Pas à pas chantier

enduit à la chaux

Rénovation à la chaux au cœur de Nantes

Dans le quartier Guisthau

Pour cette rénovation en plein cœur de Nantes, au 22 rue Harouys, nous avons été contactés par Mr Delsol pour un ravalement de façades de pierre calcaire. Sur cette opération sont intervenues : l’entreprise Bonnel Loire Océan pour la rénovation de la façade principale, Blondy couverture et Vivien Cyril, le ferronnier.
Pour notre part nous avons traité le mur pignon de cet édifice.

  • Entreprise  Sud Loire Projection
  • Interview d’Anthony Joubert le 15 10 2018 : BCB Tradical®

Recherche de teinte avec les sables locaux

Le bâtiment était suivi par l’UDAP 44 et en toute logique, son ABF nous a fait une demande d’échantillonnage. Le 1er essai a été jugé trop blanc, donc on l’a modifié en incorporant un sable jaune de Palvadeau (44), dans la proportion de 1 seau de sable jaune pour 4 seaux de Teillé (44) blanc. Formulation validée.

 

Les premiers temps sur le chantier

Au départ, nous avons tout décrouté. Nous avons utilisé une machine à vapeur pour dépoussiérer le support et dégarnir les joints. Ponctuellement, sur les parties de supports hétérogènes, nous avons posé un grillage galvanisé.

 

Réglage des dosages et de la machine

Le mur pignon fait 15 m de haut. Nous n’avions pas d’expérience préalable avec le passage machine d’un enduit traditionnel à la chaux. Mais cela s’est bien déroulé. Avec un réglage de jaquette courte, c’était parfait. Au départ nous étions surdosé en sable, puis nous nous sommes finalement calé par rapport aux indications de la documentation, avec l’aide de Franck Codet, conseiller technique Tradical®. Avec 5 seaux pleins au lieu des 6 initiaux. Sur le chantier nous disposions d’une longueur de tuyau de 30 m, et tout est passé correctement.

 

Le pignon

Il fait 140 m² mais possède un pan coupé permettant un partage vertical 2/3 1/3 qui nous a facilité la tâche ; Le dégrossi s’est fait en 2 journées, de même pour l’enduit de finition.

La contrainte d’un mur pignon étant de faire l’ouvrage en continu pour livrer une esthétique sans trace de reprise. Ce type d’exercice ne peut se faire qu’en application mécanique. En mise en œuvre manuelle, on aurait dû intervenir en plusieurs fois, générant alors des traces de reprises, même en prenant toutes les précautions d’usages.

Il est certain que la démarche de l’ABF oriente davantage les interventions vers une mise en œuvre manuelle, mais pour ce chantier, nous avons pu choisir le type de chaux et le mode opératoire.

 

Application machine

Nous avons fait le dégrossi avant l’été, puis repris en Septembre

Pour la FINITION, nous étions 5 à la manœuvre. 1 machiniste pour guider l’opération et notamment gérer le mortier (Tradical® PF 80 + sable) dans le tuyau pour éviter tout blocage. une personne à la lance, une autre pour dresser à l’avancement et 2 personnes qui suivaient pour lisser et talocher toujours à l’avancement.

Pour le DÉGROSSI, Tradical® Bâtir + sable nous n’étions que 4 intervenants. Dans cette phase, on dresse l’enduit, on tire la surface à la règle et on gratte pour donner une accroche mécanique à la future couche de finition.

 

Préparation des interventions

Bien sûr avant chaque phase, nous avons réhumidifié le support la veille et le matin même.

 

Astuce

L’échafaudage était posé avec des potences d’appui. Pour livrer un enduit parfaitement fini, lorsque nous démontions l’échafaudage au niveau des platines, nous avons volontairement fait une délimitation claire et propre de l’emplacement. Nous avons ainsi livré un rendu sans trace de reprise qui, quel que soit le niveau de soin apporté, sont toujours disgracieuses.

 

La façade principale

Elle a été traitée par l’entreprise Bonnel Loire Océan, avec dépose des lucarnes, des châssis, réfection des cheminées. Passage du chemin de fer sur les pierres. Remplacement des pierres détériorées et rejointoiement complet avec la chaux de terroir Batidol® qui est une chaux régionale classiquement employée en restauration du patrimoine.

À l’arrivée la façade principale et  le mur pignon sont éclatants et bénéficient de la très grande luminosité des chaux employées

joint à la chaux Batidol

Fiche chantier chaux

  • MOA : privée, représentée par Mr Fabrice Delsol
  • Lieu : 22 rue Harouys. Nantes (44),

 

Les acteurs du chantier

  • Restauration de la Façades principale en pierre : Bonnel Loire Ocean | contact Martin Bonnel | 95 quai Emile COMERAIS – Z.I. de la Loire – 44800 Saint-Herblain | www.bonnelloireocean.com/contact
  • Restauration du mur pignon : Entreprise  Sud Loire Projection | Anthony Joubert | 35 Rte du Vignoble – BP 7 – 44330 La Chapelle Heulin  | Tel: 02.40.06.76.30 | www.joubert-facade.com
  • Couverture : Blondy couverture | 2 Rue Antoine Laurent de Lavoisier – 44980 Sainte Luce-sur-Loire | Tél : 02 40 25 62 64 | www.blondy-couverture.fr/

 

Solutions techniques

1/Enduit traditionnel à la chaux sur le mur pignon

  • Sous-enduit Tradical® Bâtir + sable selon le dosage application machine
  • Tradical® Bâtir est une chaux de classe FL A 3.5 conforme à la norme européenne des chaux de construction NF EN 459

 

2/Enduit traditionnel de finition à la chaux

  • Tradical® PF 80 + sable suivant dosage application machine
  • Tradical® PF 80 est une chaux de classe FL A 2 conforme à la norme européenne des chaux de construction NF EN 459

 

Portrait d’Anthony Joubert

→ Une immersion bâtiment et un parcours primé

Votre contact pour aller plus loin :

Franck Codet, conseiller technique Tradical®, tél 06 40 15 20 76 | franck.codet@lhoist.com

confort d'été - Yves Perret architecte

Pour une climatisation naturelle avec le béton de chanvre

Objectif confort d’été pour la Maison de la Nature, dans le Var.

« Ce projet est juste le cadeau d’un peu de… fraîcheur »… mais aussi  celui d’un choix judicieux et inédit dans la région, celui du béton de chanvre sur ossature bois pour un projet situé dans le sud de la France, au cœur du soleil, de la chaleur et de la nature.

 

Paysage / Architecture / Biodiversité

La « Maison de la Nature » s’élève dans l’Espace Naturel Départemental du Var, espace magnifique qui a fait l’objet d’une étude et d’une rénovation complexe : préservation de la nature, insertion architecturale, respect de l’esprit du projet environnemental du département, optimisation de la biodiversité, sont autant d’impératifs de la maîtrise d’ouvrage – Le Département du Var – mais aussi de la maîtrise d’œuvre.

