qu’usuellement elle a été dans son esthétique et son contenu très connotée. Dans ce projet, on démontre que tout en assurant les performances énergétiques attendues, l’architecture écologique n’est pas incompatible avec une certaine liberté formelle.

 

Le contexte paysagé

NC : À l’est, non loin de l’implantation de la maison, on trouve quelques lacs artificiels qui ont une dizaine d’années. L’objectif est d’en intégrer la vue, et pour cela on a orienté la maison vers les lacs. Le bâti est en fond de parcelle, calé dans l’angle nord-ouest.

 

Programme du projet

NC : On a intégré dans le projet, un abri voiture et un local jardin. La maison est constitué d’un RDC qui est très rectangulaire, très simple parce qu’en Lot-et-Garonne, les sols sont argileux et limitent de fait au maximum la complexité des fondations pour essayer d’être économiquement viable.

L’étage lui est tourné pour offrir une vue vers lacs

Le programme de la maison était assez classique, conçu pour une personne seule avec une chambre d’ami à l’étage. Mais dans ma démarche d’architecte, du fait qu’on fait des maisons de plus en plus petites au regard du coût au m², j’essaye de jouer sur les volumes pout créer le sentiment qu’on vit dans un grand espace.

Ici, le RDC est scindé en 2 parties avec d’un côté le séjour, la cuisine et le salon/salle à manger. Le tout disposant de grandes baies vitrées à chaque fois. La partie plus privative comprenant la buanderie, les toilettes, la chambre de la cliente, et la salle de bain.

Dès qu’on entre dans la maison, on peut accéder à l’escalier qui monte à l’étage. Avec d’abord une chambre d’ami, puis une passerelle, qui créer justement un cheminement intérieur et la sensation de volume, on arrive au bout sur une mezzanine dont le cadrage donne sur les lacs.

 

Budget

NC : Le coût est toujours un point important. Sur ce projet-là, on est à 2000 € HT du m². Il faut toutefois préciser que la propriétaire a fait des choix de finitions ou de solutions haut de gamme sur certains points. Elle a opté pour des brise-soleils orientables, des douches en béton ciré, un poêle à granulés très haut de gamme…Cela impacte sur le budget global bien sûr.

À noter que pour la précédente maison ossature bois + béton de chanvre que j’ai réalisée, on était autour de 1850 € HT le m².

 

Pourquoi le béton de chanvre ?

NC : Je ne reviens pas sur toutes les qualités du Béton de chanvre (thermique, acoustique, hygrique), avec un véritable plus lorsque la finition intérieure est un enduit. Cette combinaison apporte une vrai confort en supprimant l’effet paroi froide. C’est ce qui contribue à la sensation de bien-être.

« Ce qui m’intéresse dans ce matériau chaux+chanvre, du point de vue architectural, c’est le fait que c’est la synthèse entre les avantages de la maçonnerie et de la construction bois ».

Qui dit construction bois, dit structure légère, bien isolée. On répond à la RT 2012 au niveau confort d’hiver, mais dans les faits, le confort d’été pose problème. La construction bois permet de construire rapidement, avec une structure légère.

Mais pas de réponse quand on est dans le sud avec les températures que l’on subit, du fait de son manque d’inertie. (Les canicules de Juillet/Août se sont invitées depuis, ndlr).

À l’inverse la maçonnerie bénéficie d’une forte inertie et est intéressante pour le confort d’été.

 

NC : Je pense que la RT 2012 pour les régions du sud a réglé le confort d’hiver, dès lors qu’on utilise des matériaux de qualité, mais l’enjeu maintenant est le confort d’été.

Donc le béton de chanvre avec l’ossature bois permet de combiner ces 2 aspects positifs et d’avoir à la fois une isolation qui est assez bonne et une inertie assez bonne.

On dispose de fait d’un fonctionnement de climatisation naturelle que j’obtiens communément avec des murs de moins de 30 cm d’épaisseur.

 

NC : Le deuxième point que je voulais évoquer concernant l’avantage de la synthèse entre le principe de l’ossature bois et de la « maçonnerie », l’ossature bois permet la préfabrication, ce que ne permet pas la maçonnerie, et donc une grande liberté structurelle à des coûts relativement réduits. Si on avait voulu faire la même chose avec de la maçonnerie cela aurait été très compliqué. 

La simplification du système constructif

NC : Le dernier point qui m’intéresse avec la combinaison ossature bois + béton de chanvre réside en la simplification du système constructif. Aujourd’hui dans les maisons dites conventionnelles, on se retrouve avec une multitude de couches : parement, vide techniques pour les réseaux, le frein vapeur, l’isolation avec la structure, le pare pluie, des lattes de ventilation, le bardage. Dans ces conditions, on multiplie les matériaux qui composent un ensemble dont on ne connait pas la durée de vie. On multiplie également les interventions de différents corps d’état sur les chantiers. Conséquence, on ne peut pas maîtriser réellement le planning chantier dont le phasage devient complexe ou très contraignant. Le béton de chanvre comparativement m’est apparu comme « rustique » c’est-à-dire, qu’avec on procède de manière très simple.

 

« Je suis attaché à l’idée de donner plusieurs fonctions à un même matériau plutôt que multiplier le nombre de matériaux dont on ne maîtrise pas le fonctionnement à long terme ».

 

Les différents atouts du béton de chanvre

NC : Dans le cas du béton de chanvre, les enduits intérieur et extérieur vont régler l’étanchéité à l’eau et  à l’air, tout en assurant le rôle de finition, en une seule mise en œuvre. Donc à priori on a une maison performante plus longtemps.

