Plein feu sur un partenaire

isolation chaux chanvre préfabrication toiture

Nouvelle application préfabrication béton de chanvre : la toiture

Nous vous avions déjà présenté les réalisations de l’entreprise BURG dans le domaine du béton de chanvre. Toute l’expérience acquise lui a permis de se lancer dans une nouvelle application qui permet tout en conservant les qualités et caractéristiques du matériau, d’accéder à des rendements chantiers supérieurs : la PRÉFABRICATION béton de chanvre en toiture.

Dominique Burg, entreprise SEE BURG : Intervention lors de la 9è Rencontre Régionale Tradical® qui se tenait à Bordeaux le 19 Juin 2019

 

BCB : Pouvez-vous nous décrire votre structure ?

Dominique Burg : SEE Burg est une entreprise rurale au sein de laquelle nous avons développé de nombreuses compétences. De jeunes professionnels nous ont rejoint, ils sont bien formés, ils connaissent  les matériaux, le bâtiment, pour un effectif de  10 à 15 personnes. Avec 10 salariés en permanence sur le terrain, avec une activité intégrant le terrassement, la maçonnerie traditionnelle, et les enduits. Notre capacité d’investissement, est réelle, notre entreprise existe depuis 30 ans et dispose de matériels qui fonctionnent quotidiennement : dont une centrale à béton mobile achetée il y a 20 ans pour faire du béton traditionnelle et maintenant utilisée à d’autre fin…

 

BCB : Qu’est-ce qui vous a amené au béton de chanvre tel que vous le pratiquez aujourd’hui ?

DB : Un chantier notamment. Il combinait la création d’un pigeonnier accolé à une ancienne grange à rénover. C’était il y a 5 ans, j’ai travaillé avec le cabinet d’architecte spécialisé dans l’éco-rénovation, avec ici la préoccupation de restaurer ce lieu dans le respect de tous les matériaux préexistants.

On avait trouvé la solution béton de chanvre, du liège, …pour la partie à rénover. Tout était extrêmement bien calculé et conçu, et quand on a construit le pigeonnier, on a eu beaucoup de mal à trouver une structure maçonnée qui soit cohérente avec ce qu’on faisait à côté.

Donc cela s’est finit avec des murs en brique, enduits à la chaux, du liège pour l’intérieur et avec une maçonnerie de pierre + enduit en extérieur..

Cela convenait au client et à l’architecte. Ce qui ne me convenait pas trop. Car à côté on faisait toute l’isolation de la partie grange en chaux chanvre projeté machine et on avait des résultats extraordinaires dans le confort de l’habitat pour cette partie.

Cet aspect hétérogénéité des matériaux et solutions a été un des déclencheur de l’évolution vers plus de béton de chanvre. On en faisait déjà en projection, en enduit, mais ça c’est un des chantiers qui a fait vraiment comprendre à l’entreprise qu’il fallait également pouvoir construire en mettant le béton de chanvre dès le départ en structure.

 

BCB : D’où maintenant cette première pour la réalisation de cette toiture avec un système de préfabrication ?

DB : Oui, et il faut dire que c’est un ouvrage collectif. Une entreprise du bâtiment comme la nôtre ne peut pas être spécialisée sur tous les domaines. Donc qu’il s’agisse du BE, de l’architecte, du charpentier et du maçon, chacun est dans son rôle avec ses compétences. Et le domaine du béton de chanvre est en soi un métier complet. De fait, nous avons piloté le fonctionnement global pour tout ce qui était en lien avec le béton de chanvre.

Ici le charpentier nous a fait les calculs et la modélisation de la toiture par DAO. C’est lui qui en a la responsabilité et qui à ce titre a dessiné les panneaux, choisi les essences. Je lui ai précisé bien sûr ce qu’il me fallait pour faire le remplissage en béton de chanvre.

 

BCB : Pourquoi cet aspect « pilotage ?

DB : Un ouvrage en béton de chanvre demande une organisation rigoureuse des différents corps de métiers. Il faut préciser à l’électricien le type de pose des boîtiers, anticiper la mise en place des fluides…dans le but d’éviter toute phase ultérieure de reprise de l’ouvrage. Notre rôle consiste à (ré)apprendre à tous les corps d’état à travailler avec nous, par rapport à l’ouvrage béton de chanvre.

 

BCB : Quelles sont les phases de fabrication de panneaux préfabriqués avec remplissage en béton de chanvre

DB : La fabrication se déroule en atelier. Dans un premier temps, on a fabriqué les panneaux  dont nous avions précisés les gabarits au charpentier. Chevêtres de fenêtres de toit et de cheminées sont intégrées aux modules. Le préalable des formats est important, il nous assure une adéquation avec nos moyens de manutentions en atelier d’une part, et dans la phase acheminement sur site, des cotes compatibles avec le gabarit routier d’autre part.

La centrale à béton y a ensuite été installée pour supprimer toute perte de temps dans l’acheminement du mélange. L’accent a été porté également sur l’optimisation de la préparation du mélange et donc de l’approvisionnement des matières premières. Pour ce faire nous avons demandé aux industriels de la chaux et du chanvre de modifier les conditionnements. Nous avons pu disposer de chaux en bigbag et de chanvre en vrac en camion de 100 m3. Donc gain de temps pour la main d’œuvre et la gestion de déchets.

 

BCB : Vous semblez accorder un rôle essentiel à la centrale à béton mobile ?

