Plein feu sur un partenaire

Restauration béton de chanvre

Restauration béton de chanvre par un Maître artisan

Henri Boige a intégré le biosourcé comme une évidence dans cette restauration béton de chanvre. Ou comment marier gros-œuvre et isolation naturelle comme une évidence.

Interview de Mme Boige le 23 05 2018 par BCB Tradical® et intervention de Mr Henri Boige le 13 Juin à la 6ème Rencontre Régionale  Tradical® à Sayat (63)

 

BCB : Il s’agit ici davantage d’une reconstruction que d’une restauration

Henri Boige : On est parti d’un tas de pierre. On a déposé ce qui restait de la toiture de cette ancienne maison vigneronne. On a réutilisé ses pierres en les complétant avec des pierres de démolition.

 

BCB : La place de la chaux dans cette aventure ?

HB : On a tout rebâti à la chaux. Et quand il ne s’agissait pas de murs, on a utilisé du béton de chanvre en toiture, en Doublage intérieur, en extérieur.

Chaque solution à la chaux trouve sa place pour bâtir ou isoler

BCB : Le registre de votre intervention est donc très étendu sur ce chantier

HB : On a reconstruit des murs, posé des têtes de murs, modifié ou créé des ouvertures, en respectant les modes opératoires locaux. On a également recréé une génoise sur 3 rangs en gérant l’arrondi pour passer de la façade principale à la façade latérale. On réalise même de la fausse pierre avec une formulation « maison » à base de ciment, que nous retaillons à la boucharde, et dont le résultat est à s’y méprendre ! Technique employée pour cette maison au niveau des chaines d’angles et du poteau présent sur la terrasse.

BCB : Vous innovez également pour la partie Restauration béton de chanvre ?

HB : Pour apporter le meilleur confort thermique à la maison, nous avons mis en place un plancher béton standard mais pour lequel nous avons réalisé un hourdi en béton de chanvre. L’objectif étant d’éviter la perte de chaleur à l’étage. Ce principe permet aussi d’isoler le vide sanitaire.

 

BCB : Vous avez intégré le béton de chanvre pour d’autres phases du chantier ?

HB : On l’a utilisé en toiture. De fait, quand nous avons réalisé la charpente, on a posé des lambris pour faire office à la fois de sous-face finie et de coffrage perdu pour recevoir l’isolation toiture en béton de chanvre.

Nous avons utilisé ce même matériau biosourcé pour isoler par l’extérieur certains murs des façades recevant une finition à la chaux. De même en intérieur où quelques parois recevaient un doublage isolant béton de chanvre, tandis que d’autres murs étaient jointoyés ou enduits.

 

BCB : Que représente ce chantier pour vous ?

HB : Le chantier s’est déroulé sur 3 à 4 années. On en a fait la vitrine de nos savoir-faire en utilisant de très nombreuses techniques ajustées aux ouvrages à réaliser. À noter que le béton de chanvre en projection machine se planifie comme n’importe quelle autre opération.

 

Fiche chantier Restauration béton de chanvre

  • MOA : privé
  • MOE : AML ARCHITECTURE  – Anne Marie LOPEZ
  • Entreprise : Henri Boige | www.boigehenri.com
  • Travaux réalisés :
    • Maçonnage : Tradical® PF 55 + sable local | Chaux de classe FL B 5, conforme à la norme des chaux de construction NF EN 459.
    • Isolation thermique : Béton de chanvre Tradical®.
    • Tradical® Thermo + Chanvribat® | masse volumique 280 kg/m3 |λ = 0.076 W/m.k |classement au feu B-S1, d0 (valeurs certifiées).
    • Enduit à la chaux : Tradical® PF 80 + sable local | Chaux de classe FL A 2 , conforme à la norme des chaux de construction NF EN 459.

Pour aller plus loin : Portrait de Henri Boige

Votre contact
Mickaël Sartout : Conseiller Technique Tradical®, tél 06 07 40 61 06, mickael.sartout@lhoist.com

architecture et environnement

Architecture et prise de conscience environnementale

Alexis Monjauze, architecte DPLG en écoconstruction, voyageur engagé. Il nous emmène sur la route des matériaux sains comme le béton de chanvre. Sa destination finale: l’architecture en écoconstruction HQE. Embarquement immédiat !

Interview d’Alexis Monjauze le 13 06 2018 par BCB Tradical® lors de la 6ème Rencontre Régionale Tradical® – Sayat (dpt 63)

 

BCB : Votre formation et parcours professionnel ?

