Pas à pas chantier

Madriers et bétons de chanvre et chaux Tradical

Madriers et béton de chanvre

Gevimex développe l’utilisation du béton de Chanvre en Suisse, aussi bien en rénovation que dans le neuf et allie systématiquement la performance thermique de l’ouvrage à la valeur technique de l’ensemble des solutions retenues. Sans oublier le volet esthétique qui compte fondamentalement, car être au confort dans son intérieur s’avère être la partie tangible d’un projet réussi.

Visite chantier du Peneysen qui allie au procédé de construction classique de la Suisse le potentiel du béton de chanvre.

 

Interview de Gilles Pelat-Finet, Gevimex, par BCB, le 15 04 2020

 

BCB : Décrivez-nous ce projet…

Gevimex : La construction concerne un chalet en R+2 de 330 m², avec une desserte des étages par ascenseur. Et le principe constructif est celui du madrier. On n’est pas en ossature bois + remplissage. On est vraiment dans le montage des parois en plein avec un système de madriers de 12 cm d’épaisseur qui fait structure porteuse et parois principales constituant le volume du bâtiment.

 

BCB : Quel est le principe de construction en madrier ?

Gevimex : Le plan final détaille chaque pièce qui constitue l’ouvrage. Tout est découpé en atelier à partir de dessins sous Autocad. On peut dire qu’il s’agit d’une préfabrication.

Le jour J, l’ensemble a été amené sur site avec un semi-remorque avec grue. Le montage s’est fait en 2 jours (2 x 8 h), toiture comprise.

 

BCB : Vous précisez le jour J, quelle était la condition pour la mise en place ?

Gevimex : Le Rdc est en béton armé. Il constitue le socle sur lequel l’ensemble de la construction en madrier va reposer. Donc cette base doit être utilisable selon le timing habituel des ouvrages en béton armé. Et la dalle qui fait la jonction entre le Rdc et la partie R+1/R+2 est en encorbellement du mur béton du Rdc afin que le chalet soit à fleur de l’isolation Béton de Chanvre qui le recouvrira par l’extérieur.

 

BCB : Quelle différence entre ce type de construction et ce nous pratiquons en France avec nos ossature bois porteuses ?

Gevimex : En Suisse, le madrier est le principe de construction habituel. Donc sur ce support, on ajoute des isolants en intérieur en fonction de la performance thermique recherchée. Et puis un grand avantage, le madrier constitue la finition extérieure directement.

 

BCB : Pouvez-vous nous détailler ce qu’est un madrier ?

Gevimex : Le montage des parois verticales se fait par chevillage avec des chevilles en bois tous les 1 m 50. Les madriers font 18 cm ou 20 cm de hauteur selon l’emplacement par 12 cm d’épaisseur. Ils sont équarris avec un rainurage pour recevoir ces chevilles bois. Chaque pièce de madrier est conçue pour faire 20 kg, 40 kg ou 60 kg. De fait, tout se monte à la main, comme un lego.

 

Pour la toiture, on est sur des grands formats totalement différents. Panne faîtière de 17 m de long, pannes, poutres planchers…sont manipulées avec une grue. Ces dernières pièces font 16 cm d’épaisseur par 45 cm de haut, pour correspondre à l’épaisseur des planchers justement.

 

Autre aspect de la performance, les poutres des planchers sont mises en place à l’avancement des niveaux et fixées dans les madriers.

 

Tout le bois est séché en atelier avec un niveau d’hygrométrie de 22 %, point fondamental pour limiter les variations dimensionnelles. Pour un tel ouvrage elles sont de l’ordre de 1,2 à 1,4 cm. C’est à la fois peu et beaucoup pour ce qui concerne tous les ouvrants, toutes les jonctions par exemple.

 

« Le séchage du bois, il faut être très vigilant sur ce point »

 

BCB : Pourquoi les pièces de bois de la toiture sont si imposantes ?

Gevimex : La toiture joue un rôle essentiel pour préserver les ouvrages. En hiver, on peut avoir jusqu’à 1,5 m de neige au sol. Donc on a besoin d’une avancée de toiture de 1,8 à 2 m pour protéger l’édifice, y compris de la pluie.

 

« D’être hors d’eau et hors neige participe activement de la longévité des matériaux ».

 

BCB : Vous avez utilisé de très nombreuses solutions techniques, est-ce que vous pouvez nous donner les grandes lignes du déroulé ?

Gevimex :

  1. Rdc en béton comme évoqué
  2. Montage des Madriers
  3. Pose des fenêtres sur mesure en châtaigniers. À noter qu’il faut façonner le dormant de la fenêtre avec 1 angle pour créer une embrasure à 30 °, ce qui augmente la quantité de lumière en éclairage naturel. Cette embrasure sert également de guide pour la projection du béton de chanvre.
  4. Contre les madriers des murs, pose de la laine de bois compressée en 12 cm d’épaisseur
  5. Projection mécanique du Béton de Chanvre Tradical® en application doublage intérieur, en 8 cm d’épaisseur, sur les 2 niveaux (avec un matériel Euromair).
  6. Projection du Béton de Chanvre Tradical® en extérieur sur le Rdc, en 14 cm d’épaisseur, une fois la toiture terminée.

 

Pour les phases 4 & 5, cette pose est faite avant la mise en place des cloisons de distribution.

Tant la laine de bois compressée que le béton de chanvre sont appliqués en continu pour avoir une isolation réellement répartie. Pas de fractionnement de l’ouvrage isolant, parce que c’est ainsi que l’on crée les ponts thermiques, source de perte d’efficacité.

 

« On a ici 500 m² de béton de chanvre en 8 cm d’épaisseur, uniquement sur les parois donnant sur l’extérieur ».

 

BCB : Pourquoi cette solution hybride madrier/laine de bois compressée/béton de chanvre ?

Gevimex : On apporte une partie de la résistance thermique avec la laine de bois ; on apporte l’autre partie avec le béton de chanvre qui en plus est tellement efficace pour neutraliser les variations de températures et réguler l’hygrométrie intérieur, source de confort et de qualité de l’air.. Techniquement, avec ce système global, j’évite la présence d’un pare-vapeur qui serait contre productif.

En complément de cette paroi type très performante, du fait du grand nombre de fenêtres, on peut fonctionner avec un renouvellement naturel de l’air. Pas de ventilation mécanique pour l’essentiel de l’ouvrage, sauf dans les parties WC, qui n’ont pas d’ouvrant.

 

« Sur ce chalet, on a un U global de 0,21 W/(m2.K) »

 

 

BCB : Est-ce qu’il n’y a pas une difficulté à gérer la liaison des composants de votre solution hybride ?

Gevimex : La jonction laine de bois compressée/madrier se fait avec un système de chevilles plastiques + vis à bois. La fixation entre la laine de bois compressée et le béton de chanvre se fait après la projection du béton de chanvre afin de ne pas entraver l’avancement ou générer des désordres. La fixation que j’utilise est gainée dans un PER pour isoler le clou et limiter le pont thermique. Donc tout est maîtrisé et avec du rendement.

Projection mécanique du Béton de Chanvre Tradical® en 8 cm d’épaisseur

BCB : Vous êtes également un spécialiste de solutions décoratives haut de gamme, et vous avez joué à plein cette carte dans ce projet…

Gevimex : on a mis en place du stucco vénitien dans les salles de bain, mais surtout on a utilisé un enduit mince à la chaux Tradical® Décor pour faire la finition sur le béton de chanvre Tradical®.

L’intérêt est qu’on peut le teinter dans la masse et superposer les 2 couches nécessaires assez rapidement, manuellement, panneau par panneau. Cet enduit naturel est totalement adapté pour recouvrir le béton de chanvre ayant une bonne qualité de planéité. Point essentiel également, sa parfaite compatibilité au niveau perméance…

On hérite de la longévité du matériau chaux aérienne et autre aspect non négligeable, on amène un contrepoint au bois par ce rendu « pierre »l. On crée une esthétique intérieure équilibré entre végétal et minéral. On rompt l’omniprésence du bois sur ce type de construction.

finition enduit à la chaux Tradical® Décor

La finition enduit à la chaux Tradical® Décor appliquée directement sur le béton de chanvre

enduit intérieur à la chaux Tradical® Décor

Tradical® Décor apporte sa minéralité en contrepoint de l’ambiance bois pour composer une esthétique enrichie

« On a ainsi défini des solutions pour faire vivre nos clients dans des ambiances extrêmement qualitatives ».