DB : C’est un atout important dans notre démarche. Elle nous fait bénéficier d’un rendement de 30 m3 à l’heure, qui est bien supérieur à ce dont on dispose en projection mécanique. Elle nous assure également une qualité constante du béton de chanvre. Le temps de production du béton de chanvre est ainsi très réduit. Ici, ce sont les phases de déversement du produit, de réglage et de talochage qui demandent une attention de mise en œuvre. Le coulage des panneaux, composant une surface globale de 84 m², nous a pris une journée. L’ensemble génère un coût tout à fait intéressant. Et pas de perte de matière. 100% du mélange chaux chanvre est utilisé.

 

BCB : Quels avantages apporte la préfabrication toiture ?

DB : Par rapport à la météo : en extérieur, dans la période du chantier, on était entre 40 et 50°c, sur le toit, au soleil. La préfabrication béton de chanvre nous fait intervenir pour une bonne partie en atelier, à l’abri. Nos salariés s’en portent beaucoup mieux. On limite grandement les risques chantiers puisqu’on œuvre au niveau du sol pour le remplissage des panneaux. Donc globalement, on se trouve dans les meilleurs conditions parce qu’on n’est pas lié au risque météo. Il y a un gain aussi au niveau qualité parce qu’on peut ajuster à tout moment les réglages produits. En étant dans de bonnes conditions, le résultat est meilleur.

 

BCB : Est-ce que transporter des grands formats pose problème ?

DB : Le gabarit des panneaux a été pensé dès le départ pour être adapté à nos moyens de transports et aux conditions de circulation standard. La logistique s’est faite en 2 livraisons avec des camions de 10 et 7 t, les 2 peu chargés. Les conducteurs étaient les poseurs. Le levage a été réalisé par grutage, les panneaux pesant  800 kg maxi. En tout, nous avons mis 1,5 journées pour mettre en place la toiture.

Si on avait alimenté le chantier en apportant les sacs de chaux et de chanvre, les machines de projection, en comptant les ouvriers qui se déplacent une semaine, on aurait été dans une prestation toute autre !

Autre avantage de la préfabrication : intervenir en atelier permet un pré-séchage de l’ensemble. Et c’est essentiel. On transporte des panneaux plus légers. On évite ainsi la surcharge due à la présence de l’eau sur la structure porteuse (charpente et pré-murs).

 

BCB : Est-ce que poser une toiture préfabriquée en béton de chanvre implique la mise en place d’une charpente différente

DB : On a supprimé toutes les pannes, tous les arêtiers, donc la charpente est constituée de 2 fermes et d’un faîtage en lamellé-collé incorporé dans l’épaisseur des panneaux. Le système de jonction entre panneaux a été conçu par le charpentier. Ces mêmes panneaux reposant à leur extrémité sur les pré-murs du dernier niveau (section du bâtiment 11 x 5.5 m). On est dans une complète simplification de l’ouvrage lors de la conception.

On a même anticipé la mise en place d’une sous-face en volige qui tout en servant de fond de coffrage, est ajourée pour assurer un séchage continu du béton de chanvre. Quand on installe les panneaux préfabriqués, on pose à la suite les sous-tuiles. La sous-face ajourée préserve la qualité de séchage et sa rapidité. Donc on livre un ouvrage efficace à la réception du chantier.

 

BCB : Quid de l’esthétique de cette surface brut en sous-face ?

DB : Ce choix de faire une surface brut, outre sa fonction expliquée ci-avant tient aussi au fait que nous n’avons pas le souci de la détérioration lors de la livraison. De plus le maître d’ouvrage peut gérer la finition comme il le souhaite, y compris au niveau de l’électricité par exemple.

 

BCB : Qu’est-ce qui vous pousse à vous investir sur une telle démarche ?

DB : « On invente quasiment un métier, il faut disposer de solutions techniques, faire de la recherche, avoir de l’intuition.  Avec notre entreprise, on n’a pas de réponses à tout. On reste dans notre domaine, chacun son rôle. Mais ici on sait comment le matériau réagit et on maîtrise son comportement. C’est notre métier que de connaitre le comportement de la chaux et du chanvre ». 

Fiche chantier

  • Lieu : Tarn-et-Garonne
  • MOA : Privée
  • Entreprise : sarl SEE BURG – Saillagol – 82160 Saint Projet – burg-construction.com

 

Application

  • Toiture 4 pans réalisée en Béton de Chanvre application préfabrication toiture avec Tradical® Thermo pour 24 m3 de béton de chanvre
  • 14 panneaux de 1,5 x 3 m
  • Surface de la toiture : 80 m²

 

Pour aller plus loin

Pour tout contact

Frank de Barros, Conseiller technique Tradical®, tél 06 71 93 81 32, mail : frank.de.barros@lhoist.com

enduit à la chaux

Rénovation à la chaux au cœur de Nantes

Dans le quartier Guisthau

Pour cette rénovation en plein cœur de Nantes, au 22 rue Harouys, nous avons été contactés par Mr Delsol pour un ravalement de façades de pierre calcaire. Sur cette opération sont intervenues : l’entreprise Bonnel Loire Océan pour la rénovation de la façade principale, Blondy couverture et Vivien Cyril, le ferronnier.
Pour notre part nous avons traité le mur pignon de cet édifice.

  • Entreprise  Sud Loire Projection
  • Interview d’Anthony Joubert le 15 10 2018 : BCB Tradical®

Recherche de teinte avec les sables locaux

Le bâtiment était suivi par l’UDAP 44 et en toute logique, son ABF nous a fait une demande d’échantillonnage. Le 1er essai a été jugé trop blanc, donc on l’a modifié en incorporant un sable jaune de Palvadeau (44), dans la proportion de 1 seau de sable jaune pour 4 seaux de Teillé (44) blanc. Formulation validée.

