Pas à pas chantier

camion toupie pour béton de chanvre en toiture

Gagner en rendement pour isoler sa toiture

Comment diviser par 3 à 4 son temps chantier en restauration d’une toiture avec le béton de chanvre ?

C’est le choix du process de mise en oeuvre du béton de chanvre qui change la donne. Ici la solution camion-toupie + tapis convoyeur apporte des gains de mise en oeuvre très important, tout en assurant une grande qualité pour l’ouvrage réalisé et les conditions d’application.

Interview de Messieurs Georget (MOA) et Stan Morel de Nature Matériaux, le 29 10 2018 par BCB Tradical®

 

BCB : Comment avez-vous découvert le matériau chaux chanvre ?

M.Georget : Je fais partie de l’association Tiez Breiz. J’ai pu dans ce cadre participer à des chantiers pour apprendre notamment à utiliser la chaux, comprendre comment fonctionne un bâtiment, et comment il respire. Et l’importance de la compatibilité des matériaux employés en rénovation sur site ancien. J’y ai découvert également le mélange chaux chanvre.

 

BCB : Quels sont les éléments de réflexion qui vous ont conduit à opter pour le béton de chanvre pour rénover votre toiture ?

MG : Quand on regarde la performance dans l’absolu de ce matériau par rapport à d’autres (laine de bois…) le lambda peut être jugé moyen. Mais en fait quand on compare les matériaux isolants, on le fait en statique et non en dynamique. Or le béton de chanvre est très performant en dynamique. Son fonctionnement exothermique et endothermique permet de compenser les variations de températures extérieures et conserver une température stable en intérieur.

Autre point important, pour conserver un lambda important sur les solutions classiques ou biosourcées en voie séche, il faut mettre en place un pare-vapeur hygrovariable, des adhésifs techniques, le tout avec une pose très précise. Hors nous sommes en rénovation, et les supports ne sont pas homogènes dans leur nature et leur géométrie et ne facilitent donc pas la tâche à la pose. Et si ce n’est pas bien fait, le performanciel est détérioré.

Je voulais rester dans une mise en œuvre simple, sans multiplier les interventions et les couches de matériaux. Et pour cela, avec le béton de chanvre, on ne se pose plus de questions.

 

« Sur mon bâtiment qui a plus de 200 ans, j’allais être contreproductif…
J’ai joué la simplicité avec le béton de chanvre »

 

BCB : Quel était l’état des lieux ?

MG : Il s’agit d’une ancienne porcherie. L’état de la charpente était correct. Pas d’isolation initialement. Les voliges étaient par contre très détériorées. Donc on a fait une réfection totale, avec une modification de la charpente pour recevoir le béton de chanvre Tradical®, afin de supporter les 57 kg de chaux chanvre par m² sur 30 cm d’épaisseur à venir.

Et en démontant la toiture, nous avons enlevé des restes de rongeurs, des insectes…bref tout ce qui peut habiter certains matériaux isolants et pas du tout le béton de chanvre. Ce qui dispense la pose de grillage de protection.

« L’avantage ici, c’est pas d’entretien »

BCB : Est-ce que vous envisagez d’autres travaux de rénovation ?

MG. : À l’intérieur du bâtiment, nous avons également supprimé un mur pour récupérer de l’espace. Nous mettrons en place un enduit de chanvre pour rester cohérent à la fois dans les matériaux et dans le fonctionnement. En extérieur, une serre climatique va s’appliquer contre la façade sud pour gagner en surface au sol et contribuer à tempérer notre lieu de vie en hiver. Les façades seront à pierres vues.

 

BCB : Et concrètement pour la mise en œuvre ?

MG : Figurez-vous que toujours grâce à Tiez Breiz, j’ai rencontré un tailleur de pierre Benoit Paré auquel j’ai confié des travaux de limousinerie. Et j’ai pu échanger avec lui sur le sujet béton de chanvre car il en avait déjà fait en chapes isolantes. Il a fini de me convaincre des avantages pratiques du matériau et de ses performances.

Et toujours en local, Stan Morel, gérant du négoce bio Nature Matériaux, de concert avec Benoit Paré, m’a orienté vers la location d’un camion-toupie + chauffeur. Tous les 2 en avaient la pratique sur des chantiers antérieurs et en vantaient les avantages.

 

Stan Morel : On a défini les quantités. Le jour J, on a chargé le camion-toupie pour un mélange sur notre dépôt. En sachant que le chantier est à 15 mn. L’intérêt de pouvoir utiliser un tapis convoyeur est qu’on évite de s’approcher trop prêt du bâtiment, ce qui pourrait générer des dommages du fait du surpoids occasionné par ce type de véhicule. Avec le tapis convoyeur on dispose d’une portée de 20 m, avec une orientation mesurée.

 

BCB : Quel est le bilan au  niveau mise en œuvre ?

MG : Sur notre chantier, l’intérêt est que le camion s’est positionné à un seul endroit, et c’est la longueur du tapis qui a varié, au fur et à mesure de l’avancement de l’isolation. Et ce, pour les 2 versants de la toiture.

Le phasage de la journée était simple :

  • La matinée : 1 h 30 de chargement, suivi de 1 h 15 de pose de 10 m3 de béton de chanvre.
  • L’après-midi : 1 h 15 de chargement, suivi de 1 h 15 de pose de 8 m3 de béton de chanvre.