AM : Après un bac et un DUT Génie civil, j’ai fait une école d’architecture que j’ai interrompue par 3 années de chantiers et de voyages en Europe (Europe de l’est, Espagne, Italie…) Les voyages ont élargi ma culture architecturale. J’ai ensuite travaillé dans le milieu associatif (sensibilisation à l’environnement) à Lyon. Puis j’ai une expérience de 6 ans dans la maitrise d’ouvrages publiques à Puy-en-Velay (43).

J’ai ouvert mon agence en 2005 au même endroit. Aujourd’hui, nous sommes 5 !

 

BCB : qu’est ce qui a déclenché votre orientation vers l’écoconstruction ?

AM : Ce sont mes parents ! Ils étaient chefs d’entreprise. Ils m’ont transmis la notion de respect de l’environnement et le sens de la responsabilité individuelle (la conséquence de nos actes).

 

BCB : Architecture, pourquoi avoir choisi cette voie ?

AM : L’architecture m’a toujours beaucoup intéressé, c’était ma fibre à moi. Mais pas à n’importe quel prix ! La première évidence pour moi a été de voir que le bâtiment tel qu’il est aujourd’hui est néfaste pour l’environnement. Je n’ai pas envie de participer à cet égarement collectif généralisé ! C’est pour ça que j’ai fait pas mal de boulots avant de monter mon entreprise. Je n’envisage de travailler que dans un objectif d’écoconstruction HQE même si ce marché représente –de 10% dans le bâtiment.

« Les gens n’ont pas conscience de l’impact de leurs choix quand ils achètent, construisent… ce choix va favoriser une forme d’économie (gaspillage ou recyclage). On ne parle pas assez de l’impact des Eco matériaux sur le système de santé »

 

BCB : Comment avez-vous découvert le béton de chanvre ?

AM : Un jour un artisan m’a proposé de faire un dallage en béton de chanvre. J’avais gardé une documentation de l’école d’architecture qui m’avait bien plu., et je me suis penché sur le sujet. Je me suis essayé au béton de chanvre une première fois en 2007. Puis j’ai travaillé avec une entreprise qui maitrise bien ce matériau pour le proposer à un client en 2009.

 

BCB : Quelles sont les qualités du béton de chanvre qui ont attiré votre attention ?

AM : La simplicité ! On a qu’un seul matériau pour composer la paroi. Et son aspect complétement naturel aussi. A l’expérience c’est vraiment très agréable au niveau acoustique, très doux en terme d’ambiance.

« Il se dégage une chose de ce matériau béton de chanvre qui est inexplicable, c’est très apaisant »

 

BCB : Comment conseillez-vous ce matériau à vos clients ?

AM : Tout simplement je le propose et c’est assez souvent accepté ! J’ai du trouver des artisans pour le faire : Les chantiers ont parfois été difficiles car c’est un matériau qui n’est pas toujours bien maitrisé. Heureusement aujourd’hui de plus en plus d’entreprises sont formées et ont de l’expérience. Les premiers bétons de chanvre ont 30/40 ans c’est récent.

C’est sur ce matériau qu’on a les meilleurs retours clients en terme de satisfaction !

 

BCB : Une anecdote ?

AM : Oui, un jour j’ai rencontré des clients qui étaient intrigués par la réglementation thermique pour la construction de leur maison individuelle. Je leur ai expliqué qu’ils n’étaient pas du tout obligés d’avoir un chauffage central. Ils sont restés dubitatifs.

La morale de cette histoire, c’est qu’aujourd’hui la règlementation vous oblige à isoler mais pas assez pour supprimer le chauffage complètement ! Si on isole un petit peu plus notamment grâce au béton de chanvre, on réduit de façon importante le poste chauffage/climatisation !

Béton de chanvre entreprise Thoinet

Béton de chanvre: une belle rencontre

Guillaume Thoinet (entreprise Thoinet maçonnerie) est un amoureux de la pierre et des matériaux naturels. Il a rencontré le béton de chanvre en 2015 et depuis il ne cesse de faire évoluer ces chantiers grâce à ce matériau ! Rencontre avec un passionné au parcours bien tracé :

 

Interview de G. Thoinet le 13 06 18 par BCB Tradical ® lors de la 6ème Rencontre Régionale Tradical® – Sayat (dpt 63)

 

BCB : Racontez-nous votre parcours professionnel :

GT : J’ai un BEP et un CAP maçonnerie, puis j’ai obtenu un CAP de carreleur que j’ai passé en candidat libre. J’ai également un bac pro en gros œuvre et j’ai un BTS bâtiment. Ce BTS m’a permis d’apprendre à gérer des équipes et obtenir des compétences pour être conducteur de travaux.