Le Béton de chanvre pour répondre à la créativité de l’architecte

Cette Maison de la Nature, où le Béton de Chanvre Tradical® et le Bois trouvent une place essentielle, répond à la fois par sa complexité et sa créativité architecturale (preuve que le béton de chanvre convient à d’infinies formes complexes et modénatures !) à l’insertion paysagère, et par sa pertinence constructive à des contraintes humaines et techniques propres à un ERP.

Ce projet, le premier en béton de chanvre sur ossature bois pour un équipement territorial de la région est aussi une démonstration du matériau en sa capacité à satisfaire des exigences naturelles, humaines ou techniques : sol inondable, confort d’hiver et surtout confort (naturel) d’été permettant d’éviter tout équipement climatique, respect des matières premières, acoustique agréable, durabilité de l’ouvrage.

 

Respiration pour les habitants et voyageurs du Var : un projet du département

L’intention du département du Var, maître d’ouvrage, est d’offrir à ses habitants et nombreux visiteurs un « cœur de Nature » (Mr Pequignot, maîtrise d’ouvrage). Ce département est d’ailleurs boisé à 58,3 %  ce qui témoigne de l’attachement à la nature, et en fait le deuxième département le plus boisé de France.

 

  • Accueillir et transmettre

Ce projet d’aménagement a fait l’objet dans sa globalité d’un concours européen.
La Maison de la Nature, dont le maître d’œuvre est Yves Perret, a pour vocation d’accueillir les visiteurs du site, de transmettre un véritable respect de l’environnement, d’informer tout en offrant un espace convivial où ceux-ci peuvent faire une pause. Des salles d’exposition (permanente ou éphémère) complètent ce bâtiment territorial, ainsi que des locaux de bureaux.

 

  • Objectif HQE

L’appel d’offre de la Maison de la Nature a été lancé en 2014.
Cette Maison de la Nature dont le concept initié très en amont traduit la volonté du département de répondre aux réglementations HQE à l’époque et aux réglementations d’aujourd’hui.
Elle montre aussi la volonté de respect du lieu et de la nature en général.

 

Des contraintes étroitement liées à l’implantation et à la destination du lieu

La maîtrise d’ouvrage a souhaité le recours à un matériau

  • Stockeur de carbone
  • Provenant de ressources agricoles
  •  Aux performances thermiques reconnues et efficaces
  • Capable de régulation hygrométrique
  • Procurant un confort d’été autant qu’un confort d’hiver dans une région réputée chaude
  • Un confort acoustique compte tenu du nombre de visiteurs attendus
  • À l’aspect… naturel, texturé

Par ailleurs, elle souhaitait faire appel à des entreprises de la région.

Béton de Chanvre Tradical en cours de pose - Maison de la Nature (83-FR)

Béton de Chanvre Tradical en cours de pose – Maison de la Nature (83-FR)

Une préparation minutieuse en amont

Les responsables techniques du Var ont véritablement pris connaissance du matériau Béton de Chanvre Tradical® sur ossature bois en visitant au préalable des réalisations en compagnie de l’architecte et du conseiller technique BCB régional, Eric Delanoë.
Ils se sont également attachés à l’aspect protecteur du bois par le béton de chanvre en cas de feu.
Par contre, ils ont laissé le choix de l’implantation de la Maison de la Nature et de son système constructif à l’architecte.

 

Les atouts performantiels du béton de chanvre dans ce bâtiment, une adaptabilité aux lieux

  • Un matériau isolant biosourcé capable de gérer les chaleurs élevées en été

La Maison de la Nature se situe dans un des départements de France les plus chauds en été, avec des températures pouvant atteindre 42°C (2017).
La fréquentation touristique du Parc aura vraisemblablement son pic pendant les périodes les plus chaudes de l’année.
Or la Maison de la Nature est aussi un havre pour les visiteurs. La capacité du béton de chanvre à écrêter les températures est exceptionnelle (absorption 95 % environ des variations de températures, phénomène de changement de phase de l’eau). Idéal pour une climatisation naturelle.

 

  • Un matériau protecteur des ossatures bois en cas de feu

D’une très longue résistance au feu, le béton de chanvre qui enrobe les ossatures bois utilisées va protéger durablement celles-ci.
Les Bétons de Chanvre Tradical® ont fait l’objet du premier classement de réaction au feu (dans la filière béton de chanvre et des matériaux biosourcés) par un laboratoire certifié  LNE : B-s1,d0
De surcroît dans ce chantier le Béton de Chanvre Tradical® a été revêtu en extérieur d’un enduit traditionnel à la chaux, sous-couche Tradical® Bâtir + sable et finition Tradical® PF 80 + sable, classé A1.

  • Son bilan carbone très favorable pour les murs bétons de chanvre de la Maison de la Nature

La maîtrise d’ouvrage départementale du Var souhaitait un bilan carbone minimisé au maximum. Non seulement le béton de chanvre n’émet pas de carbone mais capte le CO2 de manière quantifiable.
Ici on peut évaluer à 27 t de CO2 eq captés (ACV INRA 2006).

 

  • Son effet d’affaiblissement acoustique

Le Béton Chanvre Tradical® a été sélectionné en raison de son action d’affaiblissement en présence de gros volumes.

 

Article complémentaire

→ Voir les détails du chantier 

→ Portrait d’architecte : Yves Perret, construire et nourrir l’imaginaire

Fiche chantier

Solutions techniques

1/Mur Isolant Béton de Chanvre

  • Tradical® Thermo + Chanvribat® | Masse volumique 280 kg/m3
  • Tradical® Thermo et Chanvribat® composent un couple chaux+chanvre validé et conforme aux exigences performantielles des règles professionnelles d’exécution des ouvrages en béton de chanvre
  • Chanvribat® est une chènevotte labellisée Granulat Chanvre Bâtiment

 

2/Sous enduit traditionnel à la chaux

  • Tradical® Bâtir + sable selon le dosage pour support tendre.
  • Tradical® Bâtir est une chaux de classe FL A 3.5 conforme à la norme européenne des chaux de construction NF EN 459

 

3/Enduit de Finition à la chaux

  • Tradical® PF 80 + sable
  • Tradical® PF 80 est une chaux de classe FL A 2 conforme à la norme européenne des chaux de construction NF EN 459

 

Votre contact pour aller plus loin :

Eric Delanoë, conseiller technique Tradical®, tél 06 76 45 09 03 | eric.delanoe@lhoist.com

 

Dossier réalisé par Sandrine Wiart : tél. 01 34 94 77 33
Attachée de presse de BCB Tradical®

chaux aérienne pour une décoration créative

La chaux aérienne pour une décoration créative

On connait la chaux aérienne pour son emploi en décoration, trompe-l’œil architecturale, fausses matières…Ici Christine Biard-Feltre utilise des techniques traditionnelles pour nous livrer une création contemporaine avec une très forte identité. À vos effets (de matière) !

Interview de Christine Biard-Feltre le 08 02 219 : BCB Tradical®

Contexte : Nous sommes ici dans une maison R+1 des années 30, dans le Haut Doubs. L’intervention a été réalisée dans une pièce du RDC. Déco intimiste.

 

BCB : Quelle est la source d’inspiration ?

