Projets architectures

doublage extérieur béton de chanvre

Visite chantier : doublage extérieur béton de chanvre à Frontignan

Doublage extérieur béton de chanvre pour la rénovation surélévation d’une maison maraîchère

C’est un doublage extérieur béton de chanvre qui a été mis en oeuvre sur l’ensemble des façades pour la rénovation d’une maison maraîchère frontignanaise [34-FR].
Rien de mieux qu’une VISITE CHANTIER pour découvrir tout le potentiel de cette solution particulièrement adaptée au patrimoine

Rénovation béton de chanvre en action          

Une ancienne maison maraîchère frontignanaise a été restauré pour accueillir à la fois la partie habitation et la partie bureau. Il en résulte une modification de l’espace intérieur avec décloisonnement et surélévation partielle. Une attention particulière a été apportée à la nouvelle configuration pour disposer d’une belle luminosité en toutes saisons.

 

Isolation biosourcée avec un doublage extérieur béton de chanvre sur mur traditionnel

Le choix s’est porté sur la solution béton de chanvre, pour sa parfaite compatibilité avec les systèmes constructifs anciens et sa grande efficacité en périodes froide et chaude. N’oublions pas que nous sommes dans le sud, et que finalement la contrainte climatique à gérer est celle des fortes chaleurs. Et cette isolation naturelle a déjà prouvé toute son efficacité dans ce domaine.

En associant isolation biosourcée, ossature bois, mur chauffant avec enduit terre crue, enduit à la chaux, Agnès Walter ALTER LIGNES Architecte livre un ouvrage complètement régénéré, performant, bénéficiant de solutions techniques cohérentes entre elles.

 

Doublage extérieur béton de chanvre pour le confort d’été   

 Le béton de chanvre, c’est une garantie de :

  • Confort thermique Hiver & Eté [zéro climatisation]. Mme Agnès Walter architecte vous fera part de son retour d’expérience consommation énergétique sur l’année. En résumé, très peu de chauffage et aucun rafraîchissement
  • Sécurité incendie [Réaction au feu B,s1-d0 | Résistance au feu EI240 | Lepir 2 = 60 mn ]. L’École Nationale du Chanvre sera présente pour une démonstration de résistance au feu in situ. En résumé, une véritable protection des personnes et de l’ouvrage
  • Faible impact environnemental

 

Fiche chantier

  • Maîtrise d’Ouvrage : privée
  • Maîtrise d’Oeuvre : Agnès WALTER ALTER LIGNES – Architecte du Patrimoine spécialisé Environnement / Mission complète
  • Lieu : 50 Avenue des Jardiniers – 34110 Frontignan
  • Entreprise : Meditrag – 9 Avenue du troisième millénaire – 34630 Saint-Exupéry
  • Isolation béton de chanvre : Doublage isolant Extérieur et parois murs
  • Livraison : 2018

 

Une journée organisée par et en présence de …    

Logo visite chantier A. Walter

 

Autre référence chantier d’Agnès Walter architecte du patrimoine

Restauration du Lavoir de la Garenne, à Vannes. Remplissage des murs pans de bois avec du béton de chanvre Tradical®

 

Votre contact

Eric Delanoë, Conseiller Technique Tradical®, tél 06 76 45 09 03, mail : eric.delanoe@lhoist.com

Recyclerie Ibos par Hanuman architectes

Recyclerie en béton de chanvre à Ibos, une réalisation de l’agence HanUMAN

PORTRAIT D’UN ARCHITECTE QUI CONSTRUIT POUR RÉPONDRE AUX BESOINS FONDAMENTAUX DE L’HOMME

L’agence HanUMAN architecture et urbanisme a élaboré le nouveau concept recyclerie/déchetterie de la Communauté de Commune de Tarbes, situé à Ibos (65). Morgan Guillot évoque son parcours et ses engagements pour une architecture orientée vers le biosourcé et l’autonomie.

Interview de Morgan Guillot architecte par BCB, Février 2021.

 

 

LE CHOIX INITIAL DE LA CONSTRUCTION BOIS ET BIO

 

BCB : Évoquons brièvement votre activité. Vous êtes engagé dans la construction bois et bio. C’est un choix des origines, ou cette démarche s’est imposée au fil du temps ?

Morgan Guillot : Depuis ma période étudiant en fait. Il n’y avait pas encore de formation sur la construction bois, à Bordeaux. En conséquence, j’ai interrompu un certain temps mes études pour aller me former chez un constructeur bois. J’avais déjà cette volonté-là.

Ensuite, j’ai travaillé personnellement sur les questions de l’autonomie. Cela fait maintenant 13 ans.

 

 

LE SUJET FONDAMENTAL DE L’AUTONOMIE DES BÂTIMENTS

 

BCB : Vous évoquez l’aspect autonomie. Comment l’abordez-vous ?

Morgan Guillot : L’objectif est que les personnes soient autonomes. Et le rapport à mes compétences est de pouvoir le faire passer par l’architecture. Dans notre agence, nous nous basons sur la notion des besoins fondamentaux développés par Marshall Rosenberg en particulier, qui énonce justement les différents critères de ces besoins fondamentaux.

On considère souvent la question de l’autonomie autour des besoins de survie : manger, respirer, se mettre en sécurité, se protéger au niveau des températures, boire…Ce sont certains de ces aspects, mais il y en a beaucoup d’autres qui peuvent être encore plus importants pour la vie. Ils sont d’ordre psycho-socio-affectif. L’architecture peut contribuer à cette autonomie et créer du lien social.

Cette démarche appliquée au complexe recyclerie + déchetterie génère la création d’un tiers lieu, un espace à vivre, que le public pourra s’approprier. Cela permet de faire de la cohésion sociale, de faciliter le mouvement des personnes, leurs rencontres, pour créer une dynamique. Il y a le bâtiment et l’autonomie du bâtiment. Et cette articulation entre le lieu et son fonctionnement pour une autonomie se traite sur de nombreux points. Prenons l’exemple de la consommation de l’eau : comment va-t-on la récupérer dans un premier temps, puis la potabiliser dans un second temps ?

Globalement il est compliqué de mettre en œuvre cette autonomie dans les ERP. Mais c’est un beau défi.

 

BCB : A contrario, l’autonomie sur l’habitat individuel serait plus à facile à mettre en place ?

Morgan Guillot : Le sujet est plus facile à amener auprès du particulier à condition que la maitrise d’ouvrage soit déjà dans cette démarche d’habitat autonome. Sinon on retombe sur la nécessité d’un temps long pour aborder le sujet et convaincre. Donc on pourrait réussir du fait de moins de contraintes au niveau conception, mais là, c’est davantage le facteur humain qui apporte des freins peut-être difficilement surmontables.

Donc on en revient au fait que la commande publique autorise pour partie seulement la conception d’ouvrage autonome. Et c’est déjà bien. Pour partie parce l’autonomie pure n’est pas possible au regard des stratégies de politique économique qui sont là pour faire fonctionner la société. Nous sommes ici dans un rapport collectif, et c’est normal ; nous sommes dans une collectivisation des ressources. Donc même si on rend un bâtiment autonome en énergie avec du photovoltaïque par exemple, dans tous les cas on va le maintenir branché sur les réseaux pour qu’il y ait une redistribution. C’est compréhensible à l’échelle du collectif.

 

 

PRENDRE EN COMPTE LES BESOINS FONDAMENTAUX

 

BCB : Pouvez-vous préciser votre démarche relative aux besoins fondamentaux ?

Morgan Guillot : Pour un bâtiment environnemental ou quel que soit la solution à la question environnementale, nous définissons les besoins fondamentaux et ceux pour lesquels on peut se priver.

Par exemple en ce moment je suis sur un projet de logements qui s’adaptent aux saisons. Nous sommes dans le sud-ouest, avec un climat source de confort, avec des hivers doux. On pourrait peut-être réussir à vivre pendant les 2 mois les plus froids dans un espace restreint et vivre dans des espaces plus généreux le reste de l’année !

J’établis mon modèle de référence par rapport aux maisons en Sibérie où en fait vous avez un plan carré avec 4 pièces, une dans chaque angle. Il y a un angle ou la pièce est plus grande, les 4 pièces servent pendant les mois propices. Et en hiver par grand froid, les habitants ne vivent que dans une pièce. Je ne dis pas qu’il faut procéder à l’identique. Mais on pourrait s’en inspirer et vivre en hiver dans un espace plus cocon, « au coin du feu », et profiter de l’ensemble de la surface habitable le reste de l’année.