 

Les premiers temps sur le chantier

Au départ, nous avons tout décrouté. Nous avons utilisé une machine à vapeur pour dépoussiérer le support et dégarnir les joints. Ponctuellement, sur les parties de supports hétérogènes, nous avons posé un grillage galvanisé.

 

Réglage des dosages et de la machine

Le mur pignon fait 15 m de haut. Nous n’avions pas d’expérience préalable avec le passage machine d’un enduit traditionnel à la chaux. Mais cela s’est bien déroulé. Avec un réglage de jaquette courte, c’était parfait. Au départ nous étions surdosé en sable, puis nous nous sommes finalement calé par rapport aux indications de la documentation, avec l’aide de Franck Codet, conseiller technique Tradical®. Avec 5 seaux pleins au lieu des 6 initiaux. Sur le chantier nous disposions d’une longueur de tuyau de 30 m, et tout est passé correctement.

 

Le pignon

Il fait 140 m² mais possède un pan coupé permettant un partage vertical 2/3 1/3 qui nous a facilité la tâche ; Le dégrossi s’est fait en 2 journées, de même pour l’enduit de finition.

La contrainte d’un mur pignon étant de faire l’ouvrage en continu pour livrer une esthétique sans trace de reprise. Ce type d’exercice ne peut se faire qu’en application mécanique. En mise en œuvre manuelle, on aurait dû intervenir en plusieurs fois, générant alors des traces de reprises, même en prenant toutes les précautions d’usages.

Il est certain que la démarche de l’ABF oriente davantage les interventions vers une mise en œuvre manuelle, mais pour ce chantier, nous avons pu choisir le type de chaux et le mode opératoire.

 

Application machine

Nous avons fait le dégrossi avant l’été, puis repris en Septembre

Pour la FINITION, nous étions 5 à la manœuvre. 1 machiniste pour guider l’opération et notamment gérer le mortier (Tradical® PF 80 + sable) dans le tuyau pour éviter tout blocage. une personne à la lance, une autre pour dresser à l’avancement et 2 personnes qui suivaient pour lisser et talocher toujours à l’avancement.

Pour le DÉGROSSI, Tradical® Bâtir + sable nous n’étions que 4 intervenants. Dans cette phase, on dresse l’enduit, on tire la surface à la règle et on gratte pour donner une accroche mécanique à la future couche de finition.

 

Préparation des interventions

Bien sûr avant chaque phase, nous avons réhumidifié le support la veille et le matin même.

 

Astuce

L’échafaudage était posé avec des potences d’appui. Pour livrer un enduit parfaitement fini, lorsque nous démontions l’échafaudage au niveau des platines, nous avons volontairement fait une délimitation claire et propre de l’emplacement. Nous avons ainsi livré un rendu sans trace de reprise qui, quel que soit le niveau de soin apporté, sont toujours disgracieuses.

 

La façade principale

Elle a été traitée par l’entreprise Bonnel Loire Océan, avec dépose des lucarnes, des châssis, réfection des cheminées. Passage du chemin de fer sur les pierres. Remplacement des pierres détériorées et rejointoiement complet avec la chaux de terroir Batidol® qui est une chaux régionale classiquement employée en restauration du patrimoine.

À l’arrivée la façade principale et  le mur pignon sont éclatants et bénéficient de la très grande luminosité des chaux employées

joint à la chaux Batidol

Fiche chantier chaux

  • MOA : privée, représentée par Mr Fabrice Delsol
  • Lieu : 22 rue Harouys. Nantes (44),

 

Les acteurs du chantier

  • Restauration de la Façades principale en pierre : Bonnel Loire Ocean | contact Martin Bonnel | 95 quai Emile COMERAIS – Z.I. de la Loire – 44800 Saint-Herblain | www.bonnelloireocean.com/contact
  • Restauration du mur pignon : Entreprise  Sud Loire Projection | Anthony Joubert | 35 Rte du Vignoble – BP 7 – 44330 La Chapelle Heulin  | Tel: 02.40.06.76.30 | www.joubert-facade.com
  • Couverture : Blondy couverture | 2 Rue Antoine Laurent de Lavoisier – 44980 Sainte Luce-sur-Loire | Tél : 02 40 25 62 64 | www.blondy-couverture.fr/

 

Solutions techniques

1/Enduit traditionnel à la chaux sur le mur pignon

  • Sous-enduit Tradical® Bâtir + sable selon le dosage application machine
  • Tradical® Bâtir est une chaux de classe FL A 3.5 conforme à la norme européenne des chaux de construction NF EN 459

 

2/Enduit traditionnel de finition à la chaux

  • Tradical® PF 80 + sable suivant dosage application machine
  • Tradical® PF 80 est une chaux de classe FL A 2 conforme à la norme européenne des chaux de construction NF EN 459

 

Portrait d’Anthony Joubert

→ Une immersion bâtiment et un parcours primé

Votre contact pour aller plus loin :

Franck Codet, conseiller technique Tradical®, tél 06 40 15 20 76 | franck.codet@lhoist.com

Anthony Joubert rénovation à la chaux

Paroles de Pro/4 : Anthony Joubert 

Une immersion bâtiment et un parcours primé

Anthony Joubert a un parcours bâtiment riche d’expériences. Fils d’artisan, il fait l’apprentissage des chantiers pendant ses vacances scolaires et suit un cursus IUT Génie Civil jusqu’à la licence. Suite à une période de stage au Pays de Galle, il intègre Spie batigolles où il est en charge de programmes de réhabilitation en site occupé (150 appartements). Il œuvre également sur l’ile de Jersey pour de la rénovation, ici en front de mer (153 logements). Et toujours à la tête d’équipes pluridisciplinaires.