Christine Biard-Feltre : Le MOA voulait prendre comme origine de cette création un tableau réalisé par un peintre local. Et en faire une adaptation au volume à transfigurer.

 

BCB : Pouvez-vous nous expliquer le principe de cette décoration chaux aérienne ?

CBF : Il s’agit d’une décoration qui fonctionne par strate, et qui s’appuie sur une base visuelle constituée  par une boiserie de soubassement. Celle-ci est de couleur foncée, la teinte structure également les ouvertures en étant reprise sur les menuiseries des fenêtres.

 

BCB : Et chaque strate est complexe

CBF : Dans le sens ou effectivement chacune d’elle est constituée de multiples tonalités. On joue en plus sur un autre niveau en combinant opacité et transparence. Avec une déclinaison supplémentaire : de la 1ère strate au-dessus de la boiserie de soubassement vers la dernière partie de la décoration très claire, on passe de l’opacité à la transparence.

En bas la couleur est en plein au moyen d’un stuc + ciré, alors que vers le haut, on va vers la légèreté avec du badigeon, de la patine, des glacis…

 

« Dans ce décor, il y a toutes les techniques de la chaux »

 

BCB : Qu’en-est-il du déroulé de mise en œuvre ?

CBF : J’ai procédé mur par mur. Donc j’ai préalablement préparé l’ensemble des teintes dans les quantités adaptées à la surface totale de l’ouvrage. Cela garantit la cohérence pour chaque phase.

Sur la passe d’accroche initiale, il doit y avoir une dizaine de teintes, sans compter les effets de matières, et de densité.

Et dans la 3ème surface, la plus claire, à partir de 1,5 m j’ai là aussi créé un système de strates très estompées, de tonalité brun beige, texturées par des sables. Le tout est recouvert d’une patine plus ou moins transparente pour laisser affleurer une alternance de tonalités voisines.

À la suite, j’ai mis en place une séparation polychrome entre les 3 zones décoratives, pour renforcer l’identité de chacune.

 

BCB : Comment rester simple dans la formulation d’une telle création ?

CBF : Toutes les couleurs sont réalisées avec une base chaux aérienne (Tradical® H98) complétée par des sables, pigments, caséine…Donc je dispose d’un médium unique qui va me permettre de faire un ouvrage cohérent au niveau matériau, cohérent au niveau des temps de séchage (de la veille au lendemain entre chaque phase). De fait, malgré la richesse esthétique et donc la multiplicité des interventions, le décor s’est fait sur 5 jours. Le chantier global incluant les boiseries, sur 10 jours.

chaux aérienne pour enduit, badigeon et patine

chaux aérienne pour enduit, badigeon et patine

BCB : Au final, les murs composent  un tableau !

CBF : Oui, le décor se suffit à lui-même. On est dans le salon, il n’y a rien d’autre à ajouter que le strict minimum, un écran, 2 à 3 objets d’art. La composition globale correspond bien au MOA qui est un facteur d’orgue et clavecin dont le quotidien est l’art et la création.

 

Nota : Christine Biard-Feltre est diplômée de l’Ecole d’Avignon et dispose d’un titre de Peintre en Décor du Patrimoine. La formation se fait sur 9 mois et permet d’acquérir les connaissances techniques et artistiques nécessaires dans la restauration des ouvrages. L’objectif étant de connaitre et maîtriser les matériaux traditionnels. Ce savoir acquis lui permet d’intervenir en restauration ainsi qu’en création, sur tous types de supports et pour tous styles picturaux.

 

Fiche Chantier chaux aérienne

 

Solution produit chaux aérienne

Badigeon de chaux et patine : Tradical® H 98, qui est une chaux aérienne éteinte en poudre de classe CL 90 S selon la norme européenne des chaux de construction NF EN 459

 

Autre article sur la chaux en intérieur

Pourquoi rénover un intérieur à la chaux ? Interview de Manuel Barbaux, le 05 09 2018

Votre contact pour aller plus loin

Jean-Michel Sementery, conseiller technique Tradical®, tél 06 87 44 01 27 | jean-michel.sementery@lhoist.com

chaux aérienne pour une décoration exclusive

chaux aérienne pour une décoration exclusive

préfabrication béton de chanvre pour une base logistique

Préfabrication Express avec le Béton de Chanvre

Deux enjeux majeurs : rapidité d’exécution et pas de surcoût pour la construction d’un bâtiment technique territorial.

Le Béton de Chanvre (Tradical® bien sûr !) entre dans les bâtiments techniques territoriaux. La base logistique des Taffeneaux destinée à l’entretien et à la réparation des véhicules de transport d’ordures ménagères témoigne du développement et des possibilités étendues de ce matériau.

Le choix du béton de chanvre Tradical® de BCB répond ici à une double contrainte : une réalisation extrêmement rapide et une contrainte économique. La maîtrise d’ouvrage « Les Sables d’Olonne Agglomération », soucieuse de limiter au maximum l’impact de ces travaux et d’obtenir très vite un outil opérationnel, a fait appel à l’agence CAN-ia.

Douze mois, de l’étude à la livraison

Entre l’étude et la programmation du projet, le choix des architectes et des entreprises, la mise au point des procédés constructifs, la mise en œuvre et la livraison, douze mois se sont écoulés. Un vrai défi, une exigence en deçà des timings de constructions traditionnelles.

Défi relevé grâce au recours à la préfabrication hors mur de la totalité des panneaux bois – béton de chanvre Tradical®.

Un planning extrêmement serré a été déterminé, optimisant toutes les phases de réalisation et  limitant leur coût afin de ne pas perdre de temps. Ce qui a conduit à des innovations en termes de conception et de mise en œuvre.

Doubles pentes inversées pour un projet architectural Black and White

L’intégration du béton de chanvre Tradical® s’’est faite… naturellement. Ce matériau est aujourd’hui une solution de plus en plus retenue par les maîtres d’ouvrage publics.

Ici, c’est sans doute le premier équipement technique (…au moins dans la gestion des déchets) avec ce matériau.

La maîtrise d’ouvrage désireuse d’une réalisation rapide souhaitait également « un bâtiment qualitatif », réponse apportée avec le béton de chanvre Tradical®.

CAN-ia a offert avec son projet une réponse esthétique, fonctionnelle et économique, s’insérant dans une perspective environnementale, en recourant à un matériau biosourcé, le Béton de Chanvre Tradical®, réponse réalisable dans des délais encore plus rapides qu’avec des constructions traditionnelles.

Le programme béton de chanvre

Il associait d’une part la réalisation d’une aire de stationnement équipée d’une station de lavage, d’une station de carburant, d’un atelier pour l’entretien et la réparation des bennes à ordures et, d’autre part ,un bâtiment de bureaux et vestiaires pour les utilisateurs.

CAN-ia a décidé de jouer sur cette dualité et réalisé deux bâtiments distincts, jouant sur leur volumétrie et sur un effet d’optique.

Deux pentes inversées permettent à l’entité bureaux de répondre de manière équilibrée au volume nettement plus important de l’atelier.