Ce serait une 1ère réponse vis-à-vis du respect environnemental : réduire ses besoins à un niveau acceptable, qui pourrait être différent pour chacun. Mais ce serait déjà une avancée avant même de trouver des solutions technologiques.

 

 

FAIRE CHANGER LE REGARD PORTÉ SUR LES MATÉRIAUX NATURELS

 

BCB : Est-ce que votre démarche architecturale trouve un écho favorable ?

MG : La période covid a révélé, au-delà des problématiques économiques, la non-volonté de faire autrement. Il y a une forme de scepticisme qui amène à un positionnement « je croie ou je ne crois pas en l’utilisation des matériaux naturels », « je crois ou je ne crois pas à l’impact économique ». La croyance en quelque chose prend le dessus sur l’approche rationnelle. Ainsi ces derniers mois, j’ai été confronté à cette attitude au contact de certains MOA.

Mais pour être positif, et malgré cette difficulté du quotidien, depuis un an, nous avons atteint notre objectif d’avoir 100% de projets environnementaux, 100% biosourcé.

 

« Depuis un an, nous avons atteint notre objectif d’avoir 100% de projets environnementaux, 100% biosourcé ».

 

Article lié

 

Contacts

 

Crédit photos
©HanUMAN

Recyclerie en béton de chanvre_Ibos ©HanUMAN

Bois et béton de chanvre pour un nouveau concept de Recyclerie

Le SYMAT de Tarbes fait le choix d’un nouveau type de bâtiment Recyclerie en béton de chanvre pour renforcer son action de valorisation des déchets.

A Ibos, dans les Hautes-Pyrénées (65) un bâtiment d’une nouvelle génération est maintenant opérationnel. Il s’agit d’une recyclerie/déchetterie qui procure à la Symat, Syndicat Mixte de Collecte des Déchets, les moyens d’une politique de valorisation des déchets pour privilégier la notion de seconde vie des objets. Le site intègre :

  • Une déchetterie à plat

  • Une recyclerie pour y déposer tous ce qui peut renaître (jouets, vélos, meubles, électroménager, livres vêtements…)

  • Un atelier de petites réparations

  • Une boutique espace de vente des objets recyclés (500 m²)

Rencontre avec Agnès Lazarevitch qui a piloté le projet pour la maîtrise d’ouvrage

 

Interview de Agnès Lazarevitch, maîtrise d’ouvrage publique, par BCB, février 2021

 

 

FAIRE QUE LE DÉCHET DEVIENNE RESSOURCE

 

BCB : Comment est né le concept recyclerie + déchetterie ?

Agnès Lazarevitch :  Cela fait longtemps que le Symat intervient sur 2 grands axes en plus de sa mission initiale de collecte, à savoir :

  • Réduction de la masse de déchets à la base
  • Augmentation du réemploi.

Ces orientations ont induit d’une part la création d’une taxe incitative qui a été mise en place en 2018, elle commence à porter ses fruits, et d’autre part la valorisation du réemploi. Cet aspect-là se fait via le principe de la recyclerie.

L’ensemble du fonctionnement prend du temps pour se mettre en place.

Pour le concept, c’est le fruit d’échange entre différents spécialistes. Un programmiste pour structurer le projet, avec le concours d’associations qui œuvrent dans des domaines aussi divers que l’insertion ou la récupération.

Ce travail global a fait germer l’idée de regrouper déchetterie et recyclerie, parce que la proximité des deux nous semblait devoir inciter davantage au réemploi. Le parcours est construit de sorte que les personnes qui viendront à la déchetterie, passeront devant la recyclerie et se diront peut-être « il y a des objets que je peux déposer là »…Donc l’organisation du lieu déchetterie + recyclerie, outre le fait qu’elle complète un maillage au sud-ouest de l’agglomération tarbaise, doit pouvoir générer, on l’espère, de nouveaux comportements.

 

BCB : Quelle méthodologie avez-vous suivi pour élaborer l’outil recyclerie + déchetterie ?

Agnès Lazarevitch : à partir du moment où nous avons défini les objectifs, il a fallu passer par la phase opérationnelle : trouver un maître d’œuvre, déposer les permis, trouver les entreprises. Le Symat est sur ce projet depuis 4 à 5 ans

 

BCB : Sur quel financement avez-vous pu compter pour un tel projet ?

Agnès Lazarevitch : Nous avons bénéficié de financements apportés par le département des Hautes-Pyrénées, la région Occitanie, et l’ADEME, pour le pôle Recyclerie/Déchetterie.

 

BCB : Comment vous êtes-vous projeté pour définir des objectifs de fonctionnement ?

Agnès Lazarevitch : Nous bénéficions d’un modèle de référence avec la recyclerie des Forges, au nord_est de Tarbes. Nous allons également nous appuyer sur le savoir-faire de l’association Récup’action qui y œuvre déjà. Cette structure s’occupe de réinsertion et va gérer également la recyclerie de Ibos. Donc ce partenaire expérimenté nous a permis de faire des prévisions réalistes quant au volume de produits qui sera traité.

Pour ce qui est de la déchèterie, nous sommes aller chercher des exemples un peu plus loin puisque c’est la première de ce type dans les Hautes Pyrénées

 

 

CRÉER UNE IMAGE FLATTEUSE DU RÉEMPLOI

 

BCB : Le projet sélectionné présente une morphologie inhabituelle dans le monde du déchet.

Agnès Lazarevitch : Pour valoriser l’action de recycler, nous avons voulu rompre avec l’image habituelle du déchet.

Pour être plus incitatif sur la recyclerie d’Ibos, l’idée était de compter sur une image valorisante du site et du bâtiment. Donc de modifier l’idée qu’on se fait des objets usagés. D’où la création d’un bel espace très lumineux, très clair avec une grande vitrine. On est dans la fierté de l’exposition, il s’agit ici d’un travail de mise en valeur de la possibilité du réemploi et de son résultat.

« Il s’agit ici d’un travail de mise en valeur de la possibilité du réemploi »

Et le choix de faire une déchetterie à plat contribue grandement à la conception d’un ouvrage plus facile d’utilisation pour les usagers. On espère que nos choix porteront leurs fruits.

 

 

LA PHASE DE CONCEPTION DE LA RECYCLERIE/DÉCHETTERIE

 

BCB : Est-ce que l’utilisation de matériaux biosourcés pour construire le site était acté dès l’origine ?

Agnès Lazarevitch : Nous avions dans le programme cette volonté d’image, cependant nous étions restés sur un système constructif classique pour ce type de bâtiment.

Nous avons lancé une consultation de maîtrise d’œuvre, et l’agence HanUMAN a été initialement retenue par rapport à sa réponse à notre programme et non par rapport aux matériaux envisagés. Le projet a évolué et nous avons suivi les suggestions du maître d’œuvre, qui nous a orienté vers l’emploi de matériaux biosourcés pour construire l’ouvrage recyclerie/déchetterie. Et nous avons complètement adhéré à ce parti pris du fait de l’évidente convergence avec nos objectifs généraux.

 

Le béton de chanvre envisagé et retenu, est constitué de chènevotte issue de la tige de la plante chanvre, donc on est dans l’optimisation des ressources d’un matériau, ce qui s’apparente à la notion de recyclage. De plus c’est un matériau biosourcé. Donc, Il y a bien une double cohérence avec notre démarche.

Autre point en faveur du béton de chaux chanvre : sa performance au niveau confort d’été : caractéristique essentielle pour notre région.

 

BCB : Cette évolution du système constructif a dû impacter les budgets ?

Agnès Lazarevitch : Le coût s’est avéré plus important. Mais nous avons accepté cette évolution pour disposer d’un bâtiment plus démonstratif et construit en adéquation avec notre démarche de réduction de l’impact environnemental.

 

BOIS, CHAUX, CHANVRE SONT LES MATÉRIAUX PHARES DU PROGRAMME RECYCLERIE/DÉCHETTERIE

 

Ossature bois porteuse recevant le béton de chanvre ©HanUMAN architectes

Ossature bois porteuse recevant le béton de chanvre ©HanUMAN architectes


BCB : Quels écueils avez-vous rencontrés en optant pour la solution béton de chanvre ?