 

Et surtout du côté pratique on est dans une configuration chantier optimisée :

  • Le chauffeur dirige le tapis
  • et le réglage du matériau est fait par Benoit paré
  • avec un confort de travail sans équivalent pour tous les deux

 

« Les 18 m3 ont été gérés uniquement avec 2 personnes sur 1 journée ! Il en aurait été de même pour un R+1 »

Pilotage du tapis convoyeur et de la goulotte pour le déversement du béton de chanvre

camion toupie pour béton de chanvre en toiture

Réglage du béton de chanvre par Benoit Paré

La toiture isolante en béton de chanvre est prête à recevoir la couverture de tuiles

Pour l’anecdote, le chauffeur était très étonné. Il a fait la mise en place avec le tapis au pied levé, lui qui ne connaissait pas ce matériau. Il nous a dit que la manipulation du béton de chaux+chanvre prenait 2 fois moins de temps que celle du mélange gravier+ciment qu’il gére au quotidien…

Même au niveau du rinçage de la toupie au jet d’eau, on a constaté aucune perte de produit.

« Et puis il faut voir la qualité d’homogénéité du mélange, c’est parfait ».

BCB : Pour la suite…

MG : Je me projette dans le futur. On peut être amené à faire évoluer notre intérieur et de fait peut-être à modifier le positionnement de nos 2 fenêtres de toit. Avec le béton de chanvre, nous n’aurions aucune difficulté technique et matérielle à le faire et de plus sans perte de performance.

« Il n’y a pas de solutions miracles, il faut trouver les solutions les plus cohérentes».

Fiche chantier béton de chanvre

  • Localité : 44140 Aigrefeuille-sur-Maine
  • Ouvrage restauré : Ancienne porcherie
  • Caractéristique du bâtiment : rdc de 65 m² y compris serre climatique
  • Livraison : 2018

Les acteurs du projet

  • MOA : Mr Georget
  • Entreprise : Benoît Paré – 44190 St Hilaire de Clisson
  • Négoce : Nature Matériaux – Stan Morel 06 16 42 12 75 / 02 40 86 29 60 – 44190 Clisson – https://www.nature-materiaux.com/

Application et produits

  • Béton de Chanvre Tradical® en application toiture isolante : chaux Tradical® Thermo + chanvre avec malaxage camion-toupie et déversement/remplissage par tapis convoyeur
  • Épaisseur : 30 cm.

Pour aller plus loin

Les autres évolutions du béton de chanvre :

Pour toutes précisions

  • Contact Tradical®: Franck Codet, Conseiller Technique, tél : 06 40 15 20 76
Rejointoiement à la chaux aérienne

Redonner vie à un haut lieu de l’histoire du Châtillonais

Pour mener à bien ce projet de restauration, il a fallu tout l’engagement de Mr Jean-Charles Colombo, maire de Bure-Les-Templiers, sur une quinzaine d’années, pour faire revivre cet ouvrage qui a traversé 10 siècles de notre histoire.

Interview de JC Colombo, Maire de Bure-Les-Templiers, le 18 10 2018 : BCB Tradical®

BCB : Au préalable, pouvez-vous nous situer le contexte historique de votre commune ?

JC Colombo : Nous sommes dans le Chatillonnais, cette région est le berceau de l’ordre des Templiers. L’église de Bure-les-Templiers est le plus ancien témoignage de cet ordre, elle date du XIe s. Elle a été remaniée au XIVe et XVIe, quand les Hospitaliers ont succédé pour 5 siècles aux Templiers. La plus grande modification datant du XVIIIe. Un historique qui se décline sur place avec une succession de style roman et templier à l’origine, puis gothique et hospitalier par la suite.

 

BCB : un tel projet de restauration d’un Monument Historique, c’est un engagement d’une quinzaine d’années !

JCC : Le projet a démarré en 2004, avec notamment la recherche de financement, et la phase étude du projet menée par l’architecte du patrimoine Dominique Jouffroy. Celui-ci sera présent d’ailleurs du début jusqu’à la livraison de l’église complètement restaurée, soit 111 réunions. Le tout bien sûr avec la participation de l’architecte des bâtiments de France. Du fait de l’ampleur de la restauration, les travaux se sont échelonnés sur 3 tranches, avec un démarrage effectif du chantier en 2011.

 

BCB : Quels ont été les temps forts du projet de restauration de l’Église de Bure-Les-Templiers ?

JCC : L’ensemble des travaux s’est fait en 3 temps bien distincts :

  • Assainissement des soubassements pour une mise hors d’eau des murs.
  • Restauration de l’extérieur de l’édifice clocher, chœur, tourelle, abords : couverture / maçonnerie / enduit + badigeon
  • Restauration de l’intérieur de la nef principale et la collatérale, le chœur : enduit / sol / mobilier

Le tout réalisé essentiellement par une seule entreprise locale, spécialisée dans la restauration du patrimoine : l’entreprise Girardet 

Restauration à la chaux du clocher de l'église de Bure-les-Templiers

Restauration à la chaux du clocher de l’église de Bure-les-Templiers

BCB : La sauvegarde du patrimoine, c’est une aventure qui a un coût !

JCC : Pour résumer cet aspect, le budget avoisine le million d’euros (TTC). Somme qui ne pouvait être assumée par la seule commune de Bure-les-Templiers. Nous avons pu bénéficier de l’engagement de l’état au travers de la participation financière de la DRAC ; le Conseil départemental nous a également soutenu. Et un 3ème acteur important a apporté sa contribution : La Fondation du Patrimoine. Cet ensemble a financé la restauration à hauteur de 78 % du montant global. La différence étant à la charge des administrés.