Une démarche bioclimatique

Le bâtiment de Bureaux a été orienté plein sud pour bénéficier des apports solaires l’hiver (l’été, l’effet modérateur du béton de chanvre évite le recours à la climatisation) et l’atelier au nord. Choix bioclimatique car celui-ci nécessitait la diffusion d’une lumière naturelle non éblouissante.

Un grand auvent relie les deux entités, à la fois brise soleil et protection du passage entre les deux bâtiments. Il s’inspire grâce à ses poteaux en bois dressés inclinés, de la forêt et de ses alignements d’arbres.

Bois et Béton de chanvre, une association noble

Ces deux matériaux cohabitent ici parfaitement. La charpente a été réalisée par l’entreprise LCA de la région, en lamellé-collé, ainsi que les panneaux préfabriqués pour l’ossature croisée.

Pour l’entreprise, l’avantage de l’ossature bois est sa flexibilité qui permet une grande complexité de formes. Les murs de l’enveloppe ont été réalisés en béton de chanvre pour les bureaux (revêtus d’enduits).

La charpente lamellé-collé reprend les charges et les assemblages sont classiques (poutres – longrines).

 

→ Voir le dossier référence chantier

 

FICHE CHANTIER Base logistique Les Taffeneaux

Les acteurs du programme

  • Maitrise d’ouvrage : Les Sables d’Olonne Agglomération
  • Maitrise d’œuvre :   CAN-ia – Hangar 20, 20 Quai des Antilles 44200 Nantes. www.can-ia.fr. 
  • LCA – Les Charpentiers de l’Atlantique : Lot Structure Bois Charpente et panneaux Béton de Chanvre Tradical® 
  • Entreprise Fernandez : Mise en place du Béton de Chanvre Tradical® en atelier LCA

Votre contact pour aller plus loin 

Franck Codet, conseiller technique Tradical®, tél 06 40 15 20 76 / franck.codet@lhoist.com

Dossier réalisé par Sandrine Wiart : tél. 01 34 94 77 33
Attachée de presse de BCB Tradical®

modénatures à la chaux aérienne

Maison de ville, modénatures sur mesure

C’est le propre des spécialistes que de redonner une âme au bâti traditionnel fatigué par de précédentes rénovations. Ici la spécialisation patrimoine de l’entreprise Durand Bâtiment redonne du caractère à l’ouvrage en soulignant ses proportions, en jouant des matériaux.

Entreprise Durand Bâtiment 3/3
Interview de Fabien Pautrel le 17 10 2018 : BCB Tradical®

 

BCB : Pouvez-vous nous retracer les grandes lignes de votre intervention ?

Fabien Pautrel : Nous sommes à Combourg, la ville de Chateaubriand. La maison située en centre ancien est constituée en R+1. Nous avons fait une grosse rénovation puisque nous avons mis à nu la charpente pour la refaire. Nous avons refait la cheminée, la tête de cheminée avec un menuisier agenceur. Les fenêtres sont également refaites. Nous avons décaissé la terre battue pour poser un hérisson isolant + béton de chaux, en remplacement du plancher bois existant.

 

BCB : Quel traitement pour la façade ?

FP : La façade était revêtue d’un enduit détérioré. Nous avons tout piqueté avec l’objectif final de mettre en place du « décor » pour apporter une plus-value esthétique à la façade sur rue. Nous avons ainsi créé une fausse chaîne d’angle harpée, des encadrements des tableaux en jouant sur les types de chaux et de sables. Tradical® PF 70 + sable pour le dégrossi et Tradical® PF 80 + sable pour l’enduit de finition. Pour la chaîne d’angle, nous avons réalisé un coffrage harpé rechargé en 2 passes pour être en sur-épaisseur par rapport à l’enduit de finition de la façade.

 

BCB : Dans quel cadre réglementaire s’est faite cette rénovation ?

FP : Il s’agit d’une ancienne maison de centre-ville. Nous sommes en zone classée. Donc l’ensemble des interventions pour l’extérieur de l’ouvrage s’est fait en collaboration avec l’ABF pour valider les techniques employées. Le moindre détail demande beaucoup de précision. La contrepartie positive pour le maître d’ouvrage privé a été de pouvoir bénéficier d’une subvention accordée par la Fondation du Patrimoine.

 

« L’intervention donne l’impression d’être minimaliste mais elle distingue sobrement cette maison patrimoniale »

chaux aérienne pour une rénovation en centre ancien

chaux aérienne pour une rénovation en centre ancien

Des modénatures à la chaux pour embellir une maison combourgeoise

Des modénatures à la chaux pour embellir une maison combourgeoise

Fiche Chantier Chaux
  • MOA : Privé
  • Lieu : Combourg (dpt 35)
  • Entreprise Durand Bâtiment : La Ville Joie 35540 LE TRONCHET | www.durand-batiment.fr | contact@durand-batiment.fr
  • Produits : chaux de construction selon la norme NF EN 459.
    • Sous-enduit traditionnel à la chaux : Tradical® PF 70 +sable
    • Finition traditionnelle à la chaux : Tradical® PF 80 + sable

 

 

Articles complémentaires

Jeu de construction pour une extension | Interview 1/3

Portrait Express de Fabien Pautrel, une activité aux deux visages | Interview 2/3

 

Votre contact pour aller plus loin

Franck Codet, conseiller technique Tradical®, tél 06 40 15 20 76 / franck.codet@lhoist.com

extension béton de chanvre st malo

Jeu de construction pour une extension béton de chanvre

Avec le béton de chanvre, on peut construire, restaurer. Ici le projet, c’est celui d’un ajout. On fait se rencontrer du neuf avec de l’ancien. En créant une pièce supplémentaire recourant à ce qui se fait de mieux en écomatériaux et en « écodémarche »

Entreprise Durand Bâtiment 1/3
Interview de Fabien Pautrel le 17 10 2018 : BCB Tradical®

 

BCB : Dès la prise de contact, la charpente interpelle !

Fabien Pautrel : Sur cette extension, la charpente en impose avec son dessin atypique et ses fortes sections, avec juxtaposition de bois posés en chevron ou en croix, le tout entre poteaux porteurs faiblement espacés.

 

BCB : Quelle est la configuration de cette extension ?

FP : On est sur une surface au sol de 30 à 40 m² accolé à un mur pignon d’une maison de granit du pays de Saint-Malo. La dalle est en béton de chaux.

Le soubassement est en pierre locale de récupération issue de démolition. Il est maçonné avec une chaux formulée Tradical® et doublé côté intérieur par un maçonnage de bloc de pierre ponce. Le tout est couronné par une arase droite sur laquelle est posée la structure bois.

 

BCB : Qu’en est-il de l’isolation ?

FP : Le propriétaire a confié la conception à un MO spécialiste des écomatériaux, de la thermique. Donc dans ce projet figure en bonne place un béton de chanvre Tradical®. Nous l’avons mis en œuvre manuellement, entre banches, par pan de mur. Avec un remplissage par strate de 50 cm de hauteur. Du rdc jusqu’à l’étage sous couverture.

