Tradical® c’est aussi…

1. État des lieux de la chaux aérienne : de l'origine à nos jours

La chaux aérienne a été utilisée depuis des millénaires par de nombreuses civilisations et sur tous les continents, avec de magnifiques témoignages en Syrie, en Egypte, en Chine, en Inde ou en Europe…

De l’antiquité jusqu’aux siècles derniers, les constructions sont réalisées à la chaux, pour toutes sortes d’ouvrages de maçonnage, d’enduisage et de finitions décoratives. Ils restent une référence tant leur durabilité et leur valeur esthétique sont remarquables.

La chaux est issue de la pierre calcaire qui est un des minéraux les plus présent sur notre écorce terrestre. Employée selon différentes recettes en fonction des particularismes régionaux (culture, système constructif…), elle a su s’adapter aux projets des bâtisseurs – maison, cirque, arène, théâtre, pont, aqueduc, thermes, canalisations…en répondant à des contraintes de fonctionnalité spécifiques.

Son mode de fabrication n’a que peu évolué depuis ses origines jusqu’au 19è siècle. Bien que recourant longtemps à un mode de production artisanal, le savoir faire des hommes de l’art a permis de définir des modes opératoires propres à générer des matériaux de qualité.

Le principe de fabrication est toujours le même : cuisson dans un four dont les formes ne cesseront d’évoluer pour une meilleure maîtrise des températures, celles-ci étant de l’ordre de 750° C, sur plusieurs jours avec le bois comme combustibe.. Cependant, du fait de la technologie simple de ces fours, les résultats des cuissons sont sujets à variations.

Importance de la décantation

Pour compenser cet état de fait qui influe sur la qualité du produit final, il a toujours été procédé à l’extinction de cette chaux vive en bac de décantation. Celle-ci est éteinte par immersion dans des bassins appropriés. Cette phase façonne la chaux par un phénomène de sédimentation qui va durer plusieurs mois selon la qualité souhaitée, et assure la constance de ses caractéristiques.

Sous l’action de l’eau, la chaux va se déliter puis sédimenter en différentes strates. La maturation en pâte va permettre de gommer les défauts de cuisson en hydratant les surcuits et en laissant le temps aux incuits de sédimenter. Ce phénomène permet de trier la pâte de chaux en plusieurs qualités de caractéristiques différentes, dédiées à….

HIER. Ancien four pour la chaux aérienne sur le site de l'usine Balthazard et Cotte, Chaux du Périgord - groupe Lhoist
AUJOURD’HUI. Usine Carrières et Chaux Balthazard et Cotte. Four vertical pour la cuisson du calcaire
2. La production des chaux aériennes, des liants hydrauliques et des ciments

Les liants destinés à la construction se composent de deux grandes familles distinctes par leur mode de prise : les produits aériens et hydrauliques.

Les premiers réalisent leur prise en présence de gaz carbonique : il s’agit d’une prise aérienne.

Alors que la prise des seconds se fait en présence d’eau.

La famille des liants hydrauliques se subdivise en deux sous familles : les ciments et les chaux hydrauliques.

La fabrication de ces trois types de liants diffère grandement ; voyons quels en sont les grandes lignes. Nous verrons, dans un premier temps la préparation…

Visuel du cycle de production complet, de l’extraction au produit fini

3. Pourquoi les chaux formulées

Elles sont nées d’une double nécessité : gagner sur le temps de prise et diminuer le coût de mise en oeuvre. Cependant elles doivent conserver intactes les qualités essentielles de la chaux aérienne pure.

Leur préparation dans des conditions industrielles apporte une précision dans les dosages difficile à obtenir sur chantier. Mais elles font appel à tous les savoir-faire de l’artisan.

L’utilisation de la chaux depuis la plus Haute Antiquité a laissé de nombreux ouvrages dont on peut encore admirer et apprécier l’étonnante durabilité. De nombreuses analyses ont été entreprises sur divers ouvrages en Mésopotamie, Egypte, Grèce et plus régulièrement dans tous les pays composant l’Empire Romain. Toutes ces recherches aboutissent à démontrer le savoir-faire des bâtisseurs de ces ouvrages, savoir-faire qui repose très souvent sur…

4. La chaux et la respiration du mur

La perméance et, plus généralement, les transferts hygriques, posent le problème le plus sensible pour la restauration des bâtis anciens. Nombreuses sont les techniques modernes de restauration qui ont omis de le traiter convenablement.

Pour deux raisons essentielles

Première raison : les transferts hygriques concernent l’intégralité du mur et ne peuvent avoir lieu que dans le cadre d’un continuum. Il suffit qu’un seul élément soit négligé ou mal traité (revêtement intérieur, extérieur, isolation thermique…) pour que les transferts soient bloqués….

Vous souhaitez en savoir plus nos produits ?

Accédez gratuitement à l’intégralité de notre documentation en remplissant ce formulaire

fc5367c2ae704447129f461bcb65b84bIIII