Restauration à la chaux de la façade sud de la Nef de l'église de Bure-Les-Templiers

Restauration à la chaux de la façade sud de la Nef de l’église de Bure-Les-Templiers

BCB : Pourquoi un tel engagement ?

JCC : Il y a l’aspect patrimonial, d’une part. Nous sommes sur un site emblématique, marqué très fortement par les hommes sur près de 10 siècles. Et nous avions à cœur de le transmettre. Puis d’autre part se dessine l’avènement du Parc National des forêts de Champagne-Bourgogne (2018/2019). Celui-ci  va apporter un regard nouveau sur notre région. Et la restauration de notre église templière sera un atout considérable pour valoriser notre commune, et dynamiser son activité.

Restitution de l'église après rejointoiement et eau forte à la chaux aérienne

Restitution de l’église après rejointoiement et eau forte à la chaux aérienne

Fiche chantier

  • Localité : Bure-Les-Templiers (dpt 21-France)
  • Ouvrage restauré : Église Saint –Julien
  • MOA : commune de Bure-Les-Templiers
  • MOE : Dominique Jouffroy, architecte du patrimoine
  • Architecte des Bâtiments de France : Virginie Broutin
  • Maçonnerie/enduit/couverture : Entreprise Girardet

 

Pour aller plus loin

 

Pour toutes précisions

  • Contact Tradical®: Jean-Michel Sementery, Conseiller Technique, tél : 06 87 44 01 27
restauration d'une église des Templiers et Hospitaliers

Restauration d’une église des Templiers et Hospitaliers

Bure-Les-Templiers : une entreprise spécialiste du patrimoine  pour restaurer un bâtiment emblématique d’une région

Interview de José Augusto, Chef de Chantiers de l’entreprise Girardet, le 23 10 2018 par BCB Tradical®

BCB : Dans quelles conditions êtes-vous intervenues sur cette restauration de Monument Historique ?

J Augusto : Nous sommes présents depuis 2011 sur les 3 tranches du chantier, sur des durées variables en fonction de la nature des travaux programmés. Il faut tenir compte que d’autres corps de métiers ont œuvré bien évidemment, ce qui a généré cette durée globale de 7 années de travaux. Pour notre part, la 1ère tranche s’est faite sur 3 à 4 mois, la 2ème sur presque une année et la 3ème tranche qui permet de livrer l’édifice complètement restauré s’est faite également sur une année environ.

 

BCB : Par quelle intervention avez-vous commencé ?

JA : Il était essentiel et logique de démarrer par la mise hors d’eau des murs de l’église. Le bâtiment a énormément souffert du fait que la route longeant l’ouvrage est maintenant au-dessus de la base des murs. Historiquement l’église a bien sûr été construite comme il se doit à une « altitude » supérieure à celle du passage la longeant. Mais celui-ci s’est trouvé rehaussé au fur et à mesure de ses réfections.

Donc on a mis en place un système de drain avec une cunette béton à 60 cm de profondeur et à 30 cm du mur, complété d’un remblaiement classique. L’objectif est de canaliser toute l’eau de ruissellement afin de la guider en dehors de l’assise de l’édifice. Cela va permettre une mise hors d’eau immédiate accompagné d’un assainissement progressif des murs. Dans cette phase, nous avons refait aussi les soubassements, avec de la chaux Tradical®.

 

BCB : Comment s’est déroulée la 2ème tranche qui concernait l’extérieur du bâtiment ?

JA : Avant tout, nous avons échafaudé la globalité de l’édifice, nef, toiture et clocher compris. Le tout jusqu’à 32 m de haut. Les couvreurs de notre entreprise ont procédé alors à la réfection complète de la toiture avec dépose des tuiles, mise à nu de la charpente. Il a fallu remplacer 10 à 15 % de chevrons défectueux. Ils ont utilisé des pièces en chêne pour rester en cohérence avec les bois d’origine.

 

BCB : D’ailleurs, la toiture a été fortement reconfigurée !

JA : En effet, suivant le projet de l’architecte du patrimoine, nous avons redonné sa forme initiale à la toiture. Avant réfection, elle englobait la nef et le collatéral nord, modifiant  conséquemment la forme générale du corps principal faisait penser à un toit de bâtiment agricole ou de grosse bâtisse. Maintenant, la toiture principale ne recouvre que la nef, l’ouvrage est plus dynamique. D’ailleurs, nous avons retrouvé lors du démontage des traces des anciens solins, confirmant en cela le choix de l’architecte.

Donc, les tuiles en bon état ont été reposées. Certaines défectueuses ou cassées ont été remplacées par des tuiles de réemploi de caractéristiques équivalentes. Ici de toute façon, il s’agit traditionnellement de la tuile plate de Bourgogne.

 

BCB : Pour la maçonnerie, vous avez également modifié l’état actuel !

JA : Nous avons au préalable déplacé les contreforts du collatéral, façade Nord. La demande de l’architecte du patrimoine était de redonner place à deux ouvertures initiales (XIè s.), amenant ainsi plus de clarté en intérieur. On a donc démonté ces contreforts de 1 m  x 60 cm, pierre par pierre en les numérotant. On a refait deux petites fondations pour leur nouvel emplacement. Puis nous avons procédé au remontage, en les maçonnant là aussi à la chaux Tradical® Bâtir.

 

BCB : Vous êtes restés sur une restauration classique pour les façades ?