 

FICHE CHANTIER

  • Lieu : Château d’Oex / Suisse
  • Altitude : 1050 m
  • Durée du chantier : 15 mois
  • Date livraison : 2019
  • MOA : privée
  • MOE : Gevimex Trading S.A.: Gilles Pellat Finet et Laurence Aubert de Bournet Grand rue,7 – 1660 Château d’Oex – email : gevimex@gmail.com
Chalet en Suisse associant madriers et béton de chanvre

Chalet en Suisse associant madriers et béton de chanvre


Applications :

  • Doublage Béton de Chanvre Tradical® avec la chaux Tradical® Thermo + Chanvribat®
    • Intérieur en 8 cm d’épaisseur  sur les niveaux 1 et 2, et en 5 cm en Rdc
    • Extérieur en 14 cm d’épaisseur, sur le Rdc en béton armé
  • Tradical® Décor sur les 500 m² de Béton de Chanvre Tradical®, intérieur et extérieur en Rdc

 

Chauffage

  • Cheminée avec insert, avec prise d’air au nord.
  • Réglage des températures simplifié avec un thermostat par étage
  • Planchers frêne massif thermo chauffé

 

ECS

  • Panneaux solaires pour assurer 30 % de la consommation sanitaire.

 

Décoration sdb

  • Douche à l’italienne avec un receveur constitué d’un seul bloc de pierre usinée en 4 cm d’épaisseur avec la pente adaptée
  • Mur stucco vénitien

 

Éclairage global

  • Indirect, par LED avec une consommation réduite

 

Configuration générale

  • En plus des pièces à vivre, 5 chambres, 5 salles de bains, 1 cave, 1 garage 1 buanderie, 1 système de chauffage pompe à chaleur enterré sous le chalet.
  • Ascenseur pour desservir les niv 0, 1 et 2

 

 

Crédit photo et film : ©GEVIMEX Trading S.A.

 

Votre contact pour aller plus loin :

mortier plâtre et chaux briques et pans de bois

La longère et sa nouvelle entrée

La rénovation de cette longère a été l’occasion de créer un nouvel accès au bâtiment, du fait de réagencements intérieurs. Ou comment intégrer une partie neuve dans le respect du lieu, en termes de proportions et de matériaux. 

Interview de Bruno et Romain Roste, entreprise Roste,  par BCB, le 10 04 2020

 

BCB : Ici on est sur un chantier  à multiples facettes… 

Bruno et Romain Roste : C’est une longère magnifique mais qui se trouvait dans un tout autre état. Elle était recouverte d’un enduit, dégradé. On a tout enlevé pour revenir à la structure pans de bois, pour la laisser apparente, avec tout ce que cela implique de réparation, nettoyage, rejointoiement ou remaçonnage et remplissage, notamment 40 à 50 m² de briques 2,5 x 11 x 22 cm entre pans de bois, avec Tradical® Bâtir + sable.

 

BCB : En dehors de cet aspect « entretien classique » du patrimoine, le propriétaire des lieux vous a demandé la création d’un nouvel accès ? 

B&RR : Oui, sous forme d’entrée en renfoncement par rapport à la façade. Une sorte de vestibule dehors/dedans avec sa petite table et ses 2 chaises pour être dehors, protégé de la pluie ou du soleil. Cette partie-là se trouve en fait à l’emplacement de l’ancien garage. Entre les 2 poteaux bois pré-existant.

On a donc créé les 3 pans de murs en briques creuses de 20 cm que l’on a enduits avec un mortier plâtre chaux traditionnel. À savoir du plâtre gros, de la chaux aérienne Tradical® H98 + du sable de St Flo, dans les proportions standard 3+2+1 volumes. Avec une application en 2 cm d’épaisseur en moyenne. Tout l’objectif était de réaliser cette partie neuve en parfaite intégration avec l’esthétique du bâtiment.

Mortier plâtre + chaux aérienne Tradical® H98 + sable

Mortier plâtre chaux avec plâtre gros + chaux aérienne Tradical® H98 + sable

 

BCB : un enduit au plâtre chaux en extérieur, ce n’est pas risqué ? 

B&RR : Ici, pas du tout parce qu’en fait on est dans un renfoncement, donc le mortier est bien protégé.

La nouvelle entrée inscrite dans la trame du bâti, avec ses 3 entrées et son enduit de plâtre chaux

 

FICHE CHANTIER

  • Lieu : VERRIERES (10390-FR)
  • Entreprise Roste : 31 Rue des Deux Châteaux, 10270 Fresnoy-le-Château, France | Site internet https://www.bruno-roste.com/
  • Application :
    • maçonnage des briques à la chaux avec Tradical® Bâtir + sable local
    • mortier plâtre et chaux avec plâtre gros + Chaux aérienne Tradical® H98 + sable de St Flo


Crédit photo
: ©entreprise Roste


Découvrir les 4 autres interviews de l’entreprise Roste


Votre contact pour aller plus loin

 

garage pans de bois briques et chaux

Le garage et sa longère

Il ne s’agit aucunement d’une fable, mais de la création d’un garage sur le principe constructif de la longère attenante. Du grand art.

Interview de Romain et Bruno Roste, entreprise Roste,  par BCB, le 10 04 2020

 

BCB : Il s’agit ici encore d’une réalisation qui sort des logiques habituelles ?

R&BR : L’objectif du propriétaire était de réaliser un garage prenant pour modèle l’habitation principale afin de créer une continuité esthétique. De fait on a repris tout ce qui caractérise la longère modèle : des pans de bois et des briques

 

BCB : En fait vous avez construit ce garage comme s’il s’agissait d’une habitation !

R&BR : Exactement, en démarrant par la fondation avec une dalle béton sur laquelle nous avons posé des blocs de pierre de 50 x 50 cm pour soutenir les poteaux de la structure principale. Le charpentier a livré des pans de bois de récupération, tous en chêne.

 

BCB : Vous avez également fait du réemploi pour le soubassement ?

R&BR : Le soubassement a été fait avec des briques de récupération également, que nous avons nettoyées avant de les maçonner à la chaux avec Tradical® Bâtir + brique pilée + sable. Pour le remplissage des pans de bois nous avons procédé classiquement avec cette fois-ci des briques neuves, dont la pose est à l’identique de celle de la longère. Le joint est de 1 cm.

 

BCB : Le ressenti de la qualité est dû au traitement soigné des grandes portes…

R&BR : Les portes en bois massifs de 8 cm d’épaisseur sont en effets dessinées de sorte qu’une fois fermées, elles sont affleurantes, Cet ouvrage qui a la capacité d’accueillir 4 véhicules cache complètement sa fonction grâce à cette astuce qui fait littéralement disparaître ces ouvertures, alors qu’habituellement elles ont tendances à être visuellement trop présentes. L’ouvrage est réussi du fait de son mimétisme avec l’habitation jouxtante. Il y a une belle continuité.

 

FICHE CHANTIER

  • Lieu : VERRIERES (10390-FR)
  • Entreprise Roste : 31 Rue des Deux Châteaux, 10270 Fresnoy-le-Château, France | Site internet : https://www.bruno-roste.com/
  • Application :
    • maçonnage à la chaux avec Tradical® Bâtir + sable local
    • soubassement Tradical® Bâtir + brique pilée + sable local


Crédit photo
: ©entreprise Roste


Découvrir les 4 autres interviews de l’entreprise Roste


Votre contact pour aller plus loin

cheminée cylindrique restaurée à la chaux Tradical

La maison aux 2 cheminées cylindriques

Une maison avec des cheminées cylindriques, cela semble presque être un sujet irréel ! Et pourtant l’entreprise Roste s’est bien attelée à la restauration de deux souches de ce type sur une maison de l’Aube, presque bicentenaire.