Agnès Lazarevitch : Les points délicats concernaient la préparation, le calage des détails avec les différentes entreprises. Celles-ci ne connaissant pas ce matériau, il a fallu repréciser la chronologie des opérations, la notion d’épaisseurs de recouvrement par exemple…Ce calage effectué, le chantier a parfaitement fonctionné.

Béton de chanvre Tradical®_Recyclerie Ibos en cours de projection ©HanUMAN

Béton de chanvre Tradical®_Recyclerie Ibos en cours de projection ©HanUMAN

Vue intérieure béton de chanvre Tradical®_Recyclerie Ibos ©HanUMAN

Vue intérieure béton de chanvre Tradical®_Recyclerie Ibos ©HanUMAN


BCB : La charpente joue un rôle important sur ce projet, techniquement et esthétiquement.

Agnès Lazarevitch : L’architecte a dessiné le projet, le charpentier l’a rendu exécutable. Et on a gardé toute la charpente intérieure complètement visible, même si le béton de chanvre recouvre un certain nombre d’éléments structurant. L’ossature bois génère un cadre sensible et chaleureux.


BCB : Est-ce que ce bâtiment va être dupliqué à moyen terme ?

AL : Notre bâtiment est spécifique au point que même son environnement immédiat a été aménagé dans une démarche valorisant le réemploi. Ainsi pour les sols et VRD, nous avons mis en place des matériaux concassés et de ce fait retenu une entreprise qui disposait d’une plate-forme de concassage, elle-même récupérant les matériaux. L’aménagement du site s’est fait sur le principe de notre démarche du réemploi.

Il nous paraît important de valoriser ce programme dans sa globalité – typologie du bâtiment / matériaux de constructions et d’aménagement, mode de fonctionnement – sur toute action de communication que nous serons amenés à mettre en place. Nous sommes tout à fait ouverts à le faire visiter. Et d’ores et déjà, dans ce cadre, nous avons valorisé la filière chanvre auprès du Directeur Général de la Caisse des Dépôts.

 

L’ANIMATION DE LA RECYCLERIE EST LA CLÉ DE LA RÉUSSITE POUR FAIRE CHANGER LES COMPORTEMENTS

 

BCB : Vous avez mentionné la présence et l’expertise de l’association Récup’action dans le domaine du recyclage. Pouvez-vous nous précisez son futur rôle ?

Agnès Lazarevitch : La recyclerie sera gérée par cette association. Nous nous appuierons sur un programme pédagogique dont l’objectif essentiel sera d’expliquer les bénéfices du réemploi. Il faut absolument éviter la démarche  » voyez comme ce n’est pas bien de jeter comme vous le faites ! ».

Donc nous avons missionné le bureau d’études EUGENE afin de concevoir une signalétique pédagogique pour expliquer la philosophie de la recyclerie, le circuit du don, le réemploi, etc…le recyclage. En démontrant d’une part que cela concerne tout le monde, et d’autre part que l’amélioration globale  » vers moins de déchets » passe par une réduction à la base et par le réemploi.

Au-delà de la vente d’objet réemployé et de l’insertion, l’association organisera, en partenariat avec le Symat, des événements : conférences, expositions qui feront connaître la recyclerie autrement.

Nos ambassadeurs du tri utiliseront également cet espace pour animer des ateliers en direction des scolaires par exemple. Des visites s’organiseront dans ce sens.

« En fait c’est aspect pédagogique est bien notre 3ème objectif »

 

BCB : le bâtiment lui-même est un élément pédagogique ?

Agnès Lazarevitch : Dans cette optique, j’avais proposé qu’on plante du chanvre dans le jardin intérieur. Ce serait un moyen efficace pour expliquer comment est obtenu un des constituants du bâtiment. On verra cela tranquillement après l’ouverture du site.

Globalement, cet ouvrage est exceptionnel pour illustrer la démarche intellectuelle qui mène de l’emploi au réemploi. Avec comme conséquence la réduction concrète de l’impact environnemental. À la fois part son mode constructif et les services proposés.

« Globalement, cet ouvrage est exceptionnel pour illustrer la démarche intellectuelle qui mène de l’emploi au réemploi ».

 

Recyclerie Ibos Signature

LE SYMAT

1/Le siège

Symat | 115 rue de l’Adour – 65460 Bours | http://www.symat.fr/

  • Président : Rémi Carmouze
  • Directrice : Sandrine Roux

 

2/Sa composition

Le SYMAT est un établissement public de coopération intercommunale qui collecte les déchets ménagers, le papier et les emballages de près de 141 000 personnes sur 118 communes des Hautes-Pyrénées. 37 délégués et 37 suppléants sont désignés par ses adhérents avec les Communauté d’Agglomération ou de Communes de  :

  • Tarbes Lourdes Pyrénées,
  • Val d’Arros pour 7 de ses communes.
  • La Haute-Bigorre

 

3/En quelques chiffres

  • 69000 t de déchets collectés en 2018 qui se répartissent comme suit :
  • 34 % Recyclage
  • 30 % Incinération
  • 27% Enfouissement
  • 8 % Valorisation de la matière

 

Fiche chantier Recyclerie Déchetterie Ibos

  • MOA : Symat
  • MOE : HanUMAN architecture et urbanisme | 5 Rue Teulère, 33000 Bordeaux, France | http://www.hanuman-architecture.fr/
  • Charpente / Structure bois : Dasilva | 12 rue Larregain – 64140 Lons
  • Parois verticales isolantes en béton de chanvre :
  • Industriel du béton de chanvre : BCB Tradical®, groupe Lhoist
    • Béton de chanvre Tradical® Mur Isolant avec la chaux Tradical® Thermo + la chènevotte Chanvribat®
    • Le couple chaux chanvre Tradical® Thermo + Chanvribat® est validé par Construire en chanvre et conforme aux exigences performancielles des Règles Professionnelles d’exécution des ouvrages en béton de chanvre
    • Tradical® Thermo est une chaux de classe FL A 3,5 . Selon la norme européenne des chaux de construction NF EN 459
    • Chanvribat® est un chanvre labellisé Granulat Chanvre Construction
    • Ce couple chaux chanvre bénéficie d’une résistance au feu EI 240, la meilleure possible et d’un PV Lepir 2 validé pour 60 mn. Ces éléments confèrent au Béton de Chanvre Tradical® un véritable rôle de sécurité incendie

 

Article complémentaire

Pour aller plus loin

Crédit photos
©HanUMAN architectes

construction avec béton de chanvre Tradical

Visite chantier d’une construction en béton de chanvre

Rien de mieux qu’une visite chantier pour découvrir tout le potentiel du biosourcé, notamment le Béton de Chanvre.

 

Chantier en action  

L’agence Plus Architectes organise une visite chantier, en périphérie de Bordeaux. Ainsi à FARGUES se construit une maison bioclimatique intégrant bois et béton de chanvre.
Nous vous proposons d’en découvrir la genèse en la présence de l’architecte du projet, de l’entreprise et de l’industriel Tradical®, concepteur du béton de chanvre
Vous assisterez à la projection mécanique de ce matériau biosourcé dont une partie sera déjà en place, Et qui constituera au final les parois isolantes et la chape isolante.

 

Pour des performances élevées   

La maîtrise d’œuvre Plus Architectes est une agence spécialisée en construction écologique en bois, à faible consommation énergétique.

Dans ce cadre elle intègre logiquement le béton de chanvre dont les qualités sont de haut niveau en termes :

  • de confort thermique Hiver & Eté [zéro climatisation ]
  • de sécurité incendie [ Réaction au feu B,s1-d0 | Résistance au feu EI240 | Lepir 2 = 60 mn ]
  • d’impact environnemental

 

Fiche chantier 

  • Maîtrise d’ouvrage : Privé
  • Maîtrise d’œuvre : Plus Architectes | Agence de BORDEAUX : 92 Rue Lavergne 33310 Lormont
  • Entreprise applicatrice Béton de chanvre : Echo&Co, Mickaël Gestas Captieux 33840
  • Béton de chanvre : en application Mur et chape avec la chaux Tradical® Thermo et la chènevotte Chanvribat®
  • Ossature et Parement façade : bois
  • Livraison : 2021

 

INVITATION VISITE DE CHANTIER BÉTON DE CHANVRE

Date : 18 février 2021
Lieu : 1 chemin du Lavoir | 33370 Fargues Saint Hilaire

INSCRIPTION OBLIGATOIRE et à destination des professionnels uniquement

  • Afin de parcourir le chantier dans le respect des règles sanitaires en vigueur, la visite est organisée par groupe de 6 personnes maximum.
  • Pour y participer, l’inscription est donc obligatoire.
  • Merci alors de retourner à l’agence PLUS ARCHITECTES, à l’adresse mail suivante : melodiejacob@plusarchitectes.fr  votre choix d’horaire et vos coordonnées, comme indiqué ci-dessous 

PLANNING DE VISITE CHANTIER

  • Horaires disponibles : 10 h à 10 h 45   |  11 h à 11 h 45  |   14 h à 14 h 45  |  15 h à 15 h 45
  • Nom :  …….
  • Activité : …….
  • tél mobile :  ……
  • Horaire de visite retenue : ……

Nous espérons que ce programme retiendra votre attention.