JA : On a décroûté tous les joints. Certaines pierres furent remplacées. Puis nous avons fait un rejointoiement complet de l’ouvrage. Aussi bien pour le cœur à chevet plat que pour le clocher, le collatéral et le porche. Avec en complément l’application d’une eau forte à la chaux aérienne Tradical® H98 + ocre jaune. Ce qui a permis d’uniformiser  le rendu final à l’échelle du bâtiment. Nous avons à chaque fois fait des échantillons de couleur de joint et d’eau forte sur des surfaces d’un mètre carré afin que l’architecte du patrimoine puisse se rendre compte au mieux de l’impact des propositions et faire le choix du rendu le plus approprié.

badigeon de chaux en eau forte pour les façades

Détail du rejointoiement à la chaux

badigeon de chaux en eau forte pour les façades

badigeon de chaux en eau forte pour homogénéiser le rendu des façades

BCB : la 3ème phase elle, ne concernait que l’intérieur

JA : Oui, et là il y a eu l’intervention préalable d’une entreprise spécialisée pour faire des sondages relatifs aux matériaux, traces de couleurs et de décor : filets pour dessiner un appareillage de pierre (14è s.), décor de feuilles de laurier qui devait être présent sur toutes les ogives…L’objectif étant que l’architecte du patrimoine puisse se prononcer sur l’époque à restituer. À partir de là nous avons pu échafauder l’intégralité de l’intérieur de l’église.

Restauration d'une église des Templiers et Hospitaliers

Restauration du choeur de l’église de Bure-les-Templiers

BCB : Quels modes opératoires furent décidés et pour quels supports ?

JA : Nous avons démarrés par les voûtes de la nef, en nettoyant les plâtres et surtout en les conservant le plus possible. L’ensemble a reçu un Tradical® Pont d’Adhérence, puis un badigeon de chaux aérienne Tradical®

Dans un deuxième temps, nous avons décroûté l’ensemble des enduits très détériorés des murs de la nef. L’électricien est intervenu ici pour le rainurage des saignées du nouveau réseau électrique de l’église. Puis nous avons pu faire un enduit traditionnel à la chaux aérienne. Pour uniformiser l’enduit neuf avec les parties conservés, nous avons badigeonné les supports avec une 1ère couche de lait de chaux aérienne, que nous avons laissée sécher.
Le but étant de gommer les différences d’absorption des supports, entre neufs et anciens conservés. Et de livrer pour la 2è couche de lait de chaux aérienne un support homogène dans son comportement. Gage d’une esthétique cohérente.

Puis ensuite nous avons traité le chœur suivant la même procédure.

Badigeon de chaux aérienne ocre jaune clair dans le collatéral

Badigeon de chaux aérienne ocre jaune clair dans le collatéral

BCB : Est-ce que ce type de réalisation est courant pour l’entreprise Girardet ?

JA : L’entreprise Girardet existe depuis 1984, fondée par Yves Girardet. Au départ il y avait 4 salariés, dans les années 2000, on était 20. Et l’entreprise Girardet est passée de la rénovation de maison à la restauration du patrimoine rural vers 2005.

Nous répondons à des appels d’offre pour la restauration de chapelles, de petites églises, dans un rayon de 90 km. Cela représente 30 à 40 % de notre activité. Nous avons une qualification patrimoine et nous avons en interne les compétences pour faire la couverture, la charpente, la zinguerie, la maçonnerie et la pierre de taille. Baptiste Girardet vient de succéder à son père pour continuer l’histoire de l’entreprise et œuvrer avec la même passion.

 

Fiche chantier

  • Localité : Bure-Les-Templiers (dpt 21-France)
  • Ouvrage restauré : Église Saint-Julien
  • Caractéristique du bâtiment : inscription par arrêté du 21 juin 1927, au titre des monuments historiques, Fiche Mérimée : PA00112165
  • MOA : commune de Bure-Les-Templiers
  • MOE : Dominique Jouffroy, architecte du patrimoine
  • Restauration maçonnerie / enduit / couverture : Entreprise Girardet – 21510 Etalante
  • Livraison : 2018

 

Les produits

  • Chaux Tradical® Bâtir + sable local : pour les enduits
  • Chaux Tradical® PZ : pour les soubassements
  • Chaux aérienne éteinte Tradical® H98 : pour les badigeons et eaux fortes

 

Pour aller plus loin

 

Pour toutes précisions

  • Contact Tradical®: Jean-Michel Sementery, Conseiller Technique, tél : 06 87 44 01 27
maison modulaire béton de chanvre

Maison modulaire en béton de chanvre et ossature métallique

La maison modulaire : Où comment construire vite tout en disposant d’un ouvrage biosourcé très performant.

Construction d’une maison modulaire Béton de Chanvre Tradical® + métal : LIVRAISON EXPRESS EN 2018

La combinaison béton de chanvre + ossature métallique va amorcer le développement d’un autre système constructif : la construction modulaire, une collaboration maîtrise d’œuvre / industriels à remarquer.

 

Le principe : ossature métallique + béton de chanvre + préfabrication

Cyril Moussard, PDG de Modulem, constructeur modulaire, a toujours été sensible à la relation environnement/approche architecturale.

De fait, « Quel est le module parfait ? » a-t-il posé comme question à un collège d’experts qu’il a réuni sur ce thème. Celui-ci composé de maîtres d’œuvre architectes, de bureaux d’études, de bureaux de contrôle a déterminé 3 paramètres pouvant guider les projets modulaires :

  • le sur mesure
  • des solutions structures plutôt orientées métal,
  • des solutions intégrant des performances thermiques indispensables.