Après mes études, j’ai travaillé deux ans dans une entreprise Monument Historique sur Clermont Ferrand et j’ai ensuite décidé de m’installer à mon compte en 2008 : j’ai embauché tout de suite une personne car j’ai eu très vite beaucoup de travail !

 

BCB : Vous avez plusieurs cordes à votre arc, où en êtes-vous aujourd’hui ?

GT : Récemment j’ai fait une demande de qualification de « maitre artisan d’art » à la chambre des métiers, je croise les doigts pour l’obtenir cette année. C’est une qualification qui compte beaucoup dans mon métier.

Et je suis aussi revenu à mes « premiers amours » : c’est-à-dire la pierre, c’est un travail artisanal qui me tient à cœur.

 

« Le bâtiment c’est une passion, j’ai toujours su que je travaillerais dans ce domaine, je suis manuel depuis tout petit »

 

BCB : votre activité principale ?

GT : Aujourd’hui on fait 90% bati et pierres ; nous sommes 5 à travailler dans l’entreprise. On travaille a 20km a la ronde environ mais il nous arrive d’aller plus loin lorsqu’on a des chantiers en béton de chanvre.

Ce que l’on fait quotidiennement : rénovations d’habitations, entretien de monuments historiques, mais aussi des fontaines, des croix… c’est différent tous les jours !

 

BCB : Votre rencontre avec le béton de chanvre, c’était comment ?

GT : Je travaille avec ce matériau depuis 2015, j’avais une demande spécifique de la part d’un client. C’est Mickaël Sartout (BCB Tradical®) qui a su démontré que le béton de chanvre répondait aux attentes de mon client.

J’ai donc fait des formations sur les chantiers jusqu’en 2017. Ensuite, j’ai suivi un stage à l’ENC (Ecole Nationale du Chanvre) pendant 3 jours. Cette formation m’a permis de compléter les connaissances acquises sur le terrain. Surtout le cadre réglementaire et l’aspect et théorique que je ne connaissais pas!

 

BCB : Aujourd’hui, c’est un matériau indispensable pour vous. Quelles sont ses qualités ?

GT : Oui, c’était la suite logique que je recherchais pour mon activité de restauration du patrimoine. Ce produit est naturel, noble et au moins centenaire ! Il a des qualités acoustiques et écologiques incroyables.

J’aime beaucoup la technicité du béton de chanvre : ça me correspond totalement. Au final, on revient à ce que nos ancêtres faisaient…

 

BCB : Pourquoi vous aimez travailler le béton de chanvre ?

GT : Ce que j’aime c’est qu’on apporte au client un produit entièrement fini (contrairement à du placo). On a à la fois l’isolation et la finition, on revient au respect du bâtiment. Et c’est recyclable et durable !

« Et puis en 1 an, nous avons multiplié notre chiffre d’affaires par 4 de chaux/chanvre,»

 

BCB : Vous utilisez une machine à projeter le béton de chanvre ?

(démonstration lors des Rencontres Régionales Tradical®)

GT : Le gros de notre activité c’est l’isolation au mur, donc oui nous utilisons une machine pour projeter le béton de chanvre : c’est un vrai gain de temps et en plus ça permet de respecter le compagnon qui l’utilise (moins de fatigue physique qu’à la main). A la main, il faudrait une organisation plus importante avec un rendement nettement inférieur et la qualité et le rendu thermique seraient légèrement moins bons.

 

BCB : Vos chantiers en cours ?

GT : Une rénovation d’un bâtiment en pierre et un chantier neuf d’une maison ossature bois : on s’adapte à tous les types de chantier.

passion bâtiment et vignoble
L'ENC

L’ENC: formation et engagement pour les biosourcés

L’Ecole Nationale du Chanvre (L’ENC) se développe à vitesse grand V et Sophie Barrial y est pour quelque chose ! C’est elle qui est responsable des projets et elle les conduit de A à Z. Zoom sur cette jeune femme, investie et dévouée dans les projets de L’ENC

Interview de Sophie Barrial le 13 06 18 par BCB Tradical® ,lors de la 6ème Rencontre Régionale Tradical® – Sayat (dpt 63)

 

BCB : L’ENC – Ecole Nationale du Chanvre – et vous ?