Le dessin de la charpente reste visible côté intérieur, avec le béton de chanvre affleurant dans un premier temps puis gratté sur 10 mm après décoffrage, à frais, pour mettre en place une finition chaux sable affleurant les pièces de bois.

Côté extérieur, une laine de bois recouvre la paroi bois/béton de chanvre, et est recouverte d’un bardage bois

 

BCB : Comment avez-vous gérer les passages de fluides ?

FP : Les gaines sont passées dans le tapis drainant et encastrées également dans le béton de chanvre.

 

BCB : Cet ouvrage est à classer dans le haut de gamme ?

FP : Non par les dimensions, mais par les options techniques mises en place. Il est certain que la multiplication des matériaux sur ce chantier a rendu complexe son avancement, avec un phasage important.

C’est un ouvrage où l’on a joué de l’excellence des matériaux et des connaissances. Les pièces de bois sont posées à l’ancienne, fixées tenon/mortaise, les chevilles également sont en bois !

 

Fiche Chantier

  • MOA : Privé
  • Lieu : St Malo
  • Entreprise : Durand Bâtiment – La Ville Joie 35540 LE TRONCHET | www.durand-batiment.fr | contact@durand-batiment.fr
  • Produits : Bétons de chanvre Tradical®
  • Application mur : Tradical® PF 70 + Chanvribat®.
    Tradical® PF 70 est une chaux de construction selon la norme NF EN 459

Articles complémentaires

Portrait Express de Fabien Pautrel, une activité aux deux visages | Interview 2/3

Maison de ville, modénatures sur mesure | Interview 3/3

Votre contact pour aller plus loin
camion toupie pour béton de chanvre en toiture

Gagner en rendement pour isoler sa toiture

Comment diviser par 3 à 4 son temps chantier en restauration d’une toiture avec le béton de chanvre ?

C’est le choix du process de mise en oeuvre du béton de chanvre qui change la donne. Ici la solution camion-toupie + tapis convoyeur apporte des gains de mise en oeuvre très important, tout en assurant une grande qualité pour l’ouvrage réalisé et les conditions d’application.

Interview de Messieurs Georget (MOA) et Stan Morel de Nature Matériaux, le 29 10 2018 par BCB Tradical®

 

BCB : Comment avez-vous découvert le matériau chaux chanvre ?

M.Georget : Je fais partie de l’association Tiez Breiz. J’ai pu dans ce cadre participer à des chantiers pour apprendre notamment à utiliser la chaux, comprendre comment fonctionne un bâtiment, et comment il respire. Et l’importance de la compatibilité des matériaux employés en rénovation sur site ancien. J’y ai découvert également le mélange chaux chanvre.

 

BCB : Quels sont les éléments de réflexion qui vous ont conduit à opter pour le béton de chanvre pour rénover votre toiture ?

MG : Quand on regarde la performance dans l’absolu de ce matériau par rapport à d’autres (laine de bois…) le lambda peut être jugé moyen. Mais en fait quand on compare les matériaux isolants, on le fait en statique et non en dynamique. Or le béton de chanvre est très performant en dynamique. Son fonctionnement exothermique et endothermique permet de compenser les variations de températures extérieures et conserver une température stable en intérieur.

Autre point important, pour conserver un lambda important sur les solutions classiques ou bio-sourcées en voie sèche, il faut mettre en place un pare-vapeur hygrovariable, des adhésifs techniques, le tout avec une pose très précise. Hors nous sommes en rénovation, et les supports ne sont pas homogènes dans leur nature et leur géométrie et ne facilitent donc pas la tâche à la pose. Et si ce n’est pas bien fait, le performanciel est détérioré.

Je voulais rester dans une mise en œuvre simple, sans multiplier les interventions et les couches de matériaux. Et pour cela, avec le béton de chanvre, on ne se pose plus de questions.

 

« Sur mon bâtiment qui a plus de 200 ans, j’allais être contre productif…
J’ai joué la simplicité avec le béton de chanvre »

 

BCB : Quel était l’état des lieux ?

MG : Il s’agit d’une ancienne porcherie. L’état de la charpente était correct. Pas d’isolation initialement. Les voliges étaient par contre très détériorées. Donc on a fait une réfection totale, avec une modification de la charpente pour recevoir le béton de chanvre Tradical®, afin de supporter les 57 kg de chaux chanvre par m² sur 30 cm d’épaisseur à venir.

Et en démontant la toiture, nous avons enlevé des restes de rongeurs, des insectes…bref tout ce qui peut habiter certains matériaux isolants et pas du tout le béton de chanvre. Ce qui dispense la pose de grillage de protection.

« L’avantage ici, c’est pas d’entretien »

BCB : Est-ce que vous envisagez d’autres travaux de rénovation ?

MG. : À l’intérieur du bâtiment, nous avons également supprimé un mur pour récupérer de l’espace. Nous mettrons en place un enduit de chanvre pour rester cohérent à la fois dans les matériaux et dans le fonctionnement. En extérieur, une serre climatique va s’appliquer contre la façade sud pour gagner en surface au sol et contribuer à tempérer notre lieu de vie en hiver. Les façades seront à pierres vues.

 

BCB : Et concrètement pour la mise en œuvre ?

MG : Figurez-vous que toujours grâce à Tiez Breiz, j’ai rencontré un tailleur de pierre Benoit Paré auquel j’ai confié des travaux de limousinerie. Et j’ai pu échanger avec lui sur le sujet béton de chanvre car il en avait déjà fait en chapes isolantes. Il a fini de me convaincre des avantages pratiques du matériau et de ses performances.

Et toujours en local, Stan Morel, gérant du négoce bio Nature Matériaux, de concert avec Benoit Paré, m’a orienté vers la location d’un camion-toupie + chauffeur. Tous les 2 en avaient la pratique sur des chantiers antérieurs et en vantaient les avantages.

 

Stan Morel : On a défini les quantités. Le jour J, on a chargé le camion-toupie pour un mélange sur notre dépôt. En sachant que le chantier est à 15 mn. L’intérêt de pouvoir utiliser un tapis convoyeur est qu’on évite de s’approcher trop prêt du bâtiment, ce qui pourrait générer des dommages du fait du surpoids occasionné par ce type de véhicule. Avec le tapis convoyeur on dispose d’une portée de 20 m, avec une orientation mesurée.

 

BCB : Quel est le bilan au  niveau mise en œuvre ?

MG : Sur notre chantier, l’intérêt est que le camion s’est positionné à un seul endroit, et c’est la longueur du tapis qui a varié, au fur et à mesure de l’avancement de l’isolation. Et ce, pour les 2 versants de la toiture.

Le phasage de la journée était simple :

  • La matinée : 1 h 30 de chargement, suivi de 1 h 15 de pose de 10 m3 de béton de chanvre.
  • L’après-midi : 1 h 15 de chargement, suivi de 1 h 15 de pose de 8 m3 de béton de chanvre.