Le béton de chanvre retint leur attention et la réalisation d’un premier prototype pour étudier le comportement du matériau fut réalisé (construction+isolation, transport, stabilité dimensionnelle, etc.).

 

Le projet de la maison modulaire bio-sourcée

Un couple très au fait des tendances souhaitait se faire construire une nouvelle maison de plain-pied. La personnalité même du maître d’ouvrage – micro kinésithérapeute – conduisait à un choix naturellement… en phase avec la nature.

Travaillant sur l’énergie, celui-ci était très sensible aux ondes. Il lui fallait donc un bâtiment qui n’amplifiait pas les ondes et « éco-respirant ». L’essence naturelle du béton de chanvre devint une évidence constructive.

Après avoir acheté un terrain dans une vallée toulousaine (31) et visité l’usine de Modulem ils contactèrent l’architecte David Autenach de l’Agence Cand’architectes spécialisée en construction modulaire.

 

Le principe de la maison modulaire associée au béton de chanvre

Pour le maître d’œuvre, le Béton de Chanvre Tradical® est exceptionnel.

« Ce que je trouve extraordinaire avec ce matériau c’est toutes les qualités qu’il amène intrinsèquement et tout de suite : acoustique, thermique, confort (respirant, pas de pollution de l’air), capable de permettre la réalisation de maisons modernes. »

Des modules associant métal et béton de chanvre ont été dessinés et chiffrés. L’aspect économique étant aussi une des contraintes, avec comme challenge  technique de réaliser le moins de modules pour le maximum de surfaces, et une rapidité de livraison.

Fin 2017, en raison de la nature du sol, le recours à la solution des technopieux fut décidé.

4 modules de 4 m x 8 x 3 m 50 furent ainsi dessinés, disposant d’une hauteur standard sous plafond (2 m 75 environ).

La maison couvre ainsi 128 m² de superficie au sol, surplombée d’une mezzanine extérieure et avec une pergola orientable.

 

La mise en oeuvre en atelier : structure métallique et du béton de chanvre

Pour chaque module, 4 poteaux hauteur d’étage en métal de section 10 x 10 cm font office de chaines d’angle. Ils sont reliés à la base et en partie haute par des poutrelles métalliques pour composer ainsi un cadre structurant chaque paroi.

Chaque cadre est complété par une ossature bois secondaire. Celle-ci permet ainsi côté intérieur de respecter les entraxes nécessaires à la pose des panneaux hauteur d’étage. Ceux-ci ont la double fonction de coffrage perdu – pour recevoir le béton de chanvre projeté par l’extérieur – et de support de finition des revêtements intérieurs.

Le Béton de Chanvre Tradical® (chaux Thermo + Chanvribat®) fut ainsi malaxé puis projeté sur une épaisseur de 30 cm env..

Les enduits extérieurs Tradical® furent réalisés sur site de destination, de même que les finitions intérieures.

Les 4 modules furent fabriqués chez Modulem en un mois et demi parallèlement à la réalisation des fondations

 

La Livraison de la maison modulaire

Les modules intégralement terminés avec pose des ouvertures intégrées, VMC installée (prévues par l’architecte) furent livrés par camion.

La pose des modules et leur assemblage sur place ne prit qu’une journée.

Résultat : 3 mois au total pour la réalisation d’une maison clefs en main.

 

 

Le programme 

  • Localisation : Bouloc (dpt 31)
  • Nature des travaux : construction d’une maison modulaire préfabriquée en béton de chanvre

 

Les acteurs du projet

  • Maîtrise d’ouvrage : privée
  • Maîtrise d’oeuvre : C&A Architectes – David Authenac – 69 Rte de Frouzins – 31120 ROQUES – www.candarchitectes.fr

 

Construction de la structure métallique et des modules :

  • ModuleM – 1606 route de Toulouse – 31340 La Magdelaine sur Tarn – www.modulem.fr

 

Entreprise applicatrice du béton de chanvre et de l’enduit traditionnel à la chaux :

Industriel concepteur et fournisseur du Béton de Chanvre Tradical®

  • BCB-Tradical®– www.bcb-tradical.com

 

Pour toutes précisions

  • Contact : Frank de Barros, Conseiller Technique Tradical®, tél : 06 71 93 81 32

 

NOTA 1 : extrait du dossier de presse établi par Sandrine Wiart, attachée de presse de BCB, en Septembre 2018, et dont l’intitulé est : LA PRÉFABRICATION AVEC BÉTON DE CHANVRE TRADICAL® SE DIVERSIFIE POUR RÉPONDRE AUX BESOINS DES ARCHITECTES : 3 NOUVEAUX SYSTÈMES ET DES EXEMPLES.

NOTA 2 : crédits photos ©Cand’architect / © Pieds Nus Habitat / ©Modulem

restauration d'un monument historique Luxembourg

Restauration d’un monument historique iconique du Luxembourg

Le béton de chanvre au cœur d’une restauration majeure d’un château iconique du Luxembourg. Ce matériau biosourcé fait la preuve de sa parfaite compatibilité avec l’ensemble des objectifs à atteindre pour la restauration d’un monument historique.

1638

Construction de l’un des châteaux majeurs du Grand-Duché de Luxembourg.

2018

Rénovation  et isolation de celui-ci en Béton de Chanvre Tradical®.