Si vous avez des projets à venir dans lesquels vous souhaitez intégrer toutes les performances thermohygrodynamiques du béton de chanvre,

Nous serons heureux de pouvoir échanger avec vous en vous apportant toute notre expérience acquise depuis 25 ans sur l’ensemble des typologies architecturales en construction et en rénovation.

 

Bien cordialement

Frank de Barros
Conseiller technique
BCB – les chaux et Béton de Chanvre Tradical®

 

Une journée organisée par 

Les acteurs de la construction béton de chanvre

 

Et pendant ce temps le chantier avance

 

Crédit de l’ensemble des photos : ©PlusArchitectes

Restauration du Fort du Moulin sur l'Île de Port Cros

Le Fort du Moulin, restauration du patrimoine de Port-Cros

Restauration à la chaux du patrimoine historique de Port-Cros.

La restauration du patrimoine de Port-Cros continue avec la livraison du Fort du Moulin (Île de Port Cros dans le Var /83 – FR). L’entreprise Arléa Patrimoine est intervenue sur l’ensemble des 3 phases du chantier, depuis 2017. Avec dans un premier temps la restauration de la tour, dans un second temps les remparts de la forteresse, puis enfin l’intervention dans l’enceinte avec la restauration d’un bâtiment.

Le fort du Moulin est un des 4 forts de l’île destiné à l’origine à sécuriser la rade d’Hyères. Construit sous Richelieu, cet ouvrage classé Monument Historique présentait un état de dégradation très important nécessitant une restauration urgente et complète.

Interview de Christophe Valstar, dirigeant de Arléa Patrimoine, par BCB, en octobre 2020

 

RESTAURATION DE LA TOUR DOMINANT LA MER SUR 360°

 

BCB : L’embase de la tour a demandé un soin particulier pour restituer son intégrité.

Christophe Valstar (Arléa Patrimoine) : Il y a eu un déchaussement de la plaque rocheuse Tout le rempart étaient en désaplomb, en porte à faux sur 1 m. Une entreprise spécialisée a mis des pieux dans la roche, purgé la roche. Puis l’entreprise Garelli a fait une grosse pièce en béton sur ces tirants pris dans la roche

 

 

RÉPARATION DE LA L’ASSISE DE LA TOUR

 

BCB : Comment avez-vous habillé cette reprise de fondation en béton armé ?

CV : Nous avons reconstitué un parement avec maçonnage de pierre et enduit à la chaux pour recouvrir cette nouvelle assise. Dans un premier temps il a fallu refaire une assise plate dans la roche, que l’on a coupé sur 30 cm. Nous avons ainsi constitué une embase plane nous servant d’appui pour démarrer le maçonnage. Dans un deuxième temps, nous avons mis en place des gabarits métallique pour reconstituer le galbe de la forme générale du soubassement de la tour.

recréation de l'assise de la tour du Fort du Moulin - Port Cros

recréation de l’assise de la tour du Fort du Moulin – Port Cros

 

BCB : Vous avez-eu à traiter le point délicat de la jonction avec la partie supérieure

CV : Nous avons remaçonné jusqu’au-dessus de la nouvelle assise pour faire la jonction avec la partie supérieure de la paroi. On a placé des agrafes en inox à l’avancement du montage du parement afin de le solidariser mécaniquement avec le support. On a procédé de même mais longitudinalement avec des baguettes inox prises dans le parement. L’ensemble des renforts jouent du coup aussi le rôle de gabarit restituant la forme tronconique de l’assise de l’ouvrage. L’ensemble du parement pierre est recouvert par 5 à 6 cm d’un enduit traditionnel compte tenu des variations d’épaisseurs à rattraper pour se retrouver au nu de l’enduit existant.

 

BCB : Les pierres réutilisées sont celles du site ?

AP : Il n’y a que des pierres récupérées dans les massifs forestiers sur l’ile de Port Cros. Nous avons passé des journées entières de ramassage. Le tout charroyé au moyen d’une brouette à moteur, à chenille, qui permet de véhiculer 3 t de matériaux. Le terrain est difficilement praticable. Ce travail de collecte est conséquent parce qu’on est sur une ile. Le moindre matériau est déplacé 3 fois ! Cela nous impose une manutention énorme.

 

BCB : Vous avez fait une recherche de teinte pour retrouver la couleur en place 

AP : Nous avions l’avantage de connaître le site depuis quelques années, et donc de maîtriser l’aspect teintes. Ici c’est principalement de la terre de sienne.

Pour la composition, on ajoute du sable lavé pour que le mortier soit un peu plus aéré. Les sables sont trop fins au départ et on risque la fissuration quand on met de l’épaisseur comme dans notre cas. Et on met aussi du petit gravillon roulé que je trouve en carrière, ce qui nous permet de retrouver ce grain qu’on avait autrefois quand les artisans utilisaient du sable de plage. Cela donne de la texture et accroche la lumière. En tout cas, il faut être très vigilant sur la composition granulométrique quand on fait de l’épaisseur.

 

BCB : Pour la finition, c’est presque un enduit à pierre vue que vous avez fait !

CV : Il est affleurant et sa prise à la lumière est quasi identique à celle de l’enduit existant au-dessus. La chaux est préparée avec un mélange de chaux Tradical® Bâtir et de chaux aérienne Tradical® H 98, en proportion 50/50, alors que lorsqu’on maçonne, on utilise Tradical® Bâtir tel.

  • La surface enduite en soubassement représente 65 m².
  • Notre intervention portait également sur la tour au-dessus. En décroûtant l’ensemble du support, nous sommes tombés sur d’anciennes réparations, avec des pierres debout par exemple. Ponctuellement, nous avons remaillé des pierres dans le cas de gros dégâts. Cet ensemble représentait une surface de 250 m²

 

DE NOUVEAUX ENDUITS POUR LES REMPARTS

 

BCB : On voit sur la photo ci-dessous à gauche, l’état général de dégradation des enduits et même des murs, en général sur le fort. La maîtrise d’œuvre a opté pour quelle solution ?  

CV : On peut dire que le lieu était à l’abandon complet. D’où le niveau de détérioration. Au point que certaines parties ont dû être rechargées en pierres.

Notre regard habitué à voir la pierre, nous incite à restituer des ouvrages finis se rapprochant de cet état actuel, mais en « neuf ». Historiquement, tous ces bâtiments militaires étaient enduits. L’enduit était là pour protéger les murs. Donc nous avons réparé ces murs d’enceinte, côtés intérieurs comme extérieurs sur 1300 m², lors de la 2ème tranche des travaux.

En quantitatif, on a utilisé 60 big bags de sable et une vingtaine de palettes de Tradical® Bâtir et Tradical® H 98, avec une coloration du mortier à la terre de sienne.

 

BCB : les surfaces à enduire sont d’un seul tenant sans modénature pour limiter les surfaces. Comment avez-vous procédé pour éviter toute trace de reprise ?

AP : On procède différemment : on travaille à 2 compagnons par étage d’échafaudage, on avance en se passant la lance d’étage à étage. On progresse petit à petit de la gauche vers la droite, les raccords se font toujours à la verticale. Quand on fait ce type d’ouvrage, on met du monde.

Vue extérieure du rempart enduit avec les chaux Tradical®

Vue extérieure du rempart enduit avec les chaux Tradical®

 

L’ART DE LA LOGISTIQUE DANS LE CADRE DE LA RESTAURATION DU PATRIMOINE DE PORT-CROS

 

BCB : Le fait d’œuvrer sur un site insulaire apporte des contraintes logistiques ?