SB : L’ENC est un organisme de formation. J’en coordonne tous les projets depuis sa création (en 2016). Le Président, Rémy Chorda est la personne référente techniquement en tant que formateur à l’ENC.

Je travaille également à la CAPEB : je représente les artisans. J’ai aidé R. Chorda à faire connaitre le béton de chanvre aux architectes, particuliers et formateurs…

 

BCB : quelles sont les actions que vous avez menées ?

SB : J’ai travaillé sur 2 axes : la demande et l’offre.

La demande : Il m’a fallu communiquer autour de l’excellence du chaux/chanvre. On a fait des démonstrations chantiers, organisé des portes ouvertes, invité des particuliers et architectes…

En parallèle pour que la demande prenne conscience de la qualité du matériau il fallait proposer des artisans formés. On a donc travaillé sur la formation des artisans.

 

BCB : comment les formations ont-elles été mises en place au sein de l’Ecole Nationale du Chanvre ?

SB : l’ENC a participé au programme PACTE (Programme d’actions pour la qualité de la construction et la transition énergétique) qui était un appel à projet du ministère du logement. Nous avons été lauréat sur l’aspect professionnalisation des entreprises du bâtiment.

Au sein de cet appel à projet nous avons défini des formations courtes (3 à 9 jours), et des formations en ligne (MOOC) – grâce à la plateforme ADEME –  Le MOOC a été un vrai succès : 1 500 participants dont une majorité d’architectes (prescripteurs)

 

BCB : la prochaine étape de l’ENC ?

SB : On travaille sur la 3eme étape : l’élaboration d’un titre professionnel « opérateur en chanvre » qui demande des compétences spécifiques. Cette formation s’adresse à des jeunes qui sortent de l’école, à des reconversions professionnelles, et aussi à des professionnels qui souhaitent valoriser leur démarche chaux/chanvre.

 

BCB : Racontez-nous-en plus sur vous :

SB : J’ai un master en management d’entreprises. J’ai intégré la CAPEB en 2009 où j’ai été secrétaire jusqu’en 2015.

Depuis 2015 je partage mon temps entre la CAPEB et l’ENC !

A la CAPEB, on accompagne les artisans sur toute leur gestion quotidienne (normes, droit…)

A l’ENC, l’ingénierie pédagogique c’est quelque chose de complétement nouveau pour moi, c’est hyper passionnant et ça m’apporte de nouvelles compétences.

 

BCB : Une anecdote ?

SB : J’en ai une qui m’a beaucoup fait sourire ! Je me rappelle d’un salon national à Paris, auquel l’ENC a participé. Un représentant de l’ordre nationale des architectes nous a demandé : « l’Ecole Nationale du Chanvre se situe dans quel arrondissement ? », je lui ai répondu « nous sommes basés en Lozère » : il avait l’air très surpris.

Tout ça pour dire que même dans des territoires très ruraux il se passe de belles choses ! (rires)

isoler ses combles

Isoler ses combles pour être au frais naturellement

La toiture est source de perte d’efficacité thermique en hiver et en été. Donc isoler ses combles est l’acte premier à réaliser en rénovation. Avec comme conséquence immédiate de réduire fortement le coût énergétique en supprimant le besoin de climatisation en été.

Nous avons échangé sur le sujet avec Dominique Burg, un spécialiste de la rénovation écomatériaux, établi aux portes du Quercy. Ce territoire préservé écologiquement l’a amené tout naturellement sur les solutions bétons de chanvre, pour être en phase avec l’engagement de ses clients.

Il construit également. La maison en cours est l’occasion pour lui de tester différents modes opératoires pour gagner en efficacité chantier avec ce type de matériau.

  • 1/2 Entreprise SEE Burg
  • Interview de Dominique Burg le 14 05 2018 : BCB Tradical®

 

BCB : Pourquoi vous accordez une telle importance à la qualité d’isolation des combles ?

Dominique Burg : Dans notre région, le facteur ensoleillement est important avec des températures moyennes en été autour de 30°C. Donc pour gagner en confort, je milite pour la mise en place d’une isolation efficace en cette période qui soit capable de neutraliser la surchauffe.

Bénéficier de combles aménagés confortables à vivre est un vrai plus pour un propriétaire. Et ma démarche consiste justement à proposer une solution sans impact environnemental, et sans coût énergétique.

Le béton de chanvre dans ces conditions est la réponse idéale pour isoler ses combles.

 

BCB : Vous aviez essayé d’autres solutions sur de précédents chantiers ?