 

Et surtout du côté pratique on est dans une configuration chantier optimisée :

  • Le chauffeur dirige le tapis
  • et le réglage du matériau est fait par Benoit paré
  • avec un confort de travail sans équivalent pour tous les deux

 

« Les 18 m3 ont été gérés uniquement avec 2 personnes sur 1 journée ! Il en aurait été de même pour un R+1 »

Pilotage du tapis convoyeur et de la goulotte pour le déversement du béton de chanvre

camion toupie pour béton de chanvre en toiture

Réglage du béton de chanvre par Benoit Paré

La toiture isolante en béton de chanvre est prête à recevoir la couverture de tuiles

Pour l’anecdote, le chauffeur était très étonné. Il a fait la mise en place avec le tapis au pied levé, lui qui ne connaissait pas ce matériau. Il nous a dit que la manipulation du béton de chaux+chanvre prenait 2 fois moins de temps que celle du mélange gravier+ciment qu’il gère au quotidien…

Même au niveau du rinçage de la toupie au jet d’eau, on a constaté aucune perte de produit.

« Et puis il faut voir la qualité d’homogénéité du mélange, c’est parfait ».

BCB : Pour la suite…

MG : Je me projette dans le futur. On peut être amené à faire évoluer notre intérieur et de fait peut-être à modifier le positionnement de nos 2 fenêtres de toit. Avec le béton de chanvre, nous n’aurions aucune difficulté technique et matérielle à le faire et de plus sans perte de performance.

« Il n’y a pas de solutions miracles, il faut trouver les solutions les plus cohérentes».

Fiche chantier béton de chanvre

  • Localité : 44140 Aigrefeuille-sur-Maine
  • Ouvrage restauré : Ancienne porcherie
  • Caractéristique du bâtiment : rdc de 65 m² y compris serre climatique
  • Livraison : 2018

Les acteurs du projet

  • MOA : Mr Georget
  • Entreprise : Benoît Paré – 44190 St Hilaire de Clisson
  • Négoce : Nature Matériaux – Stan Morel 06 16 42 12 75 / 02 40 86 29 60 – 44190 Clisson – https://www.nature-materiaux.com/

Application et produits

  • Béton de Chanvre Tradical® en application toiture isolante : chaux Tradical® Thermo + chanvre avec malaxage camion-toupie et déversement/remplissage par tapis convoyeur
  • Épaisseur : 30 cm.

Pour aller plus loin

Les autres évolutions du béton de chanvre :

Pour toutes précisions

  • Contact Tradical®: Franck Codet, Conseiller Technique, tél : 06 40 15 20 76
Rejointoiement à la chaux aérienne

Redonner vie à un haut lieu de l’histoire du Châtillonais

Pour mener à bien ce projet de restauration, il a fallu tout l’engagement de Mr Jean-Charles Colombo, maire de Bure-Les-Templiers, sur une quinzaine d’années, pour faire revivre cet ouvrage qui a traversé 10 siècles de notre histoire.

Interview de JC Colombo, Maire de Bure-Les-Templiers, le 18 10 2018 : BCB Tradical®

BCB : Au préalable, pouvez-vous nous situer le contexte historique de votre commune ?

JC Colombo : Nous sommes dans le Chatillonnais, cette région est le berceau de l’ordre des Templiers. L’église de Bure-les-Templiers est le plus ancien témoignage de cet ordre, elle date du XIe s. Elle a été remaniée au XIVe et XVIe, quand les Hospitaliers ont succédé pour 5 siècles aux Templiers. La plus grande modification datant du XVIIIe. Un historique qui se décline sur place avec une succession de style roman et templier à l’origine, puis gothique et hospitalier par la suite.

 

BCB : un tel projet de restauration d’un Monument Historique, c’est un engagement d’une quinzaine d’années !

JCC : Le projet a démarré en 2004, avec notamment la recherche de financement, et la phase étude du projet menée par l’architecte du patrimoine Dominique Jouffroy. Celui-ci sera présent d’ailleurs du début jusqu’à la livraison de l’église complètement restaurée, soit 111 réunions. Le tout bien sûr avec la participation de l’architecte des bâtiments de France. Du fait de l’ampleur de la restauration, les travaux se sont échelonnés sur 3 tranches, avec un démarrage effectif du chantier en 2011.

 

BCB : Quels ont été les temps forts du projet de restauration de l’Église de Bure-Les-Templiers ?

JCC : L’ensemble des travaux s’est fait en 3 temps bien distincts :

  • Assainissement des soubassements pour une mise hors d’eau des murs.
  • Restauration de l’extérieur de l’édifice clocher, chœur, tourelle, abords : couverture / maçonnerie / enduit + badigeon
  • Restauration de l’intérieur de la nef principale et la collatérale, le chœur : enduit / sol / mobilier

Le tout réalisé essentiellement par une seule entreprise locale, spécialisée dans la restauration du patrimoine : l’entreprise Girardet 

Restauration à la chaux du clocher de l'église de Bure-les-Templiers

Restauration à la chaux du clocher de l’église de Bure-les-Templiers

BCB : La sauvegarde du patrimoine, c’est une aventure qui a un coût !

JCC : Pour résumer cet aspect, le budget avoisine le million d’euros (TTC). Somme qui ne pouvait être assumée par la seule commune de Bure-les-Templiers. Nous avons pu bénéficier de l’engagement de l’état au travers de la participation financière de la DRAC ; le Conseil départemental nous a également soutenu. Et un 3ème acteur important a apporté sa contribution : La Fondation du Patrimoine. Cet ensemble a financé la restauration à hauteur de 78 % du montant global. La différence étant à la charge des administrés.

Restauration à la chaux de la façade sud de la Nef de l'église de Bure-Les-Templiers

Restauration à la chaux de la façade sud de la Nef de l’église de Bure-Les-Templiers

BCB : Pourquoi un tel engagement ?

JCC : Il y a l’aspect patrimonial, d’une part. Nous sommes sur un site emblématique, marqué très fortement par les hommes sur près de 10 siècles. Et nous avions à cœur de le transmettre. Puis d’autre part se dessine l’avènement du Parc National des forêts de Champagne-Bourgogne (2018/2019). Celui-ci  va apporter un regard nouveau sur notre région. Et la restauration de notre église templière sera un atout considérable pour valoriser notre commune, et dynamiser son activité.

Restitution de l'église après rejointoiement et eau forte à la chaux aérienne

Restitution de l’église après rejointoiement et eau forte à la chaux aérienne

Fiche chantier

  • Localité : Bure-Les-Templiers (dpt 21-France)
  • Ouvrage restauré : Église Saint –Julien
  • MOA : commune de Bure-Les-Templiers
  • MOE : Dominique Jouffroy, architecte du patrimoine
  • Architecte des Bâtiments de France : Virginie Broutin
  • Maçonnerie/enduit/couverture : Entreprise Girardet

 

Pour aller plus loin

 

Pour toutes précisions

  • Contact Tradical®: Jean-Michel Sementery, Conseiller Technique, tél : 06 87 44 01 27
restauration d'une église des Templiers et Hospitaliers

Restauration d’une église des Templiers et Hospitaliers

Bure-Les-Templiers : une entreprise spécialiste du patrimoine  pour restaurer un bâtiment emblématique d’une région

Interview de José Augusto, Chef de Chantiers de l’entreprise Girardet, le 23 10 2018 par BCB Tradical®

BCB : Dans quelles conditions êtes-vous intervenues sur cette restauration de Monument Historique ?