CV : Précédemment, j’évoquais l’utilisation de la pierre en local. Les autres matériaux, chaux et sable, proviennent du continent. On utilise un sable bien particulier car il permet déjà de s’approcher de la teinte finale que l’on veut obtenir. Il s’agit du sable de Vaugines, c’est une carrière proche d’Aix en Provence. Il est livré en 19 ou 24 t au port du Lavandou. De là, une compagnie avec laquelle on travaille depuis longtemps, prend nos big-bags, les amène sur l’ile. On décharge les big bag pour ensuite les acheminer avec notre petite brouette à moteur, à l’intérieur de l’enceinte du chantier. Donc effectivement c’est une contrainte à intégrer dans le phasage opérationnel.

 

PRÉPARER LES SUPPORTS, PUIS ENDUIRE À LA CHAUX

 

BCB : Il y a une métamorphose entre l’avant et l’après. Quelles opérations avez-vous mené avant de faire l’enduit traditionnel à la chaux en 3 couches ?

CV : Sur les moellons qui n’étaient plus protégés par un enduit, on a procédé à un lavage à grandes eaux, 2 à 3 fois, sans pression, pour enlever la poussière, les lichens, la terre…Entre chaque passage, on laisse complètement sécher. Cette seule phase nous a occupé une grande semaine.

 

Tous les enduits encore présents ont été décroûtés, soit une surface totale de 1300 m² à 5 compagnons. Avec évacuation de l’ensemble des gravats.

 

L’enduit traditionnel s’est fait dans les règles de l’art, avec des temps de séchage conséquents entre chaque couche : gobetis, puis 2 semaines de séchage, suivi du corps d’enduit avec 3 semaines de séchage, puis finition.

 

 

DE LA GESTION DES DÉCHETS LORS DE LA RESTAURATION DU PATRIMOINE DE PORT-CROS

 

BCB : Quelles sont les contraintes liées aux déchets ?

CV : Le problème des gravats est généré est dû au fait que nous intervenons au cœur d’un parc naturel, qui plus est, sur une île. Nous devons répondre à des restrictions particulières : c’est-à-dire qu’on ne peut pas réutiliser les gravats sur l’île. Écologiquement cela pourrait être vertueux, réutiliser des mortiers de chaux broyés à d’autres fin que celle d’un enduit. Mais en fait, lors du décroûtage par exemple, les morceaux tombant au sol sont pollués : en les ramassant on emporte également de la terre dans laquelle, à Port Cros, sont présentes des graines d’oxalis, qui est le petit trèfle au fleur jaune omniprésent sur l’île. Automatiquement, cela pollue les gravats qu’on ne peut pas remettre pour aménager les chemins par exemple parce qu’on va avoir cette fleur qui va proliférer.

Donc tous les gravats sont mis en bigbag, évacués par la mer, récupéré au port et amené en décharge. Une logistique obligatoire pour les matériaux remplacés.

 

 

 

RÉPARATION ET REMPLACEMENT DE PIERRES DE TAILLE

 

BCB : Dans la phase 2 de la restauration du fort, vous êtes intervenus également dans le registre de la taille de pierre pour des éléments spécifiques

CV : Certaine pierres de taille étaient très dégradées. Et il a fallu les remplacer, pour recomposer les modénatures partiellement ou complètement.

 

1.     Réparation d’une chaîne d’angle

Par exemple, certaines pierres de cette chaîne d’angle étaient tellement érodées qu’elles étaient quasiment parties en sable. Et donc là il y a eu une recherche de grain de pierre pour essayer de retrouver la même teinte, la même texture. Puis repositionnement pour une intégration à l’existant.

2.     Montage à sec d’un encadrement en pierre puis mise en place

Nous avons reproduit les encadrements d’une ouverture. On en voit ci-dessous la préparation du montage avec la mise en place à sec des différents blocs prêts pour la pose. Puis suit le maçonnage dans le muret. On voit des armatures en fibres de verre, blanches, ce sont des tiges de fil de verres, qu’on met sur les ouvrages quand on a besoin de résistance. Parce qu’ensuite sur ce mur un garde-corps sera mis en place, et on sait que tous ces murs maçonnés en pierre ont des problèmes de tenu au cisaillement. Donc on avait besoin de gagner en résistance mécanique sur ce point. Le phasage complet consistant à démonter le mur, le remonter avec une rehausse, renfort fibre de verre, une première passe d’enduit à la chaux et puis une 2ème passe d’enduit gratté pour la finition.

Le muret est remaçonné à la chaux, et l'encadrement finalisé.

Le muret est remaçonné à la chaux, et l’encadrement finalisé.

 

PRÉSERVER LA MISE HORS D’EAU DES SOLS

 

CV : La mise hors d’eau est un aspect essentiel de la durabilité des ouvrages quels qu’ils soient.

Pour les remparts du Fort du Moulin, on a ajouté des barbacanes parce que les niveaux de terres ont changé, depuis l’origine, soit des centaines d’années. Les eaux pluviales s’évacuaient difficilement à l’intérieur du fort, ce qui abimait beaucoup les murs, donc on a reproduit les barbacanes d’origine, c’est de la taille de pierre relativement précise. Il a fallu percer le rempart, et les positionner sur des points correspondant au niveau actuel des sols. On laisse les barbacane qui ne sont plus opérationnelles mais on en recréer d’autre pour assurer la fonction de mise hors d’eau des sols.

 

En réparation connexe, on a changé également des bourrelets, qui sont souvent présent sur ces constructions Vauban. Ils sont en pierre plus tendre, comme pour les encadrements. C’est de la pierre de Pondre. Nous avons changé certains éléments de modénatures en boudin, parce qu’ils étaient complètement érodés.

 

L’enduit du rempart est également refait à façon comme évoqué en d’autres points. Il faut faire attention au choix des matières premières et avec les connaissances adéquates on fait de belles choses.

 

« Il faut faire attention au choix des matières premières,
et avec les connaissances adéquates on fait de belles choses. »

Contrôle du bon fonctionnement de la nouvelle barbacane

Contrôle du bon fonctionnement de la nouvelle barbacane

 

POUR LA 3è TRANCHE DES TRAVAUX DE RESTAURATION DU PATRIMOINE DE PORT-CROS : APRES LES REMPARTS ET LES ZONES DE CHEMINEMENTS, RESTAURATION D’UN BÂTIMENT.

 

BCB : Pour le corps de bâtiment présent dans l’enceinte, vous avez été confronté au même niveau de détérioration que pour les remparts. Est-ce que les solutions techniques restent les mêmes ?

CV : Pour ce bâtiment à l’intérieur du fort. Nous sommes toujours en présence de maçonneries anciennes. Certaines parties étaient effondrées, d’autres étaient murées. Le projet nous demandait de reconstituer les ouvertures selon leur configuration initiale.

La toiture a été intégralement refaite. On la voit terminée, cheminée face à la mer. Nous avons pérennisé l’ouvrage avec des techniques modernes, mais pour préserver l’aspect ancien, la couverture est constituée de tuiles de récupération. Les souches de cheminées sont des répliques des souches existantes sur place.

Restauration à la chaux d'un bâtiment au cœur de l'enceinte du Fort du Moulin

Restauration à la chaux d’un bâtiment au cœur de l’enceinte du Fort du Moulin

Restauration des toitures du Fort du Moulin - Port Cros

Restauration des toitures du Fort du Moulin – Port Cros

 

BCB : vous avez abordé comme pour la restauration sur l’île de Ste Marguerite (06) l’utilisation du Chanvre et chaux en intérieur

CV : L’intérieur de ce bâtiment reçoit un enduit hygrothermique chanvre et chaux sur environ 300 m². L’épaisseur moyenne est de 5 à 6 cm. On reste dans une logique d’enduisage sur moellons, avec l’apport d’une correction thermique, parfaitement compatible, avec une durée de vie conséquente. De plus, c’est la solution parfaite pour compenser le fruit des murs et gommer l’irrégularité du support.

L’enduit hygrothermique chanvre reste en l’état, sans être recouvert.

 

ET LES QUALITÉS DE L’ENTREPRISE ARLÉA PATRIMOINE POUR RÉUSSIR UN TEL PROJET ?

 

BCB : D’une manière générale, comment organisez-vous votre présence pour ce type de restauration sur une île ?

CV : On part le lundi matin très tôt et on rentre le vendredi. Cela nécessite des équipes soudées pour fonctionner en harmonie. En hiver le site est désert, il peut y avoir des tempêtes, et quelquefois, on est plus nombreux que les habitants. Les conditions de travail peuvent être rude hors saison.