 

Entre ces deux dates le grand Château d’Ansembourg n’a cessé de marquer par son évolution, son rôle économique, l’enrichissement permanent de son parc, ses différents propriétaires, le patrimoine historique du Luxembourg.

Entouré d’un idyllique et savant jardin connu mondialement, où naît récemment la délicate et parfumée rose Jardins d’Ansembourg, le Château d’Ansembourg connaît une nouvelle jeunesse avec l’accompagnement expert du service des Sites et Monuments Nationaux (SSMN),

Ce chantier consacre notamment la pertinence d’un matériau naturel biosourcé, le Béton Chanvre Tradical®, comme solution respectueuse idéale pour (l’isolation et) la restauration d’un monument historique.

Ce chantier est aussi un témoignage exemplaire d’intelligence et de dialogue entre des artisans, unis et organisés pour réaliser un projet de très grande ampleur.

Des contraintes très fortes, variées ont guidé cette rénovation et conduit à des décisions techniques spécifiques, des adaptations ingénieuses.

 

Le passage d’une restauration légère à un projet conséquent

Initialement le maître d’ouvrage a souhaité procéder à la réfection simple d’un niveau (au 1er étage). Les examens et diagnostics préalables mirent en évidence des problèmes structurels très importants nécessitant une intervention globale : fissurations, affaissement de planchers, d’escalier…

 

Une découverte supplémentaire : la mérule

La présence tout d’abord ponctuelle de mérule puis hélas généralisée (700 m²) impliqua de revoir totalement la conception de la restauration initiale pour adopter un mode opératoire quasi archéologique.

Ainsi, de quelques dizaines de m², la rénovation fut étendue à l’ensemble des niveaux du corps central. Et ainsi les travaux structurels et de traitement de la pathologie de la mérule furent réalisés.

  

À la recherche d’une solution pertinente

Projet de grande envergure désormais, la rénovation de cette partie a incité plusieurs acteurs de la construction à se réunir afin de répondre à l’ensemble des contraintes

  • Garantir un respect de l’aménagement et de la « modénature » intérieure du lieu : sculptures, bourrelets, débords, croisées d’ogives, etc…devant être visibles ;
  • Empêcher de créer des conditions de retour de la mérule : température et hygrométrie constantes devant être obtenues ;
  • Respecter la perméance de la paroi et donc la pérennité de l’ouvrage ;
  • Assurer une isolation de qualité ;
  • Retrouver une esthétique naturelle historique (tout en intégrant des éléments contemporains indispensables)

 

Un test in situ préalable…et décisionnel

Le béton de chanvre a fait l’objet d’un test in situ à l’échelle 1 dans  l’annexe du Salon Bleu au 1er niveau, pièce d’environ 4 m x 4 m, en 2016.

44 m² ont été ainsi revêtus d’un doublage béton de chanvre avec ossature métallique noyée. Le résultat a permis de valider les qualités hygrométriques et acoustiques de cette solution biosourcée et de confirmer que la mise en place du doublage isolant se faisait dans le respect de l’architecture et des différents éléments décoratifs ou ornementaux.

 

L’isolation béton de chanvre : une logique irréfutable

Le choix du béton de chanvre s’est donc vite imposé, apportant

  • Le maintien de caractéristiques hygrothermiques préservant la perméance de la façade
  • Une constance de ses caractéristiques empêchant un redéveloppement de la mérule. La mérule naît de la pierre et se développe sous certaines conditions d’humidité et de température. Les propriétés de constance de température surfacique des murs intérieurs revêtus de béton de chanvre évitent la création d’un tel rapport.
  • Une température désirée de 20° par la maîtrise d’ouvrage

 

Des choix de restauration dictés par l’architecture et le respect du patrimoine

Une ossature métallique inversée

Face à la mérule, grande consommatrice de cellulose, la solution d’ossature secondaire en métal s’est imposée. Des profils ont été positionnés à la verticale tous les 40 cm à quelques cm du support

Afin d’avoir un remplissage parfait et un enrobage homogène du profil, ainsi que des épaisseurs spécifiques dictées par le respect des retraits entre nus des frises décoratives des voutes et nus des murs isolés finis par exemple (recommandation SSMN), le responsable technique de BCB Tradical®, Yannic Santandreu a proposé une solution ingénieuse : la pose de profils en U.

Des rails (48 mm) ont ainsi été posés, le creux de la forme côté extérieur. Cette solution assure un recouvrement des profils avec suffisamment d’épaisseur de béton de chanvre pour supporter les variations dimensionnelles inhérentes au fonctionnement de tout matériau, et éviter ainsi toute détérioration de l’ouvrage par l’apparition de fissures.

Le béton de chaux chanvre quant à lui a été réalisé à la bétonnière et déversé entre le banchage en OSB et la paroi des murs, suivant les règles professionnelles du béton de chanvre. Grâce à cette solution nouvelle il vient enrober au plus près l’ossature, suivant des épaisseurs comprises entre 7 à 10 cm.

 

Une réversibilité obligatoire de « l’ouvrage isolant » pour la restauration d’un monument historique 

Préoccupation importante de la maîtrise d’ouvrage et du SSMN : les travaux entrepris ne devaient pas dénaturer l’ouvrage originel. Ils pourraient au besoin, être déposés dans le futur. Le béton de chanvre porté par des structures métalliques indépendantes du support pourra éventuellement être retiré aisément.