DB : J’ai utilisé effectivement des isolants légers, ouate, laine…mais cela ne fonctionne pas en été. Si on ne dispose pas de climatisation, les combles aménagés ne sont pas utilisables. En sachant que la climatisation demande un entretien important. Et climatiser implique de la consommation énergétique.

On ne peut pas consommer plus d’énergie en été qu’en hiver. La question qui se pose est bien celle du comment refroidir. Les gens cherchent une qualité de vie dans le bâti.

Et le béton de chanvre est aussi efficace en été qu’en hiver

 

BCB : Comment organisez-vous la mise en œuvre ?

DB : Nous profitons de ce chantier pour tester des modes d’applications différents. Toujours dans l’objectif de l’efficacité chantier. Ainsi nous avons comparé les temps de mise en œuvre entre une solution projection machine du béton de chanvre et une préparation en centrale à béton mobile + mise en place avec un godet télescopique.

 

BCB : Quelles différences notoires ressortent de ces 2 process ?

DB : Pour la projection machine nous avons mis le matériel en hauteur afin de diminuer la longueur de tuyau et de le laisser le plus horizontal possible. Et ce, afin de disposer du meilleur rendement possible qui est de 3 m3/h.

Pour la centrale à béton mobile, on fonctionne complètement différemment puisqu’on prépare une grosse quantité de béton de chanvre, jusqu’à 40 m3 à l’heure. Le mélange chaux Tradical® + chanvre Chanvribat® + eau est très qualitatif. Le rendement réel étant cadencé ici par le rythme de mise en place du béton de chanvre en toiture

 

BCB : Comment traitez-vous l’aspect coffrage perdu ?

DB : Là aussi, j’en profite pour tester 2 solutions bien différentes. Dans un cas j’ai un coffrage perdu réalisé avec des panneaux type panneau hauteur d’étage. L’avantage est qu’on peut réaliser directement la finition sur ces supports. Dans le 2è cas, j’ai fait mettre en place des voliges en peuplier. Ce support est plus résistant, et présente également l’avantage de dissocier la finition du coffrage perdu et donc de la mise en œuvre du béton de chanvre

 

BCB : Vous vous êtes également programmé pour les autres composantes de la maison ?

DB : Nous allons comparer les 2 types de mises en œuvre également pour la réalisation des murs isolants sur 120 m² et des chapes isolantes en béton de chanvre Tradical®. Nous mettrons en place une finition extérieure enduit chaux + sable. En intérieur, nous allons panacher enduits chanvre hygrothermique et enduits terre + chaux. Le chauffage sera assuré par un poêle de masse.

Et la maison sera bientôt prête pour démontrer toute son efficacité aussi bien cet été que dans les saisons à suivre

 

Fiche Chantier 

  • MOA et MOE : Dominique Burg
  • Commune : Saillagol (dpt 82)
  • Surface : 160m2,
  • Altitude : 300 m
  • Zone climatique : H2c
  • Isolation : Béton Chanvre Tradical® application Toiture / Mur / Chape
    • Avec Tradical® Thermo + Chanvribat®
      • Couple de matériaux validé et conforme aux exigences performantielles demandées par les règles professionnelles
      • Classement au feu certifié
      • Lambda certifié de 0.056 W/m.k pour isoler ses combles et 0.076 W/m.k en mur

 

Pour aller plus loin avec l’entreprise SEE Burg

Pour toutes précisions

  • Entreprise SEE Burg – Saillagol (dpt 82) – www.burg-construction.com
  • Contact Tradical® : Frank de Barros, Conseiller Technique, tél : 06 71 93 81 32
Valoriser des solutions écologiques comme le béton de chanvre

Valoriser des solutions écologiques

Dominique Burg a positionné son entreprise sur le marché de l’écorénovation avec le béton de chanvre. Valoriser des solutions écologiques, ou comment répondre à un marché tourné résolument vers la préservation du patrimoine et de la qualité d’habiter dans un territoire préservé

  • 2/2 Entreprise SEE Burg
  • Interview de Dominique Burg le 14 05 2018 : BCB Tradical®

 

BCB : Comment avez-vous découvert le béton de chanvre ?

Dominique Burg : Nous sommes aux portes du parc des Causses du Quercy. Il n’y a pas de maisons construites à la chaine ici. Les gens cherchent les solutions qui conviennent par rapport au bâti ancien. Et c’est au travers d’actions menées par Maisons Paysannes de France que j’ai découvert le chanvre

 

BCB : C’était en quelle année ?