 

BCB : Quelles sont les qualifications de l’entreprise Arléa Patrimoine ?

CV : Pour faire des chantiers Monuments Historiques, Il faut avoir à son actif trois références de travaux similaires, 3 attestations de bonne fin de travaux. Ça vaut n’importe quelle qualification. Donc nous œuvrons dans ce cadre avec des attestations signées par des architectes du patrimoine. Il faut des références. Notre credo est de rester une entreprise de petite taille, faire des chantiers qui nous plaisent et livrer des interventions de qualités.

 

« Notre crédo est de rester une entreprise de petite taille, faire des chantiers qui nous plaisent et livrer des interventions de qualités ».

 

 

 

 

FICHE CHANTIER FORT DU MOULIN | RESTAURATION DU PATRIMOINE DE PORT-CROS

 

Les acteurs de la restauration du patrimoine de Port-Cros 

 

  • Maîtrise d’ouvrage : Parc National de Port Cros
  • Maîtrise d’œuvre : DRAC et architecte du Patrimoine
  • Entreprise : Arléa Patrimoine, société coopérative et participative – 4987 Chemin de Sainte Colombe – 06140 VENCE | http://www.arlea-patrimoine.com/

 

Applications chaux pour la restauration du patrimoine de Port-Cros 

  • Maçonnage : Tradical® Bâtir + sable
  • Enduisage : ½ Tradical® Bâtir + ½ Tradical® H98
    • Tradical® Bâtir (chaux de classe FL A 3.5) et Tradical® H 98 (chaux aérienne de classe CL 90 S) sont des chaux conforment à la norme européenne des chaux de construction NF EN 459.

 

Application enduit hygrothermique pour la restauration du patrimoine de Port-Cros 

  • Isolation : Tradical® Bâtir + Chanvribat®
    • 22 m3 mis en œuvre par projection mécanique
    • Le couple chaux chanvre Tradical® Bâtir + Chanvribat® est validé par Construire en chanvre et conforme aux exigences performantielles des Règles Professionnelles d’exécution des ouvrages en béton de chanvre
    • Tradical® Bâtir est une chaux de classe FL A 3.5 selon la norme européenne des chaux de construction NF EN 459
    • Chanvribat® est un chanvre labellisé Granulat Chanvre Construction
    • Ce couple chaux chanvre bénéficie d’une réaction au feu A2, s1-d0

 

Crédit photos : Arléa Patrimoine

 

Votre contact pour aller plus loin :

Eric Delanoë, conseiller technique Tradical®, Tél 06 76 45 09 03 , mail ericdelanoe@lhoist.com 

visite de chantier béton de chanvre

Visitez un chantier béton de chanvre au Puy-en-Velay

Dans le cadre des JOURNEES NATIONALES DE L’ARCHITECTURE,
Nous vous convions à la visite de chantier d’un immeuble en cours de rénovation avec la solution biosourcée Béton de Chanvre Tradical®

L’atelier ECO-ARCHITECTE rénove l’ouvrage sur plusieurs axes :

  • Surélévation avec l’ajout d’un étage pour passer en R+3
  • Reconfiguration de tous les niveaux existants avec création d’un accès extérieur pour chaque niveau et d’une terrasse couverte pour chaque appartement
  • Confort thermique et hygrique avec l’emploi du béton de chanvre. D’une part pour l’existant avec une isolation extérieure en doublage isolant sur les façades existantes (18 cm). D’autre par pour la surélévation neuve, avec une toiture isolante (35 cm) et des murs isolants (35 cm).

Lieu : 16 rue Mario Versepuy 43000 – Puy-en-Velay
Dates : 16, 17 et 18 Octobre

 

  1. Si ce matériau biosourcé pour construire/rénover et isoler vous questionne
  2. Si vous souhaitez découvrir comment se déroule ce type de mise en oeuvre
  3. Si échanger avec des professionnels aguerris -architecte / entreprise / industriel – peut contribuer à faire émerger des opportunités,


Alors ce RDV est fait pour vous,
Et l’Atelier ECO-ARCHITECTE | l’entreprise Domo Sapiens | Tradical® (fabricant du béton de chanvre) vous y accueilleront avec plaisir.


POUR S’INSCRIRE

Dans ce cas, merci de vous inscrire au moyen du formulaire EN LIGNE.
Vous pourrez ainsi choisir le jour et la plage horaire. Cela nous permettra de vous accueillir dans les meilleures conditions possibles.

Attention : Règles des gestes barrières à respecter et port du masque obligatoire

 

A très bientôt sur place !

Les intervenants du chantier béton de chanvre de Puy-en-Velay

Les intervenants du chantier béton de chanvre de Puy-en-Velay

 

BCB Tradical, votre expert en béton de chanvre et chaux aérienne.

R+8 en béton de chanvre

Logement social et Béton de Chanvre

Le Béton de Chanvre Tradical® :  le premier immeuble de hauteur R+8 en béton de chanvre , en France et en Europe

…R+8, une hauteur si fréquente en zone urbaine !

 

L’agence d’architectes North by Northwest a mis en place une cellule de réflexion sur ce chantier, qui présentait beaucoup de complexités.
Ses acquis en termes de logements collectifs, en zone urbaine similaire, d’utilisation expérimentée de matériaux biosourcés, ont été des points forts pour proposer un projet exemplaire … pour l’avenir des logements sociaux.

Ce chantier est le premier bâtiment à atteindre 25 mètres de hauteur avec une solution béton de chanvre (sur 2 façades).

L’architecte et le Bureau d’études LM Ingénieur ont opté pour une solution mixte associant béton traditionnel pour la structure (prédalle et prémurs) et béton de chanvre pour les deux façades principales, l’une sur rue et l’autre sur jardin.

 

Ce matériau prouve ici sa capacité à répondre à des projets de taille importante et de hauteur élevée. La légèreté de celui-ci (280 kg/m3) contribue aussi à limiter les charges supportées par les parcelles.

 

L’innovation de la chaux Tradical® Thermo permet également de réaliser des épaisseurs de murs moins importantes.

Ici le Béton de Chanvre Tradical® est projeté mécaniquement par l’entreprise JRBat sur des panneaux ossature bois préfabriqués en atelier (Société Val Bois) de 3 à 4 m de large par 2 m 50 de hauteur, fixés sur la structure porteuse. Ce qui permet ainsi d’optimiser la logistique chantier.

Cette solution est totalement reproductible et personnalisable pour toutes les typologies architecturales, facilitant la gestion des chantiers, améliorant le confort de travail des intervenants.

 

Les performances énergétiques et acoustiques du couple Béton de chanvre Tradical® Chaux Thermo + Chanvribat®

Bien que tous les éléments positifs du béton de chanvre ne soient pas aujourd’hui pris en compte dans les résultats des calculs réglementaires, les qualités thermiques de ce matériau créé par BCB sont reconnues et choisies ici pour ce bâtiment.

Avec une conductivité thermique λ = 0,076 W/m.k, le Béton de Chanvre Tradical® utilisé va permettre de limiter considérablement les dépenses de chauffage du locataire.

Grâce à l’écrêtage des températures généré par le Béton de Chanvre Tradical® (changement de phase) les usagers bénéficieront ici d’un confort d’été gratuit sans climatisation artificielle aussi bien que d’un confort d’hiver ….

Une acoustique agréable entrait également dans les objectifs de la maîtrise d’ouvrage comme dans ceux de la maîtrise d’œuvre. Avec son coefficient d’absorption de 80 % environ le confort auditif des locataires sera amélioré.

 

Un coût estimatif de chauffage < 20 € par mois

Le Bureau d’études LM Ingénieur estime à moins de 20 € / mois, le coût du poste Chauffage + ECS pour un T3 de 60 m².

 

Une consommation inférieure à l’objectif fixé : RT 2012 – 20 :

Un résultat concret : au lieu des 51 kWh/m² demandé par la réglementation, la consommation est estimée à 41 kWh/m².

 

Un traitement de la façade sans ponts thermiques

Le matériau béton de chanvre vient totalement envelopper les liaisons parois planchers. Comme le dit Monsieur Feldmann de JR Bat, entreprise applicatrice, « il ne peut y avoir de pont thermique, on passe partout ! »

Les ponts thermiques entraînent une déperdition thermique majeure avec une solution traditionnelle.