 

Des finitions à la chaux aérienne qui respectent l’obligation de perméance

Le béton de chanvre reçoit une finition à la chaux aérienne sous forme d’un enduit mince – Tradical® Décor –  dont le niveau de perméance est en total compatibilité avec les échanges hygriques favorisés par cette isolation biosourcée. Cet enduit mince à la chaux a été utilisé également sur les supports minéraux des parois, contigus aux supports isolés. L’avantage réside dans le fait de livrer un ouvrage aux textures et rendus homogènes quels que soient la nature des supports à finir.

 

Une rencontre constructive entre artisans, où comment réaliser de grands projets lorsqu’on est une petite structure ?

L’Atelier Saint-Fiacre France (Tailleur de pierre), l’Entreprise Hennen, la Société Millereaux et l’Atelier Montomble, tous convaincus et formés par BCB au Béton Chanvre Tradical®, ont procédé très méthodiquement. Mise en commun des capacités, échanges d’expériences et de savoirs, programmation drastique des étapes du chantier, optimisation des coûts. Un planning des interventions ainsi que des livraisons de matière première a été décidé, s’étendant sur une dizaine de mois, à raison d’une semaine de travail par mois.

 

Fiche Chantier pour la restauration d’un monument historique

  • Chantier : Grand Château d’Ansembourg
  • Localisation : Ansembourg Grand-Duché de Luxembourg
  • Destination du bâtiment : Tourisme, séminaires
  • Caractéristiques du bâtiment : Monument Historique (à partir de 1640)
  • Maitrise d’ouvrage : Maîtrise d‘ouvrage privée
  • Maitrise d’œuvre : Agence N. Madoki
  • Restauration suivie par : Service des Sites et Monuments Nationaux
  • Entreprises & artisans associés autour du Béton de Chanvre : Atelier Saint-Fiacre France (Tailleur de pierre) / Entreprise Hennen / Société Millereaux / Atelier Montomble
  • Livraison prévue : 2019
  • Superficie des travaux : 1 500 m²
  • Quantité de produits : 130 m3 de béton de chanvre

 

Les produits :

  • Isolation biosourcée Béton de Chanvre Tradical® : chaux Tradical® PF 70 + chènevotte Chanvribat®
  • Enduit mince de finition intérieure à la chaux aérienne : Tradical® Décor

 

Caractéristiques qualitatives Béton Chanvre Tradical® :

  • Granulat labellisé
  • Fabrication en France
  • Conforme aux règles professionnelles

 

Pour toutes précisions

  • Contact : Yannic Santandreu, Responsable Technique Tradical®, tél : 06.76.45.09.15

 

NOTA 1 : extrait du dossier de presse établi par Sandrine Wiart, attachée de presse de BCB, en Juin 2018. Intitulé du document : AU CŒUR D’UNE RESTAURATION MAJEURE D’UN CHÂTEAU ICONIQUE DU LUXEMBOURG : LE BÉTON DE CHANVRE. Dossier complété d’une visite de presse sur site le 27 06 2018

NOTA 2 : crédit photos ©BCB Tradical®

intérieur à la chaux chantier barbaux batiment

Pourquoi rénover un intérieur à la chaux ?

Les projets en intérieur sont souvent contrariant du fait de la multiplicité ou de l’inadéquation des supports. Rénover un intérieur à la chaux peut s’avérer finalement aisé. A condition que le professionnel dispose du savoir et de la bonne recette !

Exemple avec l’entreprise Barbaux Bâtiments, spécialiste des solutions naturelles et biosourcées en construction et rénovation des bâtiments.
Interview 1/2 de Manuel Barbaux le 05 09 2018 : BCB Tradical®

 

BCB : Comment décririez-vous le principe de votre intervention ?

MB: Il s’agit de la rénovation complète d’une ferme. Notre intervention se faisant avant la pose des carrelages. Nous sommes arrivés sur ce projet alors que la plupart des murs avaient été recouvert de panneaux hauteur d’étage.

 

BCB : Pourquoi la chaux Tradical® Décor est la réponse la plus pertinente pour un « intérieur à la chaux » ?

MB : Nous avons rencontré des clients très attachés à la qualité du patrimoine. Pour leur montrer le potentiel des solutions que nous utilisons habituellement, nous les avons invités à se rendre à notre show-room. Là, ils ont pris conscience de la qualité esthétique des enduits de chaux et de l’enduit chanvre hygrothermique.

 

BCB : Quelles contraintes avez-vous rencontrées ?

MB : La contrainte principale de nos clients état le temps dont ils disposaient pour quitter leur ancienne maison et habiter la nouvelle. La deuxième contrainte était d’ordre esthétique.  Les panneaux hauteur d’étage (solution retenue du fait du manque de temps justement et par méconnaissance d’autres solutions) étaient prêts à recevoir de la peinture en toute logique. Point qui ne leur convenait pas.

 

BCB : Comment s’est articulée votre réponse ?

MB : Sur ces fameux panneaux, nous utilisons habituellement un enduit à la chaux prêt à gâcher Tradical® Décor. Ses principaux atouts : toutes les qualités de la chaux aérienne en termes de durabilité, de qualité sanitaire, d’esthétique, avec un temps de séchage de l’ordre de 24 h. Et pour nous applicateurs un très fort rendement (+/- 30 m²/jour). Donc ici on pouvait ainsi répondre à la double contrainte délai/esthétique. Le rendu final de cet intérieur à la chaux fait totalement oublier le support et crée une identité de grande valeur. De plus souligné par la gamme des couleurs retenues ombre et grenat.