DB : En 2002. J’ai réalisé à cette époque mon 1er chantier en béton de chanvre banché. Puis j’ai fait d’autres chantiers auprès de clients fidèles et d’amis. J’exerce depuis 1990, en ayant pris la suite de l’activité de mon père. Donc cette antériorité sur le territoire m’a permis de tisser des liens de confiance auprès des Maîtres d’Ouvrages.

 

BCB : Quels sont les arguments pour faire valider des solutions bétons de chanvre ?

DB : Dans ma région, où la rénovation est le marché principal, un client sur deux est demandeur de ce type de solutions. Et qui dit rénovation, dit réaménagement des combles sur la plupart des chantiers. Le béton de chanvre est alors la solution idéale pour s’inscrire dans l’existant, avec un fonctionnement qui change du tout au tout la qualité de vie à l’intérieur du bâti : qualité sanitaire, habitat tempéré…

 

BCB : Est-ce que ces solutions d’écoconstruction ou écorénovation évoluent ?

DB : Les procédés et les matériaux s’améliorent. Donc nous avons conforté nos connaissances au travers d’une formation, à Mende, au sein de l’Ecole Nationale du Chanvre, en Janvier 2018. C’est dire notre engagement.

 

Pour aller plus loin avec l’entreprise SEE Burg

Pour toutes précisions

  • Entreprise SEE Burg – Saillagol (dpt 82) – www.burg-construction.com
  • Contact Tradical® : Frank de Barros, Conseiller Technique, tél : 06 71 93 81 32
Maison en chanvre

Quand un charpentier rencontre le béton de chanvre

Maison en chanvre : O. Emanuel est un passionné de la construction. Sa ligne de conduite: l’écoconstruction pour laisser un environnement plus sain aux générations futures. Il  a conçu et construit sa maison presque tout seul. C’est un bâtiment contemporain en ossature bois et isolation béton de chanvre. Il a à cœur d’utiliser des matériaux sains, locaux et durables. Tout le bois qu’il a utilisé provient du Morvan.

« La meilleure façon d’avoir exactement ce que je voulais, c’était de construire moi-même ma maison. Construire c’est mon métier et ma passion ! »

  • 1/2 Oscar Emanuel
  • Interview d’Oscar Emanuel le 23 04 2018 : BCB Tradical®

BCB : Qu’avez-vous fait sur ce chantier ? Où en êtes-vous?

OE : J’ai commencé la construction de ma maison en août 2017. Aujourd’hui la maison est hors d’eau, et je suis en train de poser les fenêtres et les portes.

J’ai presque tout réalisé : le relevé de terrain en 3d, la conception des plans 2D, 3D. l’étude concernant tous les matériaux, les commandes et l’établissement du budget. J’ai construit moi-même le gros œuvre, la charpente, les enveloppes -mur et toit-. En résumé, j’ai été architecte, maître d’œuvre et constructeur.

 

BCB : A qui avez-vous fait appel et pourquoi ?

OE : Mon voisin a construit aussi lui-même sa maison donc il m’a beaucoup aidé. Ensemble, nous avons fait les cadres pour les fenêtres et l’ossature pour le béton de chanvre.

J’ai également des amis qui m’ont aidé pour la maçonnerie car en Août les entreprises étaient fermées.

 

BCB : Comment sont constitués vos murs  isolants ?

OE : J’ai procédé pour partie comme je le fait habituellement, en réalisant une enveloppe de panneaux de fibres de bois, côté extérieur des parois. Je peux ainsi l’utiliser pour le coffrage du béton de chanvre que je mets en œuvre par l’intérieur. L’ossature bois

 

« Quand on pose du béton de chanvre, si on a un bon coffrage on peut faire un mur très droit avec une très belle finition »

 

BCB : Pourquoi avoir utilisé du béton de chanvre sur cette construction ?

OE : J’adore le béton de chanvre pour toutes ses qualités et ses caractéristiques : hygroscopique, sain pour l’environnement intérieur, pour la masse thermique, c’est un bon isolant ! Et je l’utilise aussi pour le contreventement.

 

BCB : Une spécificité de ce chantier ?

OE : Les grands poteaux de bois sont noyés dans le béton de chanvre. Ils sont ainsi recouverts par au moins 50 mm de matière. Comme ça le béton de chanvre aide à faire contreventement. Ce ne sont pas les normes qu’utilisent les ingénieurs !

De plus, à chaque fois que je le peux, j’utilise des matériaux écologiques comme sur ce chantier.