Si l’on se réfère à la règlementation, les ponts thermiques planchers / façades extérieurs doivent être inférieurs à 0,6 W/mlk. Ici on ne peut que constater l’inexistence de ces ponts. Ingénieur

 

Béton de Chanvre Tradical® déjà engagé sur les objectifs E+C-

LM Ingénieur en charge de l’étude thermique de l’immeuble démontre dans le comparatif ci-après, le très bon résultat du bilan global sur l’ensemble du cycle de vie (EGES) de la combinaison béton de chanvre Tradical® en mur + structure porteuse béton, qui satisfait au bilan global du label E+C- niveau carbone 2.

Cette solution fait quasiment jeu égal avec une hypothèse Béton de Chanvre Tradical® en mur + plancher bois+ structure porteuse béton ; elle présente de meilleurs résultats qu’une solution plus classique tout béton.

Bilan global EGES / E+C- / LM Ingénieur

Bilan global EGES / E+C- / Immeuble R+8 Boulogne Billancourt / LM Ingénieur

LM Ingénieur précise également que le cumul des bilans CO2 des produits de construction des différents éléments composants l’immeuble de Boulogne-Billancourt donne un résultat qui le rend éligible au label E+C- Carbone2  avec une valeur de 426 kgeqCO2/m², sur une période de 50 ans pour une valeur maxi autorisée de 750 kgeqCO2/m², soit -57% par rapport à la valeur seuil.

 

Fiche Profil Chantier R+8 Béton de chanvre à Boulogne Billancourt

  • Localisation : 81 Rue de Bellevue, 92100 Boulogne-Billancourt
  • Nature des travaux : Construction neuve
  • Destination du bâtiment : Immeuble de logements à usage locatif (15 logements)
  • Démarrage des travaux : Décembre 2018
  • Livraison prévue : 2020
  • Montant du marché : 1 660 893 Euros
  • Surface parcelle :  245 m²

 

  • Maitrise d’ouvrage : Immobilière 3F
  • Maitrise d’œuvre : North by Northwest Architectes | 42 rue d’Avron 75020 Paris | http://www.nxnw.fr/
  • BE Structure & thermique : LM Ingénieur | 13 Rue Chapon Paris 75003 | lm.ing@club-internet.fr

 

  • Entreprise Béton de Chanvre et structure : JR Bat | 20 rue Pierre Mendès France
  • Torcy 77200 France | http://jrbat.fr/nos-realisations/

 

Béton de chanvre

  • Constitué de chaux Tradical® Thermo + chènevotte Chanvribat®, application mur
  • Épaisseur béton de chanvre façade : 26 cm

 

Enduit Façades

  • Chaux Tradical® PF 80 + sable
  • Épaisseur de 2 cm

 

Performances visées

  • Certification Habitat HQE
  • Niveau RT 2012 – 20 %

 

Performances Techniques du bâtiment

CEP : 41 kWh/m² /an

  • Performance thermique / consommation estimée : 20 € gaz/mois pour un T3 60 m²

 

Crédits photos

 

Rédactionnel
Etabli à partir du dossier de presse rédigé par Sandrine Wiart, attachée de presse de BCB Tradical®

 

Pour aller plus loin
Xavier Héron, Conseiller Technique Tradical®, tél 06.37.79.13.62 | email xavier.heron@lhoist.com

BCB Tradical, votre expert en béton de chanvre et chaux aérienne.

béton de chanvre pour le collège Lucie Aubrac (77)

Collège de Lucie Aubrac – Montevrain (77)

Pour ce nouveau collège de 26 classes, construit dans l’éco-quartier de Montévrain, les logements de fonction bénéficient de l’utilisation du béton de chanvre, dont les qualités uniques assurent simultanément le remplissage des parois et l’isolation thermodynamique été/hiver, de l’ouvrage.

 

Interview de Sébastien Burin, entreprise Burin-Penet, par BCB Tradical® / Février 2020

 

Pour répondre à l’appel d’offre, différentes équipes se sont constituées. La construction a été attribuée à l’entreprise générale Verdoïa. Pour la partie concernant les logements de fonction, ce sont les échanges fructueux avec les sous-traitants  qui ont permis d’assurer la pleine efficacité des différents phasages.

 

La concertation entre Verdoïa, le charpentier Poulingues et l’entreprise Burin-Penet, pour le béton de chanvre, a permis d’optimiser la structure bois pour aller vers plus de rapidité quant à la constitution des parois béton de chanvre. L’ossature qui s’appuie sur une dalle Rdc en béton et des poteaux béton, est conçue pour recevoir des panneaux hauteur d’étage en intérieur et une finition extérieure constituée d’un bardage en zinc. La jonction mur/toiture est également optimisée pour une rapidité de pose sur site. La charpente façonnée en atelier, a été livrée sur place par camion grue avec assemblage des différents éléments à l’avancement.

A lire également : Se protéger du feu avec les bétons de chanvre tradical

L’objectif étant de réduire le coût global du système structure+isolation et de raccourcir les délais. Les logements ont été réalisés en dernière partie de chantier et leur réception a pu coïncider avec la date de livraison de la partie collège

 

La mise en œuvre s’est fait par travée. L’entreprise Burin-Penet a projeté ainsi le béton de chanvre par aire de mur, en étage puis Rdc. Une partie finie, l’échafaudage était déplacé sur la zone contiguë. La collaboration avec Verdoïa qui gérait l’aspect échafaudage a permis de gagner en efficacité. Dans ce même but, Burin-Penet est intervenu avec 2 machines à projeter le béton de chanvre pour les 3/4 du chantier. Ce qui a permis de traiter les 600 m² de béton de chanvre en une vingtaine de jours.

 

Suivre le portfolio réalisé par l’entreprise Burin-Penet

FICHE CHANTIER

 

Collège Lucie Aubrac

  • Lieu : Montévrain (77)
  • Superficie : 7547 m²
  • 26 classes
  • 300 élèves dans un 1er temps puis rapidement 800 élèves seront scolarisés sur ce site.
  • Démarche HQE certifiée, passeport bâtiment durable de niveau excellent

 

MAITRISE D’OUVRAGE

  • Conseil départemental Seine-et-Marne (77)

 

MAÎTRISE D’ŒUVRE

 

ENTREPRISE GÉNÉRALE

  • Verdoïa, filiale de VINCI Construction France

 

CHARPENTIER

  • Poulingues, Zone d’activité n°3, lieu-dit de la Carrellerie – 27210 Beuzeville

 

ENTREPRISE BÉTON DE CHANVRE

 

APPLICATIONS Béton de Chanvre

Mur isolant en béton de chanvre Tradical® :

  • Chaux Tradical® Thermo + chanvre
  • Surface : 600 m² environ
  • Épaisseur : 30 cm soit un R= 4 m².K/W (avec l = 0,076 W/m.k certifié)

 

Crédits photos : ©Burin-Penet

 

Pour tout contact :

Xavier Héron, Conseiller Technique Tradical®, tél : 06 37 79 13 62 / mail : xavier.heron@lhoist.com

BCB Tradical, votre expert en béton de chanvre et chaux aérienne.

Damien Blaise architecte

Portait d’architecte : Damien Blaise

Damien Blaise est l’architecte du projet de l’école maternelle de la Roseraie. Il y utilise le béton de chanvre sur les façades sud.

 

Interview de Damien Blaise BCB Tradical® / Février 2020

 

 

BCB : Quels sont les facteurs qui déterminent vos choix ?

Damien Blaise  « J’essaye de mettre le matériau le plus adapté à chaque partie d’un projet, pour être cohérent avec le site, ses contraintes et ses atouts et les objectifs en matière de performance énergétique et de couts de construction. Je n’ai pas de matériau privilégié »

 

« On sait que les bâtiments ont des durées de vie variables, suivant leur destination. Je privilégie la valeur d’usage : donc pas de place pour les derniers gadgets, il faut que l’ouvrage soit facile à utiliser faire fonctionner et à entretenir réparer. Il y a de la place pour le béton banché, les murs de paille, le chanvre, la pierre, le bois , le métal… »

 

«Il s’agit d’utiliser le meilleur matériau pour ses qualités de mise en œuvre, ses qualités économiques, de confort, d’aspect et de pérennité »

 

« Le bois par exemple, même si faire le choix d’une maison bois dans le sud-est n’est pas de la première évidence, je m’y suis intéressé très tôt, avant même qu’il ne prenne sa place sur le marché. Parce qu’on dispose là d’une solution légère, qui évite les surcharges et permet un chantier rapide, à haut niveau de précision. C’est ainsi idéal pour faire une extension…»

 

« Il n’y a pas de solution parfaite, mais notre métier consiste à créer de la valeur ajoutée en synthétisant toutes les données d’un projet (programme, budget, contexte règlementaire, planning,…) ».