 

Interview de Romain et Bruno Roste, entreprise Roste,  par BCB, le 10 04 2020

 

BCB : Le patrimoine bâti réserve souvent de belles surprises, des cheminées cylindriques sur une maison !

Romain et Bruno Roste : Il s’agit effectivement d’un chantier exceptionnel par le sujet. La maison date de la période napoléonienne, l’année de construction est précise puisque indiquée sur la souche de cheminée avec une brique engravée d’un « T 1859 ». T pour l’initiale du propriétaire de l’époque, qui à notre avis s’est juste fait plaisir avec ce type de réalisation. Il n’y a pas de raison particulière à cette configuration.

cheminée XIX restaurée à la chaux Tradical

cheminée XIX restaurée à la chaux Tradical

 

BCB : Quel était l’état de dégradation de l’ouvrage ?

R&BR : Une des cheminées penchait. Et puis nous avons constaté la détérioration des joints de ciments réalisés lors d’une précédente rénovation. Ce qui a conduit à la dégradation de nombreuses briques par le gel notamment..

 

BCB : Comment avez-vous planifié votre intervention ?

R&BR : la souche est réalisée avec un seul type de brique de forme arrondie. Nous en avons prélevée une afin qu’elle serve de modèle en termes de dimensions et de courbure, à la Tuilerie ROYER Soulaine Dhuys. Cette société locale dispose un savoir-faire pour fabriquer du « sur mesure » à destination du patrimoine. Elle a réalisé une 1ère commande de 150 de ces briques.

 

BCB : Quel a été le déroulé de ce chantier pour restaurer cet ouvrage spécifique ?

R&BR : Nous avons procédé au démontage de la cheminée. On a constaté qu’il fallait davantage de briques et avons doublé notre commande initiale. Après la réfection du chevêtre à la chaux, on a remonté la cheminée à l’identique sur ses 4 m de hauteur. Cette conception lui fait dépasser le faîtage de 40 cm afin d’assurer un bon fonctionnement.

 

BCB : Comment avez-vous fait fructifier votre intervention ?

R&BR : La caractère atypique de ce chantier nous a incité à le présenter en référence pour l’obtention de la qualification CIP Patrimoine. Et puis nous avons également restauré la seconde cheminée de cette maison, de même type, l’année suivante. La signature du propriétaire (l’initiale de son nom) a été mise en place avec la date de réalisation des travaux actuels. Un futur vestige pour la prochaine restauration…😊

FICHE CHANTIER

  • Lieu : CLEREY (10260-FR)
  • Date : 2018 et 2019
  • Entreprise Roste : 31 Rue des Deux Châteaux, 10270 Fresnoy-le-Château, France | Site internet : https://www.bruno-roste.com/
  • Tuilerie ROYER Soulaine Dhuys  : 8 Route de Joinville, 10200 Soulaines-Dhuys, France | Site internet :  https://www.latuilerieroyer.fr/
  • Application : maçonnage à la chaux avec Tradical® Bâtir + sable local

 

Crédit photo : ©entreprise Roste

 

Découvrir les 4 autres interviews de l’entreprise Roste


Votre contact pour aller plus loin

Four à pain entreprise Roste avec les chaux et bétons de chanvre Tradical

Du four à chaux au four à pain

On a l’habitude d’adjoindre à « chaux aérienne » l’application « badigeon ». Dans cette réalisation, l’entreprise Roste démontre avec vista que ce matériau est adapté à bien des ouvrages. Et particulièrement dans le cadre de haute température. Donc hourder des briques pour constituer la chapelle d’un four à pain était tout simplement logique.

Suivre le pas à pas chantier pour ce qui devient une véritable pièce supplémentaire, mais tournée vers l’extérieur.

 

 Interview de Romain et Bruno Roste, entreprise Roste,  par BCB, le 10 04 2020

 

BCB : Vous nous emmenez sur ce projet là encore sur une de vos spécialités, la fabrication d’un four à pain.

R&BR : Le projet consiste en la création complète dans le porche, d’une cuisine d’été. La demande initiale incluant un barbecue seul, a évolué avec l’ajout d’un four à pain sur notre proposition, validée. Les 2 éléments se complétant parfaitement dans leur fonctionnement.

L’ouvrage qui accueille le projet est constitué de 2 murs en L, couverts par une charpente et toiture traditionnelles. Pour le projet complet, la structure accueillant le four et le barbecue et pour le plan de travail attenant, nous avons commandé 3000 briques artisanales soit 8 palettes, en plusieurs formats 6 x 11 x 22 cm / 4,5 x 11 x 22 cm et 3,5 x 11 x 22 cm. Par contre, la voûte du four est constituée de briques réfractaires industrielles qui renvoient davantage la chaleur que les briques traditionnelles.

 

Les différentes phases de la construction du four à pain

 

1-Création du soubassement et des poteaux

soubassement et poteaux - Four Roste

soubassement et poteaux – Four Roste

 

2-Création d’une nouvelle dalle béton qui est à 90 cm du sol, destiné à recevoir le four

Nouvelle dalle béton pour recevoir le four Roste

Nouvelle dalle béton pour recevoir le four Roste

 

3-Pose du 1er rang de briques 20 x 20 cm pour constituer la sole. Elles sont juste posées à sec sur de la brique pilée pour se dilater à la cuisson sans générer de contrainte mécanique.

Pose du 1er rang de brique - Four Roste

Pose du 1er rang de briques – Four Roste

 

4-Le volume du four est généré par une forme en demi-poire qui s’inscrit dans une longueur de 1.6 m, sur une largeur de 1.2 m pour une hauteur de 48 cm.

 

5-En suivant la forme du socle, création d’un gabarit en sable avec une finition plâtrée de 2 à 3 mm pour servir de support de forme aux briques qui vont constituer la chapelle.

 

6-Mise en place de  la 1ère voûte de la chapelle Les briques réfractaires s’appuient sur le gabarit et sont maçonnées avec la chaux aérienne Tradical® H 98 + sable fin + chamotte, avec un joint très fin. On démarre en posant les briques par la base, et on finit par la clé de voûte. Création d’un épis qui facilite la pose à la jonction des surfaces. Les briques sont bord à bord. Cette 1ère couche est d’une épaisseur de 22 cm

1ère voûte en briques réfractaires maçonnées avec Tradical H 98 + sable

 

7-Mise en place de la 2ème couche de briques de terre cuite traditionnelles de 22 cm. Le but est d’ajouter de l’inertie. L’épaisseur totale est de 45 cm..

2ème couche de briques traditionnelles maçonnées avec Tradical® PF 80 + sable

2ème couche de briques traditionnelles maçonnées avec Tradical® H 98 + sable

 

8-Après la fonction inertie, on constitue la fonction isolation du four avec la réalisation d’une forme de 20 cm d’épaisseur en Béton de Chanvre Tradical® appliquée sur la 2ème couche de brique de terre cuite. L’ensemble (les 2 épaisseurs de briques + le béton de chanvre) fait une épaisseur globale de 74 cm.

L’inertie du four combinée à ce système d’isolation retarde le refroidissement qui se fait sur 90 h. À partir du moment où on atteint la température adaptée, on retire les braises, et on fait cuire le pain. On dispose ainsi de 3 à 4 jours de cuisson sans avoir à alimenter le four.

 

9-En partie haute et face avant, création de l’enveloppe du four puis de l’avaloir en avant de 30 cm qui capte les fumées du four pour les diriger vers la hotte et le conduit de cheminée.

vue de l'enveloppe du four et de l'avaloir

vue de l’enveloppe du four et de l’avaloir

 

10-Mise en place d’un thermomètre sur la paroi pour indiquer la température du four. On monte en température, on enlève les braises. On ferme les portes pour que la chaleur s’uniformise. Les braises peuvent être réutilisée pour la barbecue d’à côté.