 

BCB : Pour vous, c’est la qualité des matériaux avant tout ?

OE : Oui, j’utilise un bois « vert », qui n’est pas du tout sec. L’avantage de ce bois est qu’il est beaucoup moins dure pour les outils, donc plus facile à travailler. C’est assez inhabituel d’utiliser du bois vert pour une construction, mais je ne vois pas de raison de ne pas l’utiliser : il est stable, apporte une esthétique unique et il est « fondu » (technique du japon). C’est aussi 4 fois moins couteux que du bois sec.

Le bois que j’ai choisi ne bouge pas en longueur mais uniquement en épaisseur. Et même la galerie poteaux/vitres qui est en bois vert ne bouge pas du tout.

 

BCB: Avec quoi allez-vous recouvrir le béton de chanvre par la suite ?

OE : Je pense appliquer un enduit naturel à la chaux. Je vais aussi laisser le béton de chanvre tel quel à certains endroits pour garder l’aspect brut de ce matériau.

 

BCB : À quels imprévus avez-vous dû faire face durant cette construction ?

OE :

  • Pour le béton de chanvre, j’ai mis moins d’eau dans le mélange et je trouve cela nettement préférable pour moi.
  • Au début du chantier, quand nous avons creusé pour faire les fondations, nous sommes tombé sur du granite !
  • Les plans de bases ont beaucoup évolué et changé pendant la construction, il faut dire que je suis un client exigeant !

 

BCB : Vous utilisez des panneaux solaires. Quels matériaux sont utilisés pour isoler le toit ?

OE : La surface de toit sud est entièrement constituée de panneaux solaires intégrés.

Pour le toit, j’ai choisi de l’isoler avec de la laine de bois et de la ouate de cellulose. Le chantier est vite sec, c’est ce qu’il faut pour des particuliers. Mais c’est plus intéressant d’utiliser le béton de chanvre, c’est sans hésiter ce que je ferai pour ma prochaine toiture.

 

BCB : Combien de temps a pris chaque étape ?

OE :

  • Terrassement : 3 semaines
  • Fondations : 3 semaines
  • Ossature bois/charpente : 4 semaines (en parallèle avec les fondations)
  • Béton de chanvre Tradical®: 15 jours pour 50 m3 à 4 personnes
  • Menuiseries : je les pose en ce moment
  • Couverture : 4 semaines
  • Les sols et l’escalier : 3 semaines

 

BCB : Est-ce que le béton de chanvre est un matériau facile à travailler ?

OE : Oui c’est très facile et  très léger, ça m’a surpris ! Pour la dernière maison que j’ai réalisée, mes parents et ma femme ont même pu m’aider, c’est dire comme c’est à la portée de tous. Le chanvre permet un chantier très léger ce n’est pas comme le béton traditionnel. À 4 personnes nous avons fait 50m3 de béton de chanvre en deux semaines, c’est assez rapide.

 

Fiche Chantier

  • MOA et MOE : O. Emanuel
  • Commune : Jalogny, dept Saône et Loire
  • Surface : 160m2,
  • Altitude : 240 m
  • Zone climatique : H1c
  • Isolation : Béton Chanvre Tradical® application mur isolant avec
    • Tradical® Thermo + Chanvribat®  : Couple de matériaux validé et conforme aux exigences performantielles demandées par les règles professionnelles/classement au feu certifié/lambda de 0.076 W/m.k certifié

 

Pour aller plus loin avec l’entreprise Oscar Emanuel

Pour toutes précisions

  • Entreprise Oscar Emanuel – 71250    JALOGNY – oscaremanuel@icloud.com
  • Contact Tradical® : Jean-Michel Sementery, Conseiller Technique, tél : 06 87 44 01 27
autoconstruction et chanvre

Le béton de chanvre de l’Angleterre à la France

Autoconstruction et chanvre. Oscar Emanuel est passionné par la matière bois et l’aspect charpente. Il est passé à l’écoconstruction et utilise désormais le béton de chanvre dans ses constructions. Son credo : prendre en compte l’impact environnemental et utiliser des matériaux écolos et locaux !

  • 2/2 Oscar Emanuel PORTRAIT EXPRESS
  • Interview d’Oscar Emanuel le 23 04 2018 : BCB Tradical®

BCB : Quel a été votre parcours professionnel ?

OE : J’ai appris le métier de charpentier en Angleterre mais je n’ai pas fait d’études pour ça. J’ai appris à reconnaître le bois avec mes mains : je connais les différentes espèces de bois et la façon dont il faut les travailler.