Sur cette période, Anthony Joubert a reçu la médaille d’or en tant que Manager of the Year 2008, prix décerné par le CIOB (Chartered Institute of Building).

 

Changement de direction pour développer une activité bâtiment en nom propre.

J’ai repris à cette date l’entreprise familiale forte de 10 salariés.

Depuis, j’ai positionné notre activité sur 3 domaines au travers de 3 sociétés en synergie :

  • Une activité dédiée Isolation Thermique par l’Extérieur et peinture
  • Une seconde orientée Enduits de Construction/ Rénovation
  • Et une troisième réservée à la distribution de produits et solutions bâtiment, avec notamment la distribution/location de machines à vapeur pour nettoyer les façades des Monuments Historiques ou patrimoniales. Le procédé permet d’adapter la pression à la dureté de la pierre pour des interventions très respectueuses des matériaux en place. Dans le portefeuille de cette entité d’autres exclusivités sont disponibles, amenant l’entreprise à s’établir dans un nouveau bâtiment de 1000 m².

 

Une volonté d’excellence

Notre démarche : nous voulons rester des spécialistes, quelques soient les domaines dans lesquels nous nous développons. Nous pouvons répondre aux spécificités de la restauration du patrimoine avec des solutions en phase avec les demandes des Udap. Et dans ce cadre, cela fait 10 ans que l’on s’est remis à faire du mélange chantier. Dans cette logique, je réponds ponctuellement à des projets béton de chanvre et enduit de chanvre, d’ailleurs je mets également en œuvre des solutions liège.

 

Fournir des solutions pour lever les obstacles et valoriser les résultats

Nous sommes toujours à la recherche du mieux, autant au niveau produits que démarches pour valoriser notre expertise, faciliter l’aspect budget de nos clients, et être en phase avec ce qui porte le marché.

Nous partîmes à 10, nous sommes 25 salariés actuellement.

 

Entreprise Sud Loire Projection | Anthony Joubert | 35 Rte du Vignoble – BP 7 – 44330 La Chapelle Heulin  | Tel: 02.40.06.76.30 | www.joubert-facade.com

 

Référence chantier

→ Rénovation au cœur de Nantes

Votre contact pour aller plus loin :

Franck Codet, conseiller technique Tradical®, tél 06 40 15 20 76 | franck.codet@lhoist.com

Yves Perret architecte

Paroles d’architectes : Yves Perret, construire et nourrir l’imaginaire

Yves Perret architecte a présenté le projet de La Maison de La Nature à La Garde (83-FR) et sa démarche aux journalistes présents pour la visite de presse organisée en Mars 2019 sur le site même de l’ouvrage et du parc Naturel dont la reconfiguration est également presque achevée.

Pour passer aux actes d’une société écologique

Yves Perret : «Nous savons que les arguments rationnels et logiques ne suffisent pas pour passer aux actes d’une société écologique (Aujourd’hui, chacun, sauf Trump,  sait intellectuellement que poursuivre sans rien changer nous met dans le mur à assez court terme). Nous savons qu’il faut patiemment construire et nourrir l’imaginaire de cette société à construire…Il ne s’agit pas de sauver la planète qui nous survivra quoi qu’il arrive et saura redéployer  sans nous ses systèmes d’auto-régulation plus que millénaires (milliards d’années) , il s’agit de nous sauver de nous-mêmes en redynamisant le vivant que nous martyrisons de nos conceptions et actions..

 

Y Perret Philosophie

Y Perret Philosophie 1

Cristallisation collective

Nous savons tout ça depuis longtemps et par bien plus savants que moi :

Le Club de Rome, Yvan Illich, René Dubos, le verre d’eau de Dumont à la télévision, Edgar Morin, Michel Serres, André Gorz, Hubert Reeves….le GIEC…les écolos de tous poils…des minorités agissantes de Pierre Rabhi à Cantercel… , des groupes en Transition à certains services officiels….des Sels aux groupes participatifs, des anti-nucléaires aux associations de protection de la nature (FRAPNA, LPO…) tout un tas de gens dont la cristallisation collective est sans doute imminente….

La revivification de ce site et les bâtiments qu’il porte alimentent ce mouvement-là.

Il y a 35 ans, ces questions n’étaient pas portées par la puissance publique (on déclenchait l’hilarité) : aujourd’hui et de plus en plus, elles le sont (c’est encore dans les marges de l’action publique mais c’est là : bel et bien là, à présent) Le pied ne permet plus de refermer la porte qui déjà s’entrebâille avant de complètement céder.

Il est d’ailleurs étonnant qu’un programme type « Maison de la Nature » soit utile et même indispensable aujourd’hui. Sa nécessité dit le trouble du rapport Humanité-Nature dans lequel nous nous trouvons. N’importe quel anthropologue Jivaro ou Pygmée le confirmerait !