 

11-Pour compléter l’ouvrage nous avons conçu un plan de travail accolé au mur en retour. Les jambages sont en briques et pierres, et supportent une dalle en béton blanc. Dessus est intégrée une plaque de marbre pour accueillir le fruit de la cuisson. L’évier est en pierre de récupération.

Vue globale du four à pain, du barbecue et du plan de travail – Réalisation entreprise Roste


FICHE CHANTIER

  • Lieu : COURTENOT (10260-FR)
  • Entreprise Roste : 31 Rue des Deux Châteaux, 10270 Fresnoy-le-Château, France | Site internet : https://www.bruno-roste.com/
  • Tuilerie ROYER Soulaine Dhuys  : 8 Route de Joinville, 10200 Soulaines-Dhuys, France | Site internet :  https://www.latuilerieroyer.fr/
  • Applications :
    • Les briques de la chapelle sont hourdées avec la chaux aérienne Tradical® H 98
    • Le reste de l’ouvrage dont l’avaloir et les conduits de cheminées, est maçonné avec la chaux Tradical® Bâtir + sable


Crédit photo
: ©entreprise Roste


Découvrir les 4 autres interviews de l’entreprise Roste


Votre contact pour aller plus loin

Longère Saint Lyé les maçons de Troyes

La chaux pour une longère auboise

On a l’impression que tout était déjà en place, et que l’intervention de l’entreprise les maçons de Troyes tiendrait davantage de l’entretien que de la restauration. Mais en fait le déroulé du chantier montre que de très nombreuses réparations étaient nécessaires en maçonnerie et enduit. Cette longère à Saint Lyé retrouve un dessin de modénature équilibré et des matériaux jouant parfaitement leurs rôles. Un hommage aux savoir-faire des artisans d’antan qui savaient construire pour passer les siècles. On répare et on peut de nouveau y vivre et transmettre.

Interview de Gilbert Gallet par BCB Tradical® / Février 2020

 

 

BCB : Comment avez-vous abordé ce chantier ?

Les maçons de Troyes : Nous prenons toujours le temps de l’analyse et de l’explication afin que notre client comprenne le pourquoi des travaux que nous proposons de réaliser.

Ici, nous sommes en présence d’un système de construction classique. Avec un rôle prépondérant assuré par le soubassement. Et comme pour nombre de rénovations passées, il y a eu des réparations ciment, matériau qui utilisé pur est source de désordre parce que insuffisamment perméant vis-à-vis des systèmes constructifs anciens.

 

Sur cette maison, la façade nord a conservé ses enduits de briques pilées en soubassement, et ses enduits à la chaux en façade. Ce parfait état de conservation nous a servi de référence pour une restauration à l’identique en matériaux, granulats, teintes et texture.

 

La comparaison avec les 3 autres façades nous a permis d’expliquer les détériorations

Par exemple, au fil du temps, des pierres dégradées par l’action du gel ont cassé et ont été remplacées par du mortier de ciment accentuant le phénomène. Il faut savoir que nous sommes sur un territoire de pierre très tendre qui absorbe facilement l’eau. Nous avons aussi expliqué l’importance de disposer d’un soubassement conçu avec des matériaux spécifiques pour résister à l’action habituelle des remontées capillaires chargées de sels naturellement présents dans le sol et qui peuvent détruire à moyen/long terme le mortier du soubassement. Et du coup supprimer la protection de la façade et donc des matériaux qui la composent et engendrer des réparations.

 

Nous avons proposé de remettre en l’état avec l’objectif de travailler dans les règles de l’art et montrer comment tout était construit et pourquoi il fallait remettre en l’état, par exemple brique pilée chaux au niveau du soubassement. Pourquoi la pierre a été remplacée par du ciment à une époque, cause zone humide, donc le bandeau se dégrade et remplacement par du ciment.

La pierre a gelé au fil du temps car eau emprisonnée et détérioré les pierres au-dessus et donc gelé elle se casse, comme c’est de la craie qui prend facilement l’eau, à force délitement.

Ces constats font partie des classiques de la vie d’un bâtiment. Par contre il faut y apporter les bons remèdes.

 

 

CHRONOLOGIE DES TRAVAUX DE RESTAURATION DE LA LONGÈRE.

 

BCB : Par quels travaux avez-vous démarré ?

lmdT : Nous avons d’abord démonté la véranda, puis posé l’échafaudage. Ensuite, nous avons fait tomber l’enduit existant en soubassement et façade, Puis là nous avons pu traiter point par point :

  • La remise en place de briques en 2 formats 30 x 4 x 13 cm et 26 x 3 x 11 cm alternant brique et pierre
  • La recréation des appuis de fenêtre
  • La reconstitution des bandeaux de briques au-dessus des fenêtres
Longère de Saint Lyé

Décroutage complet de la façade et des 2 murs pignons – Longère de Saint Lyé  – les maçons de Troyes

BCB : Vous avez fait un travail important au niveau des ouvertures !

lmdT : Quand on regarde précisément la configuration des ouvertures, on se rend compte qu’il y a une accumulation de désordres qui ont nécessité de nombreuses interventions :

 

REMONTÉE et Réalignement des linteaux.

Nous avons repris effectivement l’ensemble des linteaux car toutes les clès des ouvertures étaient affaissées de quelques centimètres du fait du mouvement des façades au long des 140 ans de vie de l’ouvrage. Cela s’est traduit par :

  • Un démontage des clés composant les linteaux
  • Une repose de ces clés pour remaçonnage des pierres au-dessus des linteaux.
  • Une stabilisation des maçonneries

 

Recréation des soubassements en brique à l’identique au niveau des baies qui en étaient dépourvues. Donc étaiement des linteaux pour démonter les maçonneries de silex que nous avons remplacées par des briques de 22 cm.

 

RECRÉATION DES JAMBAGES

La jonction jambage/soubassement a été reconfigurée. L’ensemble de ces zones avaient particulièrement souffert du fait de rénovations antérieures inadaptées des soubassements d’une part et de la modification d’ouverture recourant à un maçonnage hors trame existante.

 

AU-DESSUS DU SOUBASSEMENT

Le décroutage a laissé apparaître l’état réel du mur sur toute la longueur de la façade. Tout le rang de pierre au-dessus du soubassement avait été repris avec des briques, et caché par l’enduit Nous avons tout repris en enlevant ces éléments pour les remplacer par des pierres taillées et laissées apparentes.

Elles font à la jonction entre les soubassements et la façade d’un point de vue mécanique et esthétique en reliant subtilement les ouvertures les unes aux autres

 

« On est désormais en vraies briques et pierres et non plus en parement et la valorisation esthétique est importante ».

 

BCB : vous avez aussi modifié la partie située au-dessus des ouvertures

lmdT : Nous avons remis en place des bandeaux de briques au-dessus des linteaux de pierres pour redonner du rythme à la façade. Ces briques étaient présentent, mais recouvertes par un enduit de finition précédent. Et bien érodées, voir même  cassées en de nombreux points au-dessus des linteaux affaissés.

Remise en état des bandeaux de briques au dessus des ouvertures

Remise en état des bandeaux de briques au dessus des ouvertures – Longère Saint Lyé                             les maçons de Troyes

Globalement, l’ensemble de ces réparations a gommé la modification des agencements de la façade, homogénéisé les matériaux et les appareillages de briques et de pierres. On a laissé des traces de transformations pour montrer le passage du temps. L’ensemble a vraiment gagné en cohérence.

Vue des bandeaux de briques restaurés

Vue des bandeaux de briques restaurés – Longère Saint Lyé – les maçons de Troyes

Pas de volets, pas de feuillures pour respecter le mode constructif de cette longère de la fin 1880. Ici, nous sommes dans la région de la craie, la brique est très présente sur les constructions, parce nous sommes dans une région de briqueteries, et de tuileries. C’est tout cela qu’on voulait remettre au premier plan.