Avec le système béton de chanvre, on retrouve la valorisation des savoir-faire manuels des entreprises. Ce matériau permet des formes libres. Donc tout est à inventer, On retrouve la valeur du geste de l’artisan.

Autre aspect important pour moi qui ai une appétence pour les maisons à ossature bois, je constate que l’aspect bardage bois et son entretien sont des facteurs qui rebutent les clients. Ici on dispose d’une excellente finition avec les enduits à la chaux, ce qui lève ce type de barrière…

 

Technique de mise en œuvre

NC : Dans un projet précédent, j’ai utilisé différentes techniques. Pour une partie de l’ouvrage, l’ossature bois était déportée côté intérieur pour recevoir des panneaux hauteur d’étage, avec une projection du béton de chanvre par l’extérieur. Pour une autre partie de la maison, j’avais procédé à l’inverse avec une ossature déporté côté extérieur recevant des panneaux fibre de bois pour le contreventement et projection par l’intérieur avec un bardage en finition extérieure et un enduit en finition intérieure.

Ici, on a utilisé le principe de l’ossature noyée, parce que la cliente ne voulait pas de bardage bois.

Elle voulait des enduits chaux aérienne côtés extérieur et intérieur. Ce qui n’est pas sans difficulté au niveau coffrage.

 

Si on reprend le déroulé du chantier, on a :

  • Une fondation béton armé,
  • Le montage de la structure par le charpentier,
  • Une mise hors d’eau de la maison pour pouvoir placer tous les réseaux (interventions électricien et du plombier)
  • Dans les murs, pose anticipée des supports pour les éléments lourds.

J’ai d’ailleurs créé un mémo technique (qui a très bien fonctionné) pour les artisans, rappelant les règles de base sur les points à respecter pour la pose des gaines, le traitement des sorties à l’horizontale des gaines techniques, le recouvrement minimum par le béton de chanvre….

 

La projection du béton de chanvre

NC : Dans cette phase, la préparation du chantier pour la projection du BCT est essentielle. Plutôt que créer un coffrage qui aurait coûté très cher, on a utilisé le pare pluie comme coffrage. On a d’abord projeté coté intérieur, sur 20 cm. On a ensuite enlevé le pare pluie pour projeté côté extérieur les 8 cm restant sur le béton de chanvre posé précédemment. Cette technique nous a évité le temps du coffrage.

On est passé aux enduits de finition assez vite à l’extérieur. Hors d’eau et hors d’air, on a réalisé les cloisons et les plafonds avant de faire les finitions intérieures.

On a fini par le sol avec du béton de chanvre également sur la dalle de vide sanitaire. Étalé sur 10 cm en voie sèche.

En conclusion

NC : Il faut être très attentif, bien voir avec les artisans les changements d’habitude à gérer, surtout au niveau du charpentier. Pour les lots techniques, les modes opératoires consistent en de simples aménagements. Il faut bien réfléchir au calendrier en amont, et le mettre en place avec les artisans. A l’arrivée, on dispose d’un planning qui se rapproche de celui de la rénovation, pour la procédure des différentes étapes.

 

Aller vers la préfabrication

NC : En fait il faut aller au-delà des limites de cette mise en œuvre. Outre l’aspect préparation qui peut être important, on est tributaire des conditions météorologiques qui peuvent générer du retard. La gestion de l’humidité sur chantier est un paramètre non négligeable. Le tout peut être assez complexe. Sans parler du coût.

L’ensemble de ces aspects m’incite à aller vers la préfabrication : il n’y a pas de difficultés particulières à assembler les parois entre elles. La question pour moi, elle va se poser sur les finitions. Parce qu’on profite vraiment du confort généré par le béton de chanvre quand on est en enduit côté intérieur.

 

À suivre sur la prochaine maison…

 

Fiche Chantier

  • Lieu : Nérac (47600)
  • Maîtrise d’ouvrage : privée
  • Surface : 115 m²
  • Architectes
    • Nicola Canton architecte : Pichotte – 47600 Le Fréchou – mail : ncanton@hotmail.fr
    • Céline Finzinger : Le-Tiers-Lieu / 60 Bd. Aristide Briand / 46300 Gourdon – finzinger.com
  • Entreprise pour le béton de chanvre : Arpège Rénovation

 

Crédits photos
  • ©. Finzinger et N. Canton

 

Application

Béton de Chanvre Tradical® en application Mur avec Tradical® Thermo + Chanvribat®

  • Masse volumique 280 kg/m3
  • Ce couple chaux+chanvre est validé et conforme aux exigences performantielles des règles professionnelles d’exécution des ouvrages en béton de chanvre
  • Le béton de chanvre Tradical® Thermo+Chavribat® dispose d’un l certifié et d’un classement de réaction au feu B-s1, d0. Recouvert d’un enduit, la paroi globale est A1, (incombustible).
  • Chanvribat® est une chènevotte labellisée Granulat Chanvre Bâtiment
  • Tradical® Thermo est une chaux de classe FL A 3,5, conforme à la norme des chaux de construction NF EN 459

 

Pour aller plus loin

Frank de Barros, Conseiller technique Tradical®, tél : 06 71 93 81 32 / Mail : frank.de.barros@lhoist.com

tempus neque. in elementum Aliquam fringilla Phasellus risus sit ultricies nunc nec