→ A suivre :

Yves Perret, architecte et poète sera présent au Festival Les Eauditives à Toulon, le 23 Mai 2019 à 18h30, à l’Hôtel Départemental des Arts pour une conférence et lecture « Le labo, la gouttière et la mer » . En découvrir le programme

Y Perret Philosophie

Y Perret Philosophie 2

→ En savoir plus sur la Maison de la Nature (béton de chanvre/Ossature bois/Bois/Béton)

→ Pour tous contacts

Yves Perret architecte, mail : yperret.archi@wanadoo.fr | site internet

Eric Delanoë, conseiller technique Tradical®, tél 06 76 45 09 03, mail : eric.delanoe@lhoist.com

JM Naumovic un engagement pour l'écoconstruction

Mon engagement pour l’écoconstruction

Jean-Marc Naumovic, c’est 30 ans de présence dans l’écoconstruction avec un soutien constant vis-à-vis des matériaux sains. Il a conduit pendant un mandat la présidence de Construire en Chanvre

Interview de Jean-Marc Naumovic, le 08 02 2019 : BCB Tradical®

BCB : Comment en êtes-vous  arrivé à construire avec du biosourcé, à faire de l’écoconstruction ?

JMN : J’ai démarré en 1990 avec l’utilisation du liège, en application extérieure. Cette solution limite les épaisseurs, par contre il faut savoir le travailler, fractionner l’ouvrage du fait des variations dimensionnelles de ce matériau. Mais l’aspect déclencheur a été la mauvaise santé d’un membre de ma famille.

 

BCB : Quelle relation entre la construction et la santé ?

JMN : J’ai fini par comprendre que les matériaux de construction et d’isolation utilisés à cette époque étaient responsables de ces problèmes en générant un environnement sanitaire de mauvaise qualité, avec notamment les COV des peintures, la diffusion de microparticules par les isolants minéraux, le plomb et le mercure contenus dans des blocs à maçonner.

J’ai participé avec un expert du CNRS et Greenpeace à une étude sur la toxicité de certains matériaux du bâtiment, et là, on est en 1994. À noter qu’en Allemagne un rapport existait déjà sur la toxicité avérée de quelques produits.

 

BCB : Cette préoccupation est devenue un engagement !   

JMN : Oui, à partir de là, nous avons communiqué les résultats y compris sur « le petit écran ».On a œuvré pour l’interdiction des éthers de glycol par exemple…

 

BCB : Et comment s’est faite la connexion avec le chanvre et l’isolation chanvre ?

JMN : J’ai participé à l’avènement du chanvre lors du 1er salon de l’environnement auquel participait la Chanvrière de l’Aube, (maintenant La Chanvrière). Au départ j’intégrais dans mes réalisations : le chanvre, le liège, la brique. Puis progressivement avec l’acquisition d’expérience au fil des chantiers, j’ai construit tout béton de chanvre, à partir de 2004.

 

BCB : Quelles sont les qualités du béton de chanvre qui font la différence ?

JMN : C’est un matériau solide, les rongeurs ou autres « petites bêtes » ne peuvent pas s’y développer, et c’est un matériau en totale symbiose avec le bois de l’ossature porteuse par exemple. Sans parler de ses performances thermiques et hygriques. Ce qui m’assure de rester fidèle à ma démarche initiale de « construire la qualité sanitaire ».

Mon leitmotiv serait :

« En intérieur, je respire comme à l’extérieur »

 

Articles complémentaires

Zéro Chauffage, Zéro Climatisation, interview de Jean-Marc Naumovic 1/2

 

Votre contact pour aller plus loin :

Franck Codet, conseiller technique Tradical®, tél 06 40 15 20 76 / franck.codet@lhoist.com

chaux aérienne pour une décoration créative

La chaux aérienne pour une décoration créative

On connait la chaux aérienne pour son emploi en décoration, trompe-l’œil architecturale, fausses matières…Ici Christine Biard-Feltre utilise des techniques traditionnelles pour nous livrer une création contemporaine avec une très forte identité. À vos effets (de matière) !

Interview de Christine Biard-Feltre le 08 02 219 : BCB Tradical®

Contexte : Nous sommes ici dans une maison R+1 des années 30, dans le Haut Doubs. L’intervention a été réalisée dans une pièce du RDC. Déco intimiste.

 

BCB : Quelle est la source d’inspiration ?

Christine Biard-Feltre : Le MOA voulait prendre comme origine de cette création un tableau réalisé par un peintre local. Et en faire une adaptation au volume à transfigurer.

 

BCB : Pouvez-vous nous expliquer le principe de cette décoration chaux aérienne ?

CBF : Il s’agit d’une décoration qui fonctionne par strate, et qui s’appuie sur une base visuelle constituée  par une boiserie de soubassement. Celle-ci est de couleur foncée, la teinte structure également les ouvertures en étant reprise sur les menuiseries des fenêtres.

 

BCB : Et chaque strate est complexe

CBF : Dans le sens ou effectivement chacune d’elle est constituée de multiples tonalités. On joue en plus sur un autre niveau en combinant opacité et transparence. Avec une déclinaison supplémentaire : de la 1ère strate au-dessus de la boiserie de soubassement vers la dernière partie de la décoration très claire, on passe de l’opacité à la transparence.

En bas la couleur est en plein au moyen d’un stuc + ciré, alors que vers le haut, on va vers la légèreté avec du badigeon, de la patine, des glacis…

 

« Dans ce décor, il y a toutes les techniques de la chaux »

 

BCB : Qu’en-est-il du déroulé de mise en œuvre ?

CBF : J’ai procédé mur par mur. Donc j’ai préalablement préparé l’ensemble des teintes dans les quantités adaptées à la surface totale de l’ouvrage. Cela garantit la cohérence pour chaque phase.

Sur la passe d’accroche initiale, il doit y avoir une dizaine de teintes, sans compter les effets de matières, et de densité.