 

BCB : Comment avez-vous procédé pour la phase finition ?

lmdT : On a mis en place un dégrossi Tradical® Bâtir avec un sable 0/4 roulé de couleur blanc cassé en application manuelle. La recharge s’est faite sur 1,5 cm en moyenne. Et puis on a laissé sécher cette application.

Pendant ce temps, on a refait tous les joints, pas uniquement ceux qui étaient détériorés. On a d’abord fait une recherche de teintes en utilisant la chaux Tradical® PF 80, de la brique pilée et du sable, pour revenir à la coloration initiale des joints en place.

Une fois les joints réalisés, on a procédé à un micro-gommage sur la brique et la pierre parce que quand on fait les joints, on salit toujours les matériaux en contact. On peut ainsi nettoyer la laitance, On a procédé de même sur les joints pour faire ressortir les grains de brique pilée tout en homogénéisant les joints anciens préservés et les nouveaux.

Ce micro-gommage se fait à 1 bar de pression, avec une gommeuse, c’est une sableuse qui permet de travailler  à faible pression (amplitude de 0.7 à 6 ou 7 bars), ce qui n’altère pas la pierre.

enduit de finition brossé

Enduit de finition brossé – Longère Saint Lyé – les maçons de Troyes

Pour l’enduit de finition proprement dit, notre mélange maison nous a fait retrouver la couleur d’origine avec des sables de Puisaye et de Loire. Outre l’aspect teinte, nous avons pu restituer la texture d’antan en brossant la surface de l’enduit.

 

 

BCB : Pourquoi accordez-vous autant d’importance à la préparation de vos mortiers ?

lmdT : La coloration naturelle avec un sable local orangé et terreux crée une esthétique qui change au gré de la journée et du niveau d’ensoleillement pour à chaque instant livrer une ambiance unique.

Nous sommes loin des enduits monotones !

 

 

BCB : Et vous avez fini votre ouvrage par sa base : le soubassement.

lmdT : Oui, nous l’avons réalisé à la suite. Avec un mélange de brique pilée et de sable orange de Puisaye pour disposer d’une tonalité orangée, avec une finition brossée également. Nous avons imité ici le rendu actuel, grenu, qui est dû à l’érosion de la surface de l’enduit qui était initialement lissé.

Une fois tous les enduits secs, nous avons fait un gommage léger autour des briques pour livrer une esthétique très net.

Soubassement chaux + brique pilée + sable de Puisaye

Soubassement chaux + brique pilée + sable de Puisaye – Longère Saint Lyé – les maçons de Troyes

Cette restauration a nécessité beaucoup d’intervention, avec en moyenne, la présence de 2 compagnons. Excepté pour les 2 pignons, où dans l’objectif d’éviter les raccords, nous étions 4 pour faire l’enduit de finition, en application manuelle.

 

BCB : Vous avez aussi aménagé l’espace devant la façade Sud

Création d'une terrasse avec joint de fractionnement en brique

Création d’une terrasse avec joints de fractionnement en brique – Longère Saint Lyé                            les maçons de Toyes

lmdT : À la demande du propriétaire, nous avons également réalisé une terrasse en béton désactivé dont les joints de dilatation sont faits en briques. Ils se raccordent avec l’axe des chambranles des portes-fenêtres. On fait d’une pierre deux coups : on apporte davantage de confort en créant un espace de vie supplémentaire et on protège le pied de façade en réduisant l’impact des eaux de pluie qui seront dégagées vers le jardin. C’est tout simplement plus de longévité !

 

BCB : En traitant les indispensables « fonction/matériaux/esthétique », vous avez redonné son identité à une construction humble mais capable de traverser les siècles.

lmdT : Nous avons fait un travail minutieux de restauration avec de très nombreux points à réparer, certes. Mais cette longère illustre bien la maîtrise de nos « maçons d’avant » pour construire du confort avec une parfaite orientation, ici une exposition Sud-est, pour un ensoleillement optimal, et un agencement intérieur bénéficiant de pièces spacieuses de 7 à 8 m de largeur.

Il s’agit en fait d’une maison bioclimatique, avant que cette définition ne devienne notre incontournable objectif pour vivre mieux au XXIè. s.  Cette démarche faisait initialement partie des savoirs indispensables à la pratique des artisans qui nous ont précédés.

 

 

FICHE CHANTIER

  • LIEU : Saint-Lyé (dpt Aube)
  • MAÎTRISE D’OUVRAGE : Privée
  • ENTREPRISE : les maçons de Troyes – 150, route d’Auxerre – 10120 Saint-André-les-Vergers | site web : http://www.les-macons-de-troyes.fr/
  • APPLICATIONS enduit traditionnel à la chaux
    • Corps d’enduit : Chaux Tradical® Bâtir + sable 0/4 roulé de couleur blanc cassé. Application manuelle. Épaisseur 1.5 cm
    • Enduit de finition : Chaux Tradical® PF 80 + sable de Puisaye et de Loire
    • Soubassement : Chaux Tradical® PF 80 + brique pilée + sable orangé de Puisaye

 

Crédits photos : ©Les Maçons de Troyes

A lire également :
le portrait express de la scop les maçons de Troyes sur https://www.bcb-tradical.com/les-120-ans-de-la-scop-les-macons-de-troyes/ 

 

Pour tout contact
Yannic Santandreu, Responsable Technique Tradical®, tél : 06 76 45 09 15 / mail : yannic.santandreu@lhoist.com

béton de chanvre pour le collège Lucie Aubrac (77)

Collège de Lucie Aubrac – Montevrain (77)

Pour ce nouveau collège de 26 classes, construit dans l’éco-quartier de Montévrain, les logements de fonction bénéficient de l’utilisation du béton de chanvre, dont les qualités uniques assurent simultanément le remplissage des parois et l’isolation thermodynamique été/hiver, de l’ouvrage.

 

Interview de Sébastien Burin, entreprise Burin-Penet, par BCB Tradical® / Février 2020

 

Pour répondre à l’appel d’offre, différentes équipes se sont constituées. La construction a été attribuée à l’entreprise générale Verdoïa. Pour la partie concernant les logements de fonction, ce sont les échanges fructueux avec les sous-traitants  qui ont permis d’assurer la pleine efficacité des différents phasages.

 

La concertation entre Verdoïa, le charpentier Poulingues et l’entreprise Burin-Penet, pour le béton de chanvre, a permis d’optimiser la structure bois pour aller vers plus de rapidité quant à la constitution des parois béton de chanvre. L’ossature qui s’appuie sur une dalle Rdc en béton et des poteaux béton, est conçue pour recevoir des panneaux hauteur d’étage en intérieur et une finition extérieure constituée d’un bardage en zinc. La jonction mur/toiture est également optimisée pour une rapidité de pose sur site. La charpente façonnée en atelier, a été livrée sur place par camion grue avec assemblage des différents éléments à l’avancement.

A lire également : Se protéger du feu avec les bétons de chanvre tradical

L’objectif étant de réduire le coût global du système structure+isolation et de raccourcir les délais. Les logements ont été réalisés en dernière partie de chantier et leur réception a pu coïncider avec la date de livraison de la partie collège

 

La mise en œuvre s’est fait par travée. L’entreprise Burin-Penet a projeté ainsi le béton de chanvre par aire de mur, en étage puis Rdc. Une partie finie, l’échafaudage était déplacé sur la zone contiguë. La collaboration avec Verdoïa qui gérait l’aspect échafaudage a permis de gagner en efficacité. Dans ce même but, Burin-Penet est intervenu avec 2 machines à projeter le béton de chanvre pour les 3/4 du chantier. Ce qui a permis de traiter les 600 m² de béton de chanvre en une vingtaine de jours.