J Augusto : Nous sommes présents depuis 2011 sur les 3 tranches du chantier, sur des durées variables en fonction de la nature des travaux programmés. Il faut tenir compte que d’autres corps de métiers ont œuvré bien évidemment, ce qui a généré cette durée globale de 7 années de travaux. Pour notre part, la 1ère tranche s’est faite sur 3 à 4 mois, la 2ème sur presque une année et la 3ème tranche qui permet de livrer l’édifice complètement restauré s’est faite également sur une année environ.

 

BCB : Par quelle intervention avez-vous commencé ?

JA : Il était essentiel et logique de démarrer par la mise hors d’eau des murs de l’église. Le bâtiment a énormément souffert du fait que la route longeant l’ouvrage est maintenant au-dessus de la base des murs. Historiquement l’église a bien sûr été construite comme il se doit à une « altitude » supérieure à celle du passage la longeant. Mais celui-ci s’est trouvé rehaussé au fur et à mesure de ses réfections.

Donc on a mis en place un système de drain avec une cunette béton à 60 cm de profondeur et à 30 cm du mur, complété d’un remblaiement classique. L’objectif est de canaliser toute l’eau de ruissellement afin de la guider en dehors de l’assise de l’édifice. Cela va permettre une mise hors d’eau immédiate accompagné d’un assainissement progressif des murs. Dans cette phase, nous avons refait aussi les soubassements, avec de la chaux Tradical®.

 

BCB : Comment s’est déroulée la 2ème tranche qui concernait l’extérieur du bâtiment ?

JA : Avant tout, nous avons échafaudé la globalité de l’édifice, nef, toiture et clocher compris. Le tout jusqu’à 32 m de haut. Les couvreurs de notre entreprise ont procédé alors à la réfection complète de la toiture avec dépose des tuiles, mise à nu de la charpente. Il a fallu remplacer 10 à 15 % de chevrons défectueux. Ils ont utilisé des pièces en chêne pour rester en cohérence avec les bois d’origine.

 

BCB : D’ailleurs, la toiture a été fortement reconfigurée !

JA : En effet, suivant le projet de l’architecte du patrimoine, nous avons redonné sa forme initiale à la toiture. Avant réfection, elle englobait la nef et le collatéral nord, modifiant  conséquemment la forme générale du corps principal faisait penser à un toit de bâtiment agricole ou de grosse bâtisse. Maintenant, la toiture principale ne recouvre que la nef, l’ouvrage est plus dynamique. D’ailleurs, nous avons retrouvé lors du démontage des traces des anciens solins, confirmant en cela le choix de l’architecte.

Donc, les tuiles en bon état ont été reposées. Certaines défectueuses ou cassées ont été remplacées par des tuiles de réemploi de caractéristiques équivalentes. Ici de toute façon, il s’agit traditionnellement de la tuile plate de Bourgogne.

 

BCB : Pour la maçonnerie, vous avez également modifié l’état actuel !

JA : Nous avons au préalable déplacé les contreforts du collatéral, façade Nord. La demande de l’architecte du patrimoine était de redonner place à deux ouvertures initiales (XIè s.), amenant ainsi plus de clarté en intérieur. On a donc démonté ces contreforts de 1 m  x 60 cm, pierre par pierre en les numérotant. On a refait deux petites fondations pour leur nouvel emplacement. Puis nous avons procédé au remontage, en les maçonnant là aussi à la chaux Tradical® Bâtir.

 

BCB : Vous êtes restés sur une restauration classique pour les façades ?

JA : On a décroûté tous les joints. Certaines pierres furent remplacées. Puis nous avons fait un rejointoiement complet de l’ouvrage. Aussi bien pour le cœur à chevet plat que pour le clocher, le collatéral et le porche. Avec en complément l’application d’une eau forte à la chaux aérienne Tradical® H98 + ocre jaune. Ce qui a permis d’uniformiser  le rendu final à l’échelle du bâtiment. Nous avons à chaque fois fait des échantillons de couleur de joint et d’eau forte sur des surfaces d’un mètre carré afin que l’architecte du patrimoine puisse se rendre compte au mieux de l’impact des propositions et faire le choix du rendu le plus approprié.

badigeon de chaux en eau forte pour les façades

Détail du rejointoiement à la chaux

badigeon de chaux en eau forte pour les façades

badigeon de chaux en eau forte pour homogénéiser le rendu des façades

BCB : la 3ème phase elle, ne concernait que l’intérieur

JA : Oui, et là il y a eu l’intervention préalable d’une entreprise spécialisée pour faire des sondages relatifs aux matériaux, traces de couleurs et de décor : filets pour dessiner un appareillage de pierre (14è s.), décor de feuilles de laurier qui devait être présent sur toutes les ogives…L’objectif étant que l’architecte du patrimoine puisse se prononcer sur l’époque à restituer. À partir de là nous avons pu échafauder l’intégralité de l’intérieur de l’église.

Restauration d'une église des Templiers et Hospitaliers

Restauration du choeur de l’église de Bure-les-Templiers

BCB : Quels modes opératoires furent décidés et pour quels supports ?

JA : Nous avons démarrés par les voûtes de la nef, en nettoyant les plâtres et surtout en les conservant le plus possible. L’ensemble a reçu un Tradical® Pont d’Adhérence, puis un badigeon de chaux aérienne Tradical®

Dans un deuxième temps, nous avons décroûté l’ensemble des enduits très détériorés des murs de la nef. L’électricien est intervenu ici pour le rainurage des saignées du nouveau réseau électrique de l’église. Puis nous avons pu faire un enduit traditionnel à la chaux aérienne. Pour uniformiser l’enduit neuf avec les parties conservés, nous avons badigeonné les supports avec une 1ère couche de lait de chaux aérienne, que nous avons laissée sécher.
Le but étant de gommer les différences d’absorption des supports, entre neufs et anciens conservés. Et de livrer pour la 2è couche de lait de chaux aérienne un support homogène dans son comportement. Gage d’une esthétique cohérente.

Puis ensuite nous avons traité le chœur suivant la même procédure.

Badigeon de chaux aérienne ocre jaune clair dans le collatéral

Badigeon de chaux aérienne ocre jaune clair dans le collatéral

BCB : Est-ce que ce type de réalisation est courant pour l’entreprise Girardet ?

JA : L’entreprise Girardet existe depuis 1984, fondée par Yves Girardet. Au départ il y avait 4 salariés, dans les années 2000, on était 20. Et l’entreprise Girardet est passée de la rénovation de maison à la restauration du patrimoine rural vers 2005.

Nous répondons à des appels d’offre pour la restauration de chapelles, de petites églises, dans un rayon de 90 km. Cela représente 30 à 40 % de notre activité. Nous avons une qualification patrimoine et nous avons en interne les compétences pour faire la couverture, la charpente, la zinguerie, la maçonnerie et la pierre de taille. Baptiste Girardet vient de succéder à son père pour continuer l’histoire de l’entreprise et œuvrer avec la même passion.