J’ai aussi une formation en numérique 3D. Pour le reste j’ai tout appris sur le tas, je suis un vrai autodidacte ! Mon père était architecte, il m’a donné la passion pour les métiers du bâtiment. Je l’aidais dans son bureau quand j’étais plus jeune.

 

BCB : Qu’est ce qui a déclenché votre orientation vers l’écoconstruction ?

« Il est très important maintenant d’utiliser des matériaux « écologiques » et locaux. Il est grand temps d’innover pour que ça devienne la norme pour nos enfants ».

Le béton de chanvre en est un bel exemple ! J’ai découvert ce matériau lors d’un salon « Ecobuild » en Angleterre. Je l’ai beaucoup utilisé dans la construction de ma maison et j’envisage de l’utiliser encore à l’avenir.

 

BCB : Vous êtes un professionnel engagé et passionné : vos ressources sont nombreuses !

OE : Oui, j’ai commencé à faire des constructions et me suis intéressé de plus en plus à l’architecture.
Maintenant je fusionne ces deux domaines. Je connais tous les processus de construction, j’ai déjà construit plusieurs maison ; c’est ce que j’aime faire les soirs et week-end.
Pour construire ma maison j’ai fait moi-même les plans/le concept. J’ai aussi fait le bureau d’étude et j’ai presque tout réalisé.
Je ne suis pas du tout un spécialiste dans chaque domaine, je suis plutôt « généraliste ».

 

BCB : Pour vous, quelles sont les qualités du béton de chanvre ?
OE : Le béton de chanvre procure avant tout une qualité d’environnement intérieur très importante. C’est un matériau  écologique, local, hygroscopique, qui sent bon. Il est très léger, résistant et facile à poser, avec peu d’eau. Toutes ces caractéristiques font de lui un très bon isolant.

 

Pour aller plus loin avec l’entreprise Oscar Emanuel

Pour toutes précisions

  • Entreprise Oscar Emanuel – 71250    JALOGNY – oscaremanuel@icloud.com
  • Contact Tradical® : Jean-Michel Sementery, Conseiller Technique, tél : 06 87 44 01 27
La chaux selon JT Tollot

La chaux, ça fait partie de la caisse à outils !

La chaux pour restaurer, et disposer d’un rendement chantier adapté, d’une esthétique unique, c’est le quotidien de Jean-François Tollot.

PORTRAIT EXPRESS

  • Entreprise Tollot et Fils 2/2
  • Interview de Jean-François Tollot le 07 05 2018 : BCB Tradical®

 

BCB : Votre formation et parcours professionnel ?

JFT : J’ai un CAP tailleur de pierre, un CAP graveur et un brevet de maitrise. J’ai beaucoup travaillé à l’étranger par la suite : Roumanie, Croatie, Bosnie, Arabie Saoudite, Liban…Je suis rentrée en France en 1996 et j’ai repris l’entreprise familiale en 2001. Je suis passionné par les pierres depuis toujours car c’est un milieu qui m’est familier ; j’ai toujours su que ce serait ma vocation.

 

BCB : Comment avez-vous découvert La chaux ?

JFT : Il n’y a pas beaucoup d’autres solutions que d’utiliser la chaux dans le patrimoine et la restauration.

« On ne peut pas travailler sans, ça fait partie de la caisse à outils ».

J’ai donc toujours travaillé avec, c’est essentiel : cela permet de poser la pierre dans les meilleures conditions possibles

 

BCB : Quels sont les types de chantier sur lesquels vous travaillez ?

JFT : Nous venons tout juste de terminer une église, on va sans doute travailler sur un fort à Epinal, on fait aussi de la rénovation pour la SNCF… Au final,  les chantiers sont très variés.

« On aime bien les moutons à 5 pattes »

 

BCB : Vous êtes mobile ?

JFT : On va jusqu’à 60 km, 70 km maximum si c’est un chantier intéressant. On essaie de ne pas dépasser une heure de route. Tollot & fils, c’est aussi une histoire de famille, avec le frère qui intervient en maçonnerie et gros-œuvre…

 

Pour aller plus loin avec l’entreprise Tollot & Fils

Pour toutes précisions

  • Entreprise Tollot et Fils (depuis 1860) – Chemin du Sauce – 88350 Fréville – Tollotfils@orange.fr
  • Contact Tradical® : Jean-Michel Sementery, Conseiller Technique, tél : 06 87 44 01 27
quis, risus odio dolor tempus ut leo pulvinar