 

Suivre le portfolio réalisé par l’entreprise Burin-Penet

FICHE CHANTIER

 

Collège Lucie Aubrac

  • Lieu : Montévrain (77)
  • Superficie : 7547 m²
  • 26 classes
  • 300 élèves dans un 1er temps puis rapidement 800 élèves seront scolarisés sur ce site.
  • Démarche HQE certifiée, passeport bâtiment durable de niveau excellent

 

MAITRISE D’OUVRAGE

  • Conseil départemental Seine-et-Marne (77)

 

MAÎTRISE D’ŒUVRE

 

ENTREPRISE GÉNÉRALE

  • Verdoïa, filiale de VINCI Construction France

 

CHARPENTIER

  • Poulingues, Zone d’activité n°3, lieu-dit de la Carrellerie – 27210 Beuzeville

 

ENTREPRISE BÉTON DE CHANVRE

 

APPLICATIONS Béton de Chanvre

Mur isolant en béton de chanvre Tradical® :

  • Chaux Tradical® Thermo + chanvre
  • Surface : 600 m² environ
  • Épaisseur : 30 cm soit un R= 4 m².K/W (avec l = 0,076 W/m.k certifié)

 

Crédits photos : ©Burin-Penet

 

Pour tout contact :

Xavier Héron, Conseiller Technique Tradical®, tél : 06 37 79 13 62 / mail : xavier.heron@lhoist.com

BCB Tradical, votre expert dans la fabrication d’enduit chaux chanvre

Béton de chanvre pour l'école de la Roseraie

Ecole maternelle de la Roseraie

Il s’agit d’une rénovation s’inscrivant dans un programme global mis en place par la Mairie de Marseille. Ici le projet consiste en la rénovation complète d’un bâtiment des années 70 avec la création d’un « bouclier thermique » en béton de chanvre pour les façades sud.

 

Interview de Damien Blaise BCB Tradical® / Février 2020

 

BCB : Pouvez-vous nous faire un état des lieux de la situation initiale ?

Damien Blaise : La maîtrise d’ouvrage avait la volonté de redonner une nouvelle jeunesse à ce bâtiment qui a fonctionné un demi-siècle, déjà ! Sa configuration et les solutions matériaux étaient à revoir totalement. Il y avait notamment cette façade sud très exposée à la surchauffe. Ce point précis m’a orienté vers le béton de chanvre qui a une capacité à neutraliser aussi bien les fortes températures que les basses températures. Là s’est trouvé le point de départ de ma réflexion.

 

BCB : Est-ce que la MOA souhaitait orienter le projet vert l’éco-rénovation ?

Damien Blaise : J’ai répondu à l’appel d’offre avec cette approche matériau biosourcé, alors que cet aspect ne figurait pas dans la demande initiale. J’ai pris comme appui le collège de Montévrain qui était en cours de construction et qui lui aussi recourait à la solution béton de chanvre. J’ai pu ainsi conforter cette proposition auprès des élus qui m’ont suivi.

 

BCB : Est-ce que cet engagement vers le béton de chanvre complexifie le processus ?

Damien Blaise : J’ai veillé à ce que le lot façade soit un lot spécifique afin de pouvoir disposer d’une entreprise intéressée par le béton de chanvre, et m’assurer ainsi de la réussite du chantier. C’est l’entreprise Omnium Façade qui a relevé le challenge.

 

BCB : Quelles ont été les grandes phases du chantier ?

Damien Blaise : Il y a d’abord eu le démontage de l’existant, en conservation de la structure poteau-poutre. Nous avons ensuite revu la distribution intérieure et les percements sur l’extérieur.

 

BCB : Finalement, à partir de ce squelette vous reconfigurer complètement l’ouvrage ?

Damien Blaise : Au cours du temps, l’école a été agrandie par l’adjonction d’un ancien logement de fonction, mais l’organisation intérieure n’était pas aboutie. On a dans l’étude effectivement pris en compte les nouveaux besoins et redonné de la logique dans les accès entre le rdc et l’étage et dans les cheminements sur chaque niveau.

Les façades ont été refaites avec l’objectif évident en 2020 d’apporter de la performance à l’enveloppe du bâti.

 

BCB : Comment c’est intégré le choix du biosourcé dans cette reconfiguration.

Damien Blaise : D’un point de vue du fonctionnement de la façade principale sud, nous avons privilégié l’apport de la lumière naturelle dans les classes, avec la mise en place d’ouvertures grands formats. L’étude d’ensoleillement nous a permis de définir le dimensionnement des pare-soleil indispensables pour disposer d’une ombre jusqu’en pied de vitre et éviter ainsi la surchauffe des classes en période chaude.

Le mur lui est en béton de chanvre, de 30 cm d’épaisseur. L’ossature secondaire bois qui le reçoit est fixée sur la structure porteuse. Côté intérieur, des panneaux hauteur d’étage servent pour l’occasion de coffrage au béton de chanvre qui est appliqué par projection mécanique, de l’extérieur. On est dans un mode opératoire classique avec ce matériau.

A lire également : Renaissance de la Manufacture Royal Bonvallet

BCB : Par contre vous avez changé de technique béton de chanvre pour d’autres façades !

Damien Blaise : Cette école est schématiquement en forme de L. Pour la plus grande façade sud, on vient de voir ce qu’il en était. Pour la façade en retour et la petite façade exposée sud également, nous avons mis en place un doublage isolant extérieur en béton de chanvre. Ces 2 façades en blocs de maçonnerie classique ont été conservées, pour être protégées par un doublage isolant extérieur en béton de chanvre.

« On a mis en place une isolation massique en complément de l’existant ou en création pure de façade »

 

BCB : Quels sont les systèmes auxiliaires mis en place ?

Damien Blaise : Il n’y a pas de climatisation, mais un système de brassage de l’air, basse vitesse et orientable. Ce principe génère un mouvement de l’air qui donne ainsi une impression de fraîcheur. Et cela participe du confort thermique. Le chauffage reprend le principe existant , radiateur eau chaude sur chaudières à condensation fonctionnant au gaz de ville.

 

BCB : Ce bâtiment, est un ERP. Comment s’est passée la validation du biosourcé auprès des instances ?

Damien Blaise : On est effectivement sur un type R de 4ème catégorie. Nous sommes passés en commission  sécurité. Le PV feu du Béton de Chanvre Tradical® a permis de répondre aux exigences auxquelles ce type de bâtiment doit répondre. Nous nous sommes également engagés, MOA et nous en tant que MOE, sur ces solutions béton de chanvre, validées par ailleurs par le bureau de contrôle.

 

« On est sur l’emploi de solutions atypiques, mais la synergie entre les différents acteurs a permis de fonctionner dans l’efficacité dans un quartier résidentiel dense, sur une parcelle exigüe »

 

FICHE CHANTIER

 

Lieu : Marseille 7è arr. (13),

 

MAITRISE D’OUVRAGE

  • Ville de Marseille (13)

 

MAÎTRISE D’ŒUVRE

 

 

ENTREPRISE GÉNÉRALE

  • Omnium Façade – Zac de la Valentine – 117 tr de la Montre, 13011 Marseille, France | site web : www.omnium-facades.com

 

ENTREPRISE BÉTON DE CHANVRE

 

  • DB Chanvre : Pour une mission AMO béton de chanvre.BET DB-CHANVRE CONSTRUCTION, 154 Chemin de la Futaie, 83550 Vidauban
    http://db-chanvre.com/

 

APPLICATIONS Béton de Chanvre

Mur isolant pour la façade principale sud : chaux Tradical® Thermo + Chanvribat®

  • Mise en œuvre par projection mécanique
  • Épaisseur : 35 cm soit un R= 4,6 m².K/W (avec l = 0,076 W/m.k certifié)
  • Surface : 170 m²

 

Doublage isolant extérieur sur les façades conservées sud, est et ouest : chaux Tradical® Thermo + Chanvribat®

  • Mise en œuvre par projection mécanique
  • Épaisseur : 10 cm soit un R = 1.3 m².K/W (avec l = 0,076 W/m.k certifié)
  • Surface : 114 m²

 

APPLICATIONS des enduits

Enduit traditionnel à la chaux pour la finition extérieur des ouvrages en béton de chanvre

  • Corps d’enduit : chaux Tradical® Bâtir + sable
  • Enduit de finition : chaux Tradical® PF80M + sable
  • Mode d’application : projection mécanique
  • Surface : 275 m²

 

Crédits photos : ©BCB Tradical®

 

Pour tout contact :

Eric Delanoë, Conseiller Technique Tradical®, tél : 06 76 45 09 03  / mail : eric.delanoe@lhoist.com

Béton de chanvre pour l'école de Bray-sur-Seine

Ecole maternelle et primaire de Bray-sur-Seine

L’école de Bray-sur-Seine est un dispositif essentiel au développement de la commune. Enjeu sur lequel s’est greffée une autre ambition : celle d’opter pour des matériaux de construction biosourcés dont le béton de chanvre. Qui plus est avec la volonté d’œuvrer avec des acteurs locaux.