Et dans la 3ème surface, la plus claire, à partir de 1,5 m j’ai là aussi créé un système de strates très estompées, de tonalité brun beige, texturées par des sables. Le tout est recouvert d’une patine plus ou moins transparente pour laisser affleurer une alternance de tonalités voisines.

À la suite, j’ai mis en place une séparation polychrome entre les 3 zones décoratives, pour renforcer l’identité de chacune.

 

BCB : Comment rester simple dans la formulation d’une telle création ?

CBF : Toutes les couleurs sont réalisées avec une base chaux aérienne (Tradical® H98) complétée par des sables, pigments, caséine…Donc je dispose d’un médium unique qui va me permettre de faire un ouvrage cohérent au niveau matériau, cohérent au niveau des temps de séchage (de la veille au lendemain entre chaque phase). De fait, malgré la richesse esthétique et donc la multiplicité des interventions, le décor s’est fait sur 5 jours. Le chantier global incluant les boiseries, sur 10 jours.

chaux aérienne pour enduit, badigeon et patine

chaux aérienne pour enduit, badigeon et patine

BCB : Au final, les murs composent  un tableau !

CBF : Oui, le décor se suffit à lui-même. On est dans le salon, il n’y a rien d’autre à ajouter que le strict minimum, un écran, 2 à 3 objets d’art. La composition globale correspond bien au MOA qui est un facteur d’orgue et clavecin dont le quotidien est l’art et la création.

 

Nota : Christine Biard-Feltre est diplômée de l’Ecole d’Avignon et dispose d’un titre de Peintre en Décor du Patrimoine. La formation se fait sur 9 mois et permet d’acquérir les connaissances techniques et artistiques nécessaires dans la restauration des ouvrages. L’objectif étant de connaitre et maîtriser les matériaux traditionnels. Ce savoir acquis lui permet d’intervenir en restauration ainsi qu’en création, sur tous types de supports et pour tous styles picturaux.

 

Fiche Chantier chaux aérienne

 

Solution produit chaux aérienne

Badigeon de chaux et patine : Tradical® H 98, qui est une chaux aérienne éteinte en poudre de classe CL 90 S selon la norme européenne des chaux de construction NF EN 459

 

Autre article sur la chaux en intérieur

Pourquoi rénover un intérieur à la chaux ? Interview de Manuel Barbaux, le 05 09 2018

Votre contact pour aller plus loin

Jean-Michel Sementery, conseiller technique Tradical®, tél 06 87 44 01 27 | jean-michel.sementery@lhoist.com

chaux aérienne pour une décoration exclusive

chaux aérienne pour une décoration exclusive

Sébastien Tinchant spécialiste béton de chanvre

ITINÉRAIRE vers le béton de chanvre et le biosourcé

Sébastien Tinchant développe son activité bâtiment en proposant les solutions bétons de chanvre. L’arme fatale c’est son show-room. Y venir, c’est comprendre le fonctionnement inégalable de ce matériau biosourcé.

Entreprise AC Deco
Interview 2/2 de Sébastien Tinchant le 25 10 2018 : BCB Tradical®

 

BCB : Pourquoi cette orientation vers le béton de chanvre ?

Sébastien Tinchant : c’est la partie perspirance du produit qui m’y a conduit.

« Je ne conçois pas de travailler dans le bâti ancien, ni même dans le neuf, sans laisser respirer les supports, les parois »

En réhabilitation, tout ce qui compose le bâti vit en interaction. Avec ce matériau cela ne peut qu’aller encore mieux. Dans ce domaine, je fais essentiellement du Doublage isolant en béton de chanvre avec une finition Enduit Chanvre.

Pour le neuf, j’ai pour objectif de créer un mur type en préfabrication avec le béton de chanvre.

 

BCB : Quels sont les aspects déclencheurs du choix du Béton de chanvre chez vos clients ?

ST : Je demande s’il y a volonté de transmettre le bien rénové ou construit. Dans l’affirmative je propose le béton de chanvre + finition enduit chanvre.

Un point commun à mes clients, ils accordent une importance au bien-être. Je leur fais systématiquement visiter mon show-room pour qu’ils se rendent compte de l’intérêt de ce matériau. Ils comprennent de suite. Les gens parlent, ça ne résonne pas. L’ambiance est très convaincante. Il n’y a pas de chauffage, on est à 19°C, dans le confort. On montre qu’il y a du résultat. Je peux ainsi passer directement du souhait au projet.

 

BCB : Avez-vous des retours au niveau de la performance thermique et du confort ?

ST : C’est une sensation de bien-être tous les jours. Que ce soit dans le neuf ou dans l’ancien, tous mes clients constatent que plus on avance dans le temps, plus le poste chauffage est dégressif. J’ai  réalisé 5 projets en Béton de Chanvre, avec étude thermique. Le constat est que le matériel de chauffage est sous-utilisé et donc s’abime. Le Bureau d’Études a bien défini une puissance de chauffage, mais en fait le ressenti est tel qu’à 18°C on est bien, alors qu’il faudrait  21/22 °C dans un intérieur disposant de solutions d’isolation classiques.

.

BCB : Comment se comporte ce marché du biosourcé ?

ST : De plus en plus de gens veulent du chaux chanvre. Certains sont prêts à faire des sacrifices, « Je veux que mon enveloppe soit comme cela »

Quand le budget est trop serré, je fais le Béton de chanvre. Puis je forme le MOA pour qu’il finisse son ouvrage tout en ayant une enveloppe très qualitative.

 

BCB : Cette spécialisation écomatériaux vous a-t-elle permis d’asseoir votre activité ?