 

Fiche chantier

  • Localité : Bure-Les-Templiers (dpt 21-France)
  • Ouvrage restauré : Église Saint-Julien
  • Caractéristique du bâtiment : inscription par arrêté du 21 juin 1927, au titre des monuments historiques, Fiche Mérimée : PA00112165
  • MOA : commune de Bure-Les-Templiers
  • MOE : Dominique Jouffroy, architecte du patrimoine
  • Restauration maçonnerie / enduit / couverture : Entreprise Girardet – 21510 Etalante
  • Livraison : 2018

 

Les produits

  • Chaux Tradical® Bâtir + sable local : pour les enduits
  • Chaux Tradical® PZ : pour les soubassements
  • Chaux aérienne éteinte Tradical® H98 : pour les badigeons et eaux fortes

 

Pour aller plus loin

 

Pour toutes précisions

  • Contact Tradical®: Jean-Michel Sementery, Conseiller Technique, tél : 06 87 44 01 27
maison modulaire béton de chanvre

Maison modulaire en béton de chanvre et ossature métallique

La maison modulaire en béton : Où et comment construire vite tout en disposant d’un ouvrage biosourcé très performant ?

Construction d’une maison modulaire Béton de Chanvre Tradical® + métal : LIVRAISON EXPRESS EN 2018

La combinaison béton de chanvre + ossature métallique va amorcer le développement d’un autre système constructif : la construction modulaire, une collaboration maîtrise d’œuvre / industriels à remarquer.

Découvrez davantage d’informations sur la maison modulaire métallique + béton de chanvre ci-dessous.
 

Le principe : ossature métallique + béton de chanvre + préfabrication

Cyril Moussard, PDG de Modulem, constructeur modulaire, a toujours été sensible à la relation environnement/approche architecturale.

De fait, « Quel est le module parfait ? » a-t-il posé comme question à un collège d’experts qu’il a réuni sur ce thème. Celui-ci composé de maîtres d’œuvre architectes, de bureaux d’études, de bureaux de contrôle a déterminé 3 paramètres pouvant guider les projets modulaires :

  • le sur mesure
  • des solutions structures plutôt orientées métal,
  • des solutions intégrant des performances thermiques indispensables.

Le béton de chanvre retint leur attention et la réalisation d’un premier prototype pour étudier le comportement du matériau fut réalisé (construction+isolation, transport, stabilité dimensionnelle, etc.).

 

Le projet de la maison modulaire bio-sourcée

Un couple très au fait des tendances souhaitait se faire construire une nouvelle maison de plain-pied. La personnalité même du maître d’ouvrage – micro kinésithérapeute – conduisait à un choix naturellement… en phase avec la nature.

Travaillant sur l’énergie, celui-ci était très sensible aux ondes. Il lui fallait donc un bâtiment qui n’amplifiait pas les ondes et « éco-respirant ». L’essence naturelle du béton de chanvre devint une évidence constructive.

Après avoir acheté un terrain dans une vallée toulousaine (31) et visité l’usine de Modulem ils contactèrent l’architecte David Autenach de l’Agence Cand’architectes spécialisée en construction modulaire.

 

Le principe de la maison modulaire associée au béton de chanvre

Pour le maître d’œuvre, le Béton de Chanvre Tradical® est exceptionnel.

« Ce que je trouve extraordinaire avec ce matériau c’est toutes les qualités qu’il amène intrinsèquement et tout de suite : acoustique, thermique, confort (respirant, pas de pollution de l’air), capable de permettre la réalisation de maisons modernes. »

Des modules associant métal et béton de chanvre ont été dessinés et chiffrés. L’aspect économique étant aussi une des contraintes, avec comme challenge  technique de réaliser le moins de modules pour le maximum de surfaces, et une rapidité de livraison.

Fin 2017, en raison de la nature du sol, le recours à la solution des technopieux fut décidé.

4 modules de 4 m x 8 x 3 m 50 furent ainsi dessinés, disposant d’une hauteur standard sous plafond (2 m 75 environ).

La maison couvre ainsi 128 m² de superficie au sol, surplombée d’une mezzanine extérieure et avec une pergola orientable.

 

La mise en oeuvre en atelier : structure métallique et du béton de chanvre

Pour chaque module, 4 poteaux hauteur d’étage en métal de section 10 x 10 cm font office de chaines d’angle. Ils sont reliés à la base et en partie haute par des poutrelles métalliques pour composer ainsi un cadre structurant chaque paroi.

Chaque cadre est complété par une ossature bois secondaire. Celle-ci permet ainsi côté intérieur de respecter les entraxes nécessaires à la pose des panneaux hauteur d’étage. Ceux-ci ont la double fonction de coffrage perdu – pour recevoir le béton de chanvre projeté par l’extérieur – et de support de finition des revêtements intérieurs.

Le Béton de Chanvre Tradical® (chaux Thermo + Chanvribat®) fut ainsi malaxé puis projeté sur une épaisseur de 30 cm env..

Les enduits extérieurs Tradical® furent réalisés sur site de destination, de même que les finitions intérieures.

Les 4 modules furent fabriqués chez Modulem en un mois et demi parallèlement à la réalisation des fondations

 

La Livraison de la maison modulaire

Les modules intégralement terminés avec pose des ouvertures intégrées, VMC installée (prévues par l’architecte) furent livrés par camion.

La pose des modules et leur assemblage sur place ne prit qu’une journée.

Résultat : 3 mois au total pour la réalisation d’une maison clefs en main.

 

 

Le programme 

  • Localisation : Bouloc (dpt 31)
  • Nature des travaux : construction d’une maison modulaire préfabriquée en béton de chanvre

 

Les acteurs du projet

  • Maîtrise d’ouvrage : privée
  • Maîtrise d’oeuvre : C&A Architectes – David Authenac – 69 Rte de Frouzins – 31120 ROQUES – www.candarchitectes.fr

 

Construction de la structure métallique et des modules :

  • ModuleM – 1606 route de Toulouse – 31340 La Magdelaine sur Tarn – www.modulem.fr

 

Entreprise applicatrice du béton de chanvre et de l’enduit traditionnel à la chaux :

Industriel concepteur et fournisseur du Béton de Chanvre Tradical®

  • BCB-Tradical®– www.bcb-tradical.com

 

Pour toutes précisions

  • Contact : Frank de Barros, Conseiller Technique Tradical®, tél : 06 71 93 81 32

 

NOTA 1 : extrait du dossier de presse établi par Sandrine Wiart, attachée de presse de BCB, en Septembre 2018, et dont l’intitulé est : LA PRÉFABRICATION AVEC BÉTON DE CHANVRE TRADICAL® SE DIVERSIFIE POUR RÉPONDRE AUX BESOINS DES ARCHITECTES : 3 NOUVEAUX SYSTÈMES ET DES EXEMPLES.

NOTA 2 : crédits photos ©Cand’architect / © Pieds Nus Habitat / ©Modulem

libero ut dictum porta. et, ut