A lire également : Yves Perret, construire et nourrir l’imaginaire

BCB : Quelle est l’origine de cette passion pour la matière ?

Damien Blaise : Je suis un amoureux de la chaux !  Ce qui m’a conduit à faire un stage (théorie et pratique) à l’Ecole d’Avignon pour redécouvrir toute les qualités de la chaux et le potentiel global de ce matériau qui tient une place essentielle dans notre patrimoine. À ma liste, il faut donc ajouter la chaux !

 

 

  • Damien Blaise architecte
    25 Rue Fontange – 13006 Marseille | site web : www.damienblaise.com
    Équipements | Hôtellerie | Industrie | Logement | Mobilier

 

A lire : Tout savoir sur l’enduit chaux chanvre

BCB Tradical, votre expert en béton de chanvre et chaux aérienne.

Béton de chanvre pour l'école de la Roseraie

Ecole maternelle de la Roseraie

Il s’agit d’une rénovation s’inscrivant dans un programme global mis en place par la Mairie de Marseille. Ici le projet consiste en la rénovation complète d’un bâtiment des années 70 avec la création d’un « bouclier thermique » en béton de chanvre pour les façades sud.

 

Interview de Damien Blaise BCB Tradical® / Février 2020

 

BCB : Pouvez-vous nous faire un état des lieux de la situation initiale ?

Damien Blaise : La maîtrise d’ouvrage avait la volonté de redonner une nouvelle jeunesse à ce bâtiment qui a fonctionné un demi-siècle, déjà ! Sa configuration et les solutions matériaux étaient à revoir totalement. Il y avait notamment cette façade sud très exposée à la surchauffe. Ce point précis m’a orienté vers le béton de chanvre qui a une capacité à neutraliser aussi bien les fortes températures que les basses températures. Là s’est trouvé le point de départ de ma réflexion.

 

BCB : Est-ce que la MOA souhaitait orienter le projet vert l’éco-rénovation ?

Damien Blaise : J’ai répondu à l’appel d’offre avec cette approche matériau biosourcé, alors que cet aspect ne figurait pas dans la demande initiale. J’ai pris comme appui le collège de Montévrain qui était en cours de construction et qui lui aussi recourait à la solution béton de chanvre. J’ai pu ainsi conforter cette proposition auprès des élus qui m’ont suivi.

 

BCB : Est-ce que cet engagement vers le béton de chanvre complexifie le processus ?

Damien Blaise : J’ai veillé à ce que le lot façade soit un lot spécifique afin de pouvoir disposer d’une entreprise intéressée par le béton de chanvre, et m’assurer ainsi de la réussite du chantier. C’est l’entreprise Omnium Façade qui a relevé le challenge.

 

BCB : Quelles ont été les grandes phases du chantier ?

Damien Blaise : Il y a d’abord eu le démontage de l’existant, en conservation de la structure poteau-poutre. Nous avons ensuite revu la distribution intérieure et les percements sur l’extérieur.

 

BCB : Finalement, à partir de ce squelette vous reconfigurer complètement l’ouvrage ?

Damien Blaise : Au cours du temps, l’école a été agrandie par l’adjonction d’un ancien logement de fonction, mais l’organisation intérieure n’était pas aboutie. On a dans l’étude effectivement pris en compte les nouveaux besoins et redonné de la logique dans les accès entre le rdc et l’étage et dans les cheminements sur chaque niveau.

Les façades ont été refaites avec l’objectif évident en 2020 d’apporter de la performance à l’enveloppe du bâti.

 

BCB : Comment c’est intégré le choix du biosourcé dans cette reconfiguration.

Damien Blaise : D’un point de vue du fonctionnement de la façade principale sud, nous avons privilégié l’apport de la lumière naturelle dans les classes, avec la mise en place d’ouvertures grands formats. L’étude d’ensoleillement nous a permis de définir le dimensionnement des pare-soleil indispensables pour disposer d’une ombre jusqu’en pied de vitre et éviter ainsi la surchauffe des classes en période chaude.

Le mur lui est en béton de chanvre, de 30 cm d’épaisseur. L’ossature secondaire bois qui le reçoit est fixée sur la structure porteuse. Côté intérieur, des panneaux hauteur d’étage servent pour l’occasion de coffrage au béton de chanvre qui est appliqué par projection mécanique, de l’extérieur. On est dans un mode opératoire classique avec ce matériau.

A lire également : Renaissance de la Manufacture Royal Bonvallet

BCB : Par contre vous avez changé de technique béton de chanvre pour d’autres façades !

Damien Blaise : Cette école est schématiquement en forme de L. Pour la plus grande façade sud, on vient de voir ce qu’il en était. Pour la façade en retour et la petite façade exposée sud également, nous avons mis en place un doublage isolant extérieur en béton de chanvre. Ces 2 façades en blocs de maçonnerie classique ont été conservées, pour être protégées par un doublage isolant extérieur en béton de chanvre.

« On a mis en place une isolation massique en complément de l’existant ou en création pure de façade »

 

BCB : Quels sont les systèmes auxiliaires mis en place ?

Damien Blaise : Il n’y a pas de climatisation, mais un système de brassage de l’air, basse vitesse et orientable. Ce principe génère un mouvement de l’air qui donne ainsi une impression de fraîcheur. Et cela participe du confort thermique. Le chauffage reprend le principe existant , radiateur eau chaude sur chaudières à condensation fonctionnant au gaz de ville.

 

BCB : Ce bâtiment, est un ERP. Comment s’est passée la validation du biosourcé auprès des instances ?

Damien Blaise : On est effectivement sur un type R de 4ème catégorie. Nous sommes passés en commission  sécurité. Le PV feu du Béton de Chanvre Tradical® a permis de répondre aux exigences auxquelles ce type de bâtiment doit répondre. Nous nous sommes également engagés, MOA et nous en tant que MOE, sur ces solutions béton de chanvre, validées par ailleurs par le bureau de contrôle.

 

« On est sur l’emploi de solutions atypiques, mais la synergie entre les différents acteurs a permis de fonctionner dans l’efficacité dans un quartier résidentiel dense, sur une parcelle exigüe »

 

FICHE CHANTIER

 

Lieu : Marseille 7è arr. (13),

 

MAITRISE D’OUVRAGE

  • Ville de Marseille (13)

 

MAÎTRISE D’ŒUVRE

 

 

ENTREPRISE GÉNÉRALE

  • Omnium Façade – Zac de la Valentine – 117 tr de la Montre, 13011 Marseille, France | site web : www.omnium-facades.com

 

ENTREPRISE BÉTON DE CHANVRE

 

  • DB Chanvre : Pour une mission AMO béton de chanvre.BET DB-CHANVRE CONSTRUCTION, 154 Chemin de la Futaie, 83550 Vidauban
    http://db-chanvre.com/

 

APPLICATIONS Béton de Chanvre

Mur isolant pour la façade principale sud : chaux Tradical® Thermo + Chanvribat®

  • Mise en œuvre par projection mécanique
  • Épaisseur : 35 cm soit un R= 4,6 m².K/W (avec l = 0,076 W/m.k certifié)
  • Surface : 170 m²

 

Doublage isolant extérieur sur les façades conservées sud, est et ouest : chaux Tradical® Thermo + Chanvribat®

  • Mise en œuvre par projection mécanique
  • Épaisseur : 10 cm soit un R = 1.3 m².K/W (avec l = 0,076 W/m.k certifié)
  • Surface : 114 m²

 

APPLICATIONS des enduits

Enduit traditionnel à la chaux pour la finition extérieur des ouvrages en béton de chanvre

  • Corps d’enduit : chaux Tradical® Bâtir + sable
  • Enduit de finition : chaux Tradical® PF80M + sable
  • Mode d’application : projection mécanique
  • Surface : 275 m²

 

Crédits photos : ©BCB Tradical®

 

Pour tout contact :

Eric Delanoë, Conseiller Technique Tradical®, tél : 06 76 45 09 03  / mail : eric.delanoe@lhoist.com

vulputate, elit. felis id nec mattis accumsan massa dictum