Ici, l’engagement est à la hauteur des changements à opérer pour que le monde du bâtiment participe activement à la réduction de son empreinte carbone.

Interview de Philippe Lamarque, MOE du projet, par BCB Tradical® / Février 2020

 

BCB : Comment fait-on le choix du béton de chanvre pour construire une école ?

Philippe Lamarque : Au départ,  il y a la conviction de la commune et notamment de son maire impliqué depuis longtemps dans le développement écologique du territoire.

En contre-exemple, Il faut avoir à l’esprit qu’actuellement les gravières de sable épuisent les sols avec comme résultante de leur exploitation, la création de lacs artificiels de très faibles profondeurs peu propices au développement de la vie sous-marine. On crée ainsi des zones « mortes », antinomiques d’un développement pérenne.

Donc s’engager sur la voie du béton de chanvre, c’est tout simplement contrebalancer cette situation en remplaçant l’agrégat minéral par un agrégat végétal peu gourmand en eau et ne requérant pas l’utilisation de phytosanitaires. Donc propice à valoriser les sols. La culture du chanvre s’est ainsi réimplantée en Ile de France et particulièrement en Seine et marne. La chènevotte remplace le gravier.

Il y a quelques années, une première approche du biosourcé s’est faîte au travers du chantier de rénovation de la mairie, en laine de chanvre. Avec réaménagement intérieur et mise en conformité. En site occupé, il n’était pas envisageable de faire du béton de chanvre. Il s’est écoulé du temps, puis l’actuelle municipalité s’est engagée sur ce projet d’école, avec l’ambition d’aller plus loin et de privilégier le local aussi bien au niveau matériaux qu’au niveau humain, avec des professionnels implantés dans un périmètre proche, pour construire.

 

BCB : Comment s’est mis en place le financement d’une telle opération ?

PL : L’état subventionne 80 % de la réalisation de cette école dans le cadre du programme territoire mis en place pour développer ce secteur géographique et notamment ses infrastructures afin que Bray-sur-Seine apporte toutes les solutions de vie au quotidien à ses résidents.

 

BCB : Quelles étaient les grandes lignes du programme ?

PL : À terme, la ville disposera d’une école maternelle et d’une école primaire complémentaires aux infrastructures existantes pour répondre à l’augmentation de population. La nouvelle école maternelle remplace l’existante qui accueille actuellement les enfants dans des locaux modulaires.

L’établissement offrira une capacité de fonctionnement démultipliée par la création de 4 classes de maternelles, complétées en création pure par : 4 classes pour le primaire, un atelier et un CLSH pour le centre de loisir.

projet architectural de l'école de Bray sur Seine

Projet architectural de l’école de Bray-sur-Seine

A lire : Tout savoir sur l’enduit à la chaux

 

BCB : Quel est la configuration de cet équipement ?

PL : Les parcelles achetées pour assurer l’implantation sont nombreuses et « très découpées ». Ce qui a fortement conditionnée la conception des bâtiments et généré une certaine complexité géométrique des façades.

 

BCB : Une partie du nouvel équipement prend place sur l’existant ?

PL : En effet, Cette réalisation se fait en 2 temps. Avec une première tranche école maternelle qui est édifiée à côté de l’existante (les bâtiments modulaires). Une fois finie, la scolarisation des petits se fera dans les nouveaux locaux construits en biosourcé.

Il y aura une 2ème phase au cours de laquelle on démontera l’ancienne structure modulaire. Cela libèrera l’espace au sol. On lancera alors la construction de l’école primaire.

 

BCB ; Est-ce que du coup le chantier béton de chanvre est compliqué ?

PL : Du fait de cette construction en 2 temps effectivement, on fait revenir les entreprises 2 fois sur des périodes éloignées l’une de l’autre. L’aspect intendance s’en trouve démultiplié.

Par contre cette gestion est contrebalancé par la simplicité du système béton de chanvre  qui permet de fabriquer des murs avec une économie de moyens.

Une paroi béton de chanvre, c’est une ossature principale, construite ici sous forme de parois en ossature bois préfabriquées sur-mesure. Les parois fabriquées en atelier sont acheminées sur site puis assemblées entre-elles.

Dans notre cas les montants verticaux sont déportés côté intérieur afin de supporter les panneaux hauteur d’étage qui habillent l’intérieur du bâtiment. Leur deuxième fonction essentielle étant de servir de coffrage perdu pour la projection du béton de chanvre qui se fait par l’extérieur, une fois les parois assemblées.

L’ossature principale reçoit une ossature secondaire du côté face extérieure. Elle servira de support au bardage retenu pour la finition

ossature bois de l'école de Bray sur Seine

Ossature bois de l’école de Bray-sur-Seine

 

BCB : Pourquoi ce choix d’un bardage en finition extérieur ?

PL : C’est un bardage minéral, sans colle, sans adjuvant ; pour ce matériau nous avons fait aussi le choix de la qualité sanitaire et environnementale. Il présente de très nombreuses avantages : facilité d’entretien (on sait la sollicitation des ouvrages en milieu scolaire…), facilité de découpe pour l’adapter à la complexité géométrique des façades, très bonne tenue en zone de forte hygrométrie. Et une telle pose est parfaitement compatible avec tout le performantiel du béton de chanvre.

 

BCB : Comment avance la réception de la 1ère tranche de l’école maternelle de Bray-sur-Seine ?

PL : La partie école maternelle sera réceptionnée en avril de cette année.. 2 constats : très bonne acoustique et très peu de besoin de chauffage. Ce dernier est assuré par un plancher chauffant. La ventilation, obligatoire dans un ERP, d’un débit de 15 m3/h est gérée par 3 centrales de traitement d’air.

La performance thermique répond à la règlementation en cours, sans compter tous les avantages connus et quantifiés du béton de chanvre concernant la régulation des températures été/hiver, sa grande résistance au feu, la qualité sanitaire de l’air intérieur…

« Le conseil municipal est franchement satisfait et porte la bonne parole sur les choix engagés »

…à suivre pour la 2ème tranche, très prochainement

 

Les acteurs du projet Ecole de Bray sur-Seine

Les acteurs du projet Ecole de Bray-sur-Seine

 

FICHE CHANTIER

  • Lieu : Bray-sur-Seine (77),
  • Superficie : 1750 m²

 

MAÎTRISE D’OUVRAGE

  • Ville de Bray-sur-Seine (77)

 

MAÎTRISE D’ŒUVRE

  • Être et Chêne – Philippe Lamarque  et Karine Lopes architectes  – 23 Rue Champ de l’Eau – 77580 Crécy-la-Chapelle | site web : www.etre-et-chene.fr
    + Carola HANSEN Paysagiste

 

ENTREPRISE pour le béton de chanvre

 

APPLICATIONS Béton de Chanvre

  • Mur isolant : chaux Tradical® Thermo + chanvre
  • Épaisseur : 30 cm soit un R= 4 m².K/W (avec l = 0,076 W/m.k certifié)
  • Mise en œuvre par projection mécanique

 

Crédits photos : ©Être et Chêne

 

Pour tout contact 

Xavier Héron, Conseiller Technique Tradical®, tél : 06 37 79 13 62 / mail : xavier.heron@lhoist.com

Chaux aérienne pour les voûtes de la Basilique de Vézelay

Restauration de la Basilique de Vézelay

RESPECTER LE TEMPS ET L’HISTOIRE AVEC LA CHAUX AÉRIENNE AU SERVICE DES MONUMENTS HISTORIQUES

Ce fleuron de l’architecture romane, haut-lieu de la Chrétienté avec plus d’un million de visiteurs, d’amateurs d’Histoire et d’art mais aussi de pélerins, fait l’objet d’une restauration savante de l’agence 2BDM, deux siècles après Viollet-Le-Duc.