ST : Mon entreprise est en fait une 2ème carrière pour moi. Auparavant j’étais militaire (20 ans), mais en fait je baigne dans le bâtiment depuis très longtemps avec un père plâtrier par exemple.

C’est un MO qui m’a fait connaitre le chanvre, ce qui m’a conduit à suivre une formation à Bordeaux. J’ai compris tout de suite l’intérêt du Béton de Chanvre, avec des finitions à la chaux.

 

« Les enduits à l’extérieur, ils sont beau et reste comme cela dans le temps »

 

Donc j’ai démarré tout seul ma nouvelle activité, puis après de belles rénovations, nous sommes une équipe de 3 personnes très motivées.

Quand je me suis lancé dans le chanvre, tout le monde avait sa recette, c’est pour cela que je me suis recentré sur du concret, avec des solutions validés, des produits certifiés.

 

« La matière parle, et c’est ça qui donne envie de faire et de continuer »

 

Contact entreprise

AC Déco : 16 rue du bosquet – 17250 Sainte Radegonde | https://www.acdeco17.fr/|

 

Articles complémentaires

L’enjeu de la compatibilité avec l’ancien : la parfaite adéquation du béton de chanvre | Interview 1/2 de Sébastien Tinchant AC DECO

 

Votre contact pour aller plus loin :

Charles Pascal, conseiller technique Tradical®, tél 06 25 13 64 79/ charles.pascal@lhoist.com

modénatures à la chaux aérienne

Maison de ville, modénatures sur mesure

C’est le propre des spécialistes que de redonner une âme au bâti traditionnel fatigué par de précédentes rénovations. Ici la spécialisation patrimoine de l’entreprise Durand Bâtiment redonne du caractère à l’ouvrage en soulignant ses proportions, en jouant des matériaux.

Entreprise Durand Bâtiment 3/3
Interview de Fabien Pautrel le 17 10 2018 : BCB Tradical®

 

BCB : Pouvez-vous nous retracer les grandes lignes de votre intervention ?

Fabien Pautrel : Nous sommes à Combourg, la ville de Chateaubriand. La maison située en centre ancien est constituée en R+1. Nous avons fait une grosse rénovation puisque nous avons mis à nu la charpente pour la refaire. Nous avons refait la cheminée, la tête de cheminée avec un menuisier agenceur. Les fenêtres sont également refaites. Nous avons décaissé la terre battue pour poser un hérisson isolant + béton de chaux, en remplacement du plancher bois existant.

 

BCB : Quel traitement pour la façade ?

FP : La façade était revêtue d’un enduit détérioré. Nous avons tout piqueté avec l’objectif final de mettre en place du « décor » pour apporter une plus-value esthétique à la façade sur rue. Nous avons ainsi créé une fausse chaîne d’angle harpée, des encadrements des tableaux en jouant sur les types de chaux et de sables. Tradical® PF 70 + sable pour le dégrossi et Tradical® PF 80 + sable pour l’enduit de finition. Pour la chaîne d’angle, nous avons réalisé un coffrage harpé rechargé en 2 passes pour être en sur-épaisseur par rapport à l’enduit de finition de la façade.

 

BCB : Dans quel cadre réglementaire s’est faite cette rénovation ?

FP : Il s’agit d’une ancienne maison de centre-ville. Nous sommes en zone classée. Donc l’ensemble des interventions pour l’extérieur de l’ouvrage s’est fait en collaboration avec l’ABF pour valider les techniques employées. Le moindre détail demande beaucoup de précision. La contrepartie positive pour le maître d’ouvrage privé a été de pouvoir bénéficier d’une subvention accordée par la Fondation du Patrimoine.

 

« L’intervention donne l’impression d’être minimaliste mais elle distingue sobrement cette maison patrimoniale »

chaux aérienne pour une rénovation en centre ancien

chaux aérienne pour une rénovation en centre ancien

Des modénatures à la chaux pour embellir une maison combourgeoise

Des modénatures à la chaux pour embellir une maison combourgeoise

Fiche Chantier Chaux
  • MOA : Privé
  • Lieu : Combourg (dpt 35)
  • Entreprise Durand Bâtiment : La Ville Joie 35540 LE TRONCHET | www.durand-batiment.fr | contact@durand-batiment.fr
  • Produits : chaux de construction selon la norme NF EN 459.
    • Sous-enduit traditionnel à la chaux : Tradical® PF 70 +sable
    • Finition traditionnelle à la chaux : Tradical® PF 80 + sable

 

 

Articles complémentaires

Jeu de construction pour une extension | Interview 1/3

Portrait Express de Fabien Pautrel, une activité aux deux visages | Interview 2/3

 

Votre contact pour aller plus loin

Franck Codet, conseiller technique Tradical®, tél 06 40 15 20 76 / franck.codet@lhoist.com

entreprise Durand Bâtiment

Portrait Express de Fabien Pautrel, une activité aux deux visages

Créée il y a 7 ans l’entreprise de Fabien Pautrel intervient sur différentes typologies en neuf et en rénovation et utilise tout le registre des matériaux du marché du bâtiment, en passant également par une spécialisation pour le patrimoine. Découverte…

Entreprise Durand Bâtiment 2/3
Interview de Fabien Pautrel le 17 10 2018 : BCB Tradical®

 

BCB : Comment avez-vous démarré votre carrière ?

Fabien Pautrel : J’ai une maîtrise en Génie Civile, qui m’a conduit sur un parcours de généraliste en

étant notamment conducteur de travaux pendant une dizaine d’année. Puis j’ai repris en 2012 une entreprise de maçonnerie spécialisée dans la rénovation.