 

Les voûtes en berceau du Narthex , au cœur de l’art roman, sont en ce moment en travaux.

 

Si la lumière trouve à la basilique une mise en exergue exceptionnelle, l’état des enduits des voûtes en altère l’effet.

Abîmées, parsemées de tâches, de fissures, d’auréoles, les enduits nécessitent une remise en état, respectueuse du monument historique, de qualité et perdurante. La chaux aérienne Tradical® H 98 prescrite ici par les spécialistes trouve une place légitime : historique, technique et esthétique.

Ce choix marque la reconnaissance de l’adéquation absolue de la chaux aérienne avec la pierre et tous les monuments anciens ou historiques.

 

LA RESTAURATION DES VOÛTES, UNE RESTAURATION EXEMPLAIRE PAR DES ACTEURS HAUTEMENT SPÉCIALISÉS

La Basilique de Vézelay fait l’objet d’une restauration de grande ampleur. Celle-ci a été divisée en plusieurs tranches d’opérations :

  • Le chœur
  • Le transept
  • La Tour (St Barthélémy), une des deux tours du transept nord (2018)
  • La partie actuelle : l’avant-nef (et la façade occidentale)

La restauration des voûtes porte sur la partie avant-nef ou Narthex ; soit une superficie d’environ 950 m².

L’agence 2BDM a répondu à une consultation de maîtres d’œuvres pour l’attribution d’un accord cadre en 2015. Sa spécificité, son expérience et ses connaissances dans le domaine des Monuments Historiques lui ont permis d’être choisie.

Un appel d’offre a ensuite été lancé, remporté par l’entreprise SNBR, spécialisée également dans la restauration des monuments historiques.

 

L’ÉTAT DES LIEUX

En 1840 Eugène Viollet-Le-Duc fut chargé de la restauration de la basilique. Au moment même de cette restauration, des voûtes s’effondrèrent et furent reconstruites.

Viollet-Le-Duc utilisa des techniques traditionnelles d’enduits à la chaux aérienne pour les voûtes.

Les aléas du temps marquèrent alors les voûtes qui eurent à subir les conséquences de problèmes d’étanchéité de toiture.

« Celles-ci subirent des infiltrations, furent chargées de sels dans la maçonnerie… »

Des auréoles et des tâches devinrent apparentes et les enduits se fragilisèrent.

 

L’ESPRIT DE LA RESTAURATION

Comme pour l’ensemble de la basilique le maître d’œuvre a souhaité une

« restauration très respectueuse de l’origine du monument » (Cf. Monsieur Didier)

et de l’œuvre fondatrice de Viollet-Le-Duc. Cette volonté concerne bien sûr la réfection des voûtes de l’avant-nef. Un diagnostic préalable fut ainsi lancé (état des voûtes, stabilité, etc…).

Pérennité de l’ouvrage, retour de la lumière et de l’intensité, furent à l’origine des choix techniques de la chaux aérienne BCB Tradical®.

 

LA CHAUX AÉRIENNE AU SERVICE D’UNE RESTAURATION FIDÈLE, SUBTILE ET MÉTICULEUSE

Après le diagnostic initial permettant de déterminer les traces de sels, de localiser et de répertorier les enduits abîmés, le maître d’œuvre a préconisé le recours à l’enduit de chaux aérienne déjà utilisé à l’époque, en continuité de l’histoire architecturale. Une première étape fut de purger les enduits dégradés.

Plusieurs objectifs ont été recherchés :

  • La durabilité maximale des enduits ;
  • Leur qualité ;
  • Leur harmonisation avec l’existant ;
  • Et pour l’entreprise la meilleure facilité de mise en œuvre.

 

UNE INTERVENTION EN 5 TEMPS

1-La chaux aérienne Tradical® H 98, préparée sous forme de chaux en pâte à Vézelay

Ici c’est au travers d’une préparation de chaux en pâte que la chaux aérienne éteinte a été travaillée par l’entreprise. SNBR l’a préparée à l’avance et l’a faite gonfler plusieurs semaines à l’abri sans oxygène. Elle se travaille ainsi plus agréablement et va donner « une texture très onctueuse et des résistances et des qualités améliorées ».

 

2-Une première étape : le dégrossi

Cette sous-couche très épaisse (jusqu’à 6 cm) a été effectuée avec la Tradical® H 98 (additionnée de pouzzolane), en plusieurs passes. Ce dégrossi d’enduit (ou corps d’enduit) laissera respirer la pierre. Il a séché environ 15 jours.

 

3-Un enduit de finition

Tradical® H 98 et sable plus fin sont mis en œuvre sur une épaisseur de 5 à 10 mm.

A lire également : Amélioration acoustique et béton de chanvre

4-La polissure de chaux

Cette étape permet d’harmoniser réparation et existant ; elle combine la chaux aérienne Tradical® H 98 à un sable très fin. Cette fine pellicule de chaux de 1 mm à 1,5 mm est spécifique à la région de Bourgogne.

 

5-Le lait de chaux pour patine

« Ce lait de chaux est appliqué sous forme de patine pour donner un aspect vivant à l’enduit et des surfaces nuancées comme à l’époque romane. » Monsieur Wagner 2BDM

 

Cette phase de restauration a démarré en Février 2019, et se terminera en Mars 2020. La restauration des voûtes rendues nécessaires par les dégradations du temps permettra également de restituer l’ambiance lumineuse qui a fait la réputation de cet édifice.

 

La chaux aérienne pour restaurer la Basilique de Vézelay

La chaux aérienne pour restaurer la Basilique de Vézelay

 

FICHE CHANTIER

 

  • Lieu : Commune de Vézelay, 89450
  • Localisation : Basilique Sainte Marie-Madeleine, Vézelay
  • Programme de restauration : 4ème phase de travaux concernant l’AVANT-NEF

 

LA MAITRISE D’OUVRAGE

  • Commune de Vézelay – 89450
    • Hubert Bardieux : Maire de Vézelay
    • Gérard Ravelli : Adjoint chargé des Travaux
    • Mr Hecquet : Premier adjoint chargé de la Culture et du Tourisme.
  • Maîtrise d’ouvrage déléguée : DRAC

 

LA MAITRISE D’ŒUVRE

  • 2bdm, http://www.2bdm.fr/accueil/
    • Monsieur Didier, Architecte en chef des Monuments Historiques
      Château de Versailles, aile des Ministres nord
      RP834 – 78008 VERSAILLES
    • Monsieur Christophe Wagner, Architecte du Patrimoine
      60-62, rue d’Hauteville – 75010 PARIS

 

ENTREPRISE

 

LES APPLICATIONS CHAUX AÉRIENNE

Restauration des voûtes

  • Dégrossi, enduit de finition : chaux aérienne Tradical® H 98 + sable 0/4 puis 0/2
  • Polissure de chaux : chaux aérienne Tradical® H 98 + sable 0/1
  • Badigeons et Patines : chaux aérienne Tradical® H 98

 

Crédits photos : BCB Tradical® et SNBR

Rédactionnel : établi à partir du dossier de presse rédigé par Sandrine Wiart, attachée de presse de BCB Tradical®

 

Pour aller plus loin 

 

 

Pour tout contact :

Yannic Santandreu,
Responsable technique Tradical®, tél : 06 76 45 09 15 / mail : yannic.santandreu@lhoist.com

BCB Tradical, votre expert dans la fabrication d’enduit chaux chanvre et en béton de chanvre

eget leo Phasellus mi, venenatis vulputate, porta. pulvinar tempus ut ante.