 

BCB : Comment avez-vous appréhendé ce nouveau marché ?

FP : Concrètement, je me suis immergé dans un apprentissage des travaux anciens. Ceux-ci recourent à des techniques différentes de celles en vigueur dans le neuf. Avec une réflexion sur la nature des différentes chaux et leurs potentiels, leurs dosages et fonction des matériaux des parois par exemple…A Rennes on est sur des schistes, ou en pisé, voire en bauge. Et sur la lancée, j’ai abordé le béton de chanvre parce que c’est une technique simple. De même pour l’enduit chanvre qui est un plus par rapport aux techniques d’enduit traditionnels.

 

« J’ai abordé le béton de chanvre parce que c’est une technique simple »

 

Cette technique du béton de chanvre permet d’intervenir en remplacement d’existant en terre crue, ou torchis. L’acquisition des connaissances s’est faite sur chantiers au travers de tests, d’échanges avec d’autres professionnels du béton de chanvre. On utilise ces techniques depuis 2013-2014 au sien de mon entreprise de 18 personnes.

 

BCB : Sur quels types de marchés intervenez-vous ?

FP : En construction neuve, car cela correspond à mes connaissances d’origine. Là on répond à des appels d’offres en marchés privés : bâtiments artisanaux, extension/réhabilitation de logements, et publiques : écoles, bâtiments communaux…Et pour l’autre partie de notre activité, on s’investit également sur le Bâti Ancien, très présent sur la zone géographique que nous couvrons : la côte d’Émeraude et la vallée de la Rance, St Malo jusqu’à Dinard. Le patrimoine est de très haute valeur, avec beaucoup de Malouinières.

 

Articles complémentaires

Jeu de construction pour une extension | Interview 1/3

Maison de ville, modénatures sur mesure | Interview 3/3

 

Duran Bâtiment : La Ville Joie 35540 LE TRONCHET | www.durand-batiment.fr |

contact@durand-batiment.fr

 

Votre contact pour aller plus loin

Franck Codet, conseiller technique Tradical®, tél 06 40 15 20 76 / franck.codet@lhoist.com

extension béton de chanvre st malo

Jeu de construction pour une extension béton de chanvre

Avec le béton de chanvre, on peut construire, restaurer. Ici le projet, c’est celui d’un ajout. On fait se rencontrer du neuf avec de l’ancien. En créant une pièce supplémentaire recourant à ce qui se fait de mieux en écomatériaux et en « écodémarche »

Entreprise Durand Bâtiment 1/3
Interview de Fabien Pautrel le 17 10 2018 : BCB Tradical®

 

BCB : Dès la prise de contact, la charpente interpelle !

Fabien Pautrel : Sur cette extension, la charpente en impose avec son dessin atypique et ses fortes sections, avec juxtaposition de bois posés en chevron ou en croix, le tout entre poteaux porteurs faiblement espacés.

 

BCB : Quelle est la configuration de cette extension ?

FP : On est sur une surface au sol de 30 à 40 m² accolé à un mur pignon d’une maison de granit du pays de Saint-Malo. La dalle est en béton de chaux.

Le soubassement est en pierre locale de récupération issue de démolition. Il est maçonné avec une chaux formulée Tradical® et doublé côté intérieur par un maçonnage de bloc de pierre ponce. Le tout est couronné par une arase droite sur laquelle est posée la structure bois.

 

BCB : Qu’en est-il de l’isolation ?

FP : Le propriétaire a confié la conception à un MO spécialiste des écomatériaux, de la thermique. Donc dans ce projet figure en bonne place un béton de chanvre Tradical®. Nous l’avons mis en œuvre manuellement, entre banches, par pan de mur. Avec un remplissage par strate de 50 cm de hauteur. Du rdc jusqu’à l’étage sous couverture.

Le dessin de la charpente reste visible côté intérieur, avec le béton de chanvre affleurant dans un premier temps puis gratté sur 10 mm après décoffrage, à frais, pour mettre en place une finition chaux sable affleurant les pièces de bois.

Côté extérieur, une laine de bois recouvre la paroi bois/béton de chanvre, et est recouverte d’un bardage bois

 

BCB : Comment avez-vous gérer les passages de fluides ?

FP : Les gaines sont passées dans le tapis drainant et encastrées également dans le béton de chanvre.

 

BCB : Cet ouvrage est à classer dans le haut de gamme ?

FP : Non par les dimensions, mais par les options techniques mises en place. Il est certain que la multiplication des matériaux sur ce chantier a rendu complexe son avancement, avec un phasage important.

C’est un ouvrage où l’on a joué de l’excellence des matériaux et des connaissances. Les pièces de bois sont posées à l’ancienne, fixées tenon/mortaise, les chevilles également sont en bois !

 

Fiche Chantier

  • MOA : Privé
  • Lieu : St Malo
  • Entreprise : Durand Bâtiment – La Ville Joie 35540 LE TRONCHET | www.durand-batiment.fr | contact@durand-batiment.fr
  • Produits : Bétons de chanvre Tradical®
  • Application mur : Tradical® PF 70 + Chanvribat®.
    Tradical® PF 70 est une chaux de construction selon la norme NF EN 459

Articles complémentaires

Portrait Express de Fabien Pautrel, une activité aux deux visages | Interview 2/3

Maison de ville, modénatures sur mesure | Interview 3/3

Votre contact pour aller plus loin
Donec nunc Phasellus non consequat. porta. luctus Sed