 

BCB : La chaux aérienne n’a pas été la seule réponse ?

MB : En effet, le client a découvert l’aspect de l’enduit chaux chanvre dans notre show-room et a vraiment regretté de n’avoir pas eu connaissance plus tôt de ce matériau. Je pense que son projet de rénovation aurait été tout autre. On a pu le mettre en place sur les murs de refends en moellon. Sa teinte sienne naturelle, la chènevotte, la surface talochée soulignent le grain et la tonalité de la pierre des embrasures de portes.

 

BCB : Est-ce que la géométrie des lieux, la fonction des pièces peuvent représenter un obstacle à ces matériaux ?

MB : Dans cette maison, on a démontré que la chaux aérienne, les enduits chaux chanvre s’adaptent à toutes les configurations. On a fait la cuisine, le grand hall d’entrée qui se développe sur 2 niveaux, les chambres, les salles de bains. Les propriétaires ont pu mettre en place tous leurs objets de décoration pour une mise en valeur des espaces et supports et leurs propre mise en valeur.

NOTA : Visuels ©LezardsCreation.fr

Pour aller plus loin avec l’entreprise Barbaux Bâtiment

  • Voir la galerie photos (Visuels ©LezardsCreation.fr)

intérieur à la chaux chantier barbaux batiment 02

 

Pour toutes précisions

  • Entreprise Barbaux Bâtiment – 2001 Route de Xertigny, 88370 Plombières-les-Bains – www.barbaux-batiment.com
  • Contact Tradical® : Jean-Michel Sementery, Conseiller Technique, tél : 06 87 44 01 27
Restauration béton de chanvre

Restauration béton de chanvre par un Maître artisan

Henri Boige a intégré le biosourcé comme une évidence dans cette restauration béton de chanvre. Ou comment marier gros-œuvre et isolation naturelle comme une évidence.

Interview de Mme Boige le 23 05 2018 par BCB Tradical® et intervention de Mr Henri Boige le 13 Juin à la 6ème Rencontre Régionale  Tradical® à Sayat (63)

 

BCB : Il s’agit ici davantage d’une reconstruction que d’une restauration

Henri Boige : On est parti d’un tas de pierre. On a déposé ce qui restait de la toiture de cette ancienne maison vigneronne. On a réutilisé ses pierres en les complétant avec des pierres de démolition.

 

BCB : La place de la chaux dans cette aventure ?

HB : On a tout rebâti à la chaux. Et quand il ne s’agissait pas de murs, on a utilisé du béton de chanvre en toiture, en Doublage intérieur, en extérieur.

Chaque solution à la chaux trouve sa place pour bâtir ou isoler

BCB : Le registre de votre intervention est donc très étendu sur ce chantier

HB : On a reconstruit des murs, posé des têtes de murs, modifié ou créé des ouvertures, en respectant les modes opératoires locaux. On a également recréé une génoise sur 3 rangs en gérant l’arrondi pour passer de la façade principale à la façade latérale. On réalise même de la fausse pierre avec une formulation « maison » à base de ciment, que nous retaillons à la boucharde, et dont le résultat est à s’y méprendre ! Technique employée pour cette maison au niveau des chaines d’angles et du poteau présent sur la terrasse.

BCB : Vous innovez également pour la partie Restauration béton de chanvre ?

HB : Pour apporter le meilleur confort thermique à la maison, nous avons mis en place un plancher béton standard mais pour lequel nous avons réalisé un hourdi en béton de chanvre. L’objectif étant d’éviter la perte de chaleur à l’étage. Ce principe permet aussi d’isoler le vide sanitaire.

 

BCB : Vous avez intégré le béton de chanvre pour d’autres phases du chantier ?

HB : On l’a utilisé en toiture. De fait, quand nous avons réalisé la charpente, on a posé des lambris pour faire office à la fois de sous-face finie et de coffrage perdu pour recevoir l’isolation toiture en béton de chanvre.

Nous avons utilisé ce même matériau biosourcé pour isoler par l’extérieur certains murs des façades recevant une finition à la chaux. De même en intérieur où quelques parois recevaient un doublage isolant béton de chanvre, tandis que d’autres murs étaient jointoyés ou enduits.

 

BCB : Que représente ce chantier pour vous ?

HB : Le chantier s’est déroulé sur 3 à 4 années. On en a fait la vitrine de nos savoir-faire en utilisant de très nombreuses techniques ajustées aux ouvrages à réaliser. À noter que le béton de chanvre en projection machine se planifie comme n’importe quelle autre opération.

 

Fiche chantier Restauration béton de chanvre

  • MOA : privé
  • MOE : AML ARCHITECTURE  – Anne Marie LOPEZ
  • Entreprise : Henri Boige | www.boigehenri.com
  • Travaux réalisés :
    • Maçonnage : Tradical® PF 55 + sable local | Chaux de classe FL B 5, conforme à la norme des chaux de construction NF EN 459.
    • Isolation thermique : Béton de chanvre Tradical®.
    • Tradical® Thermo + Chanvribat® | masse volumique 280 kg/m3 |λ = 0.076 W/m.k |classement au feu B-S1, d0 (valeurs certifiées).
    • Enduit à la chaux : Tradical® PF 80 + sable local | Chaux de classe FL A 2 , conforme à la norme des chaux de construction NF EN 459.

Pour aller plus loin : Portrait de Henri Boige

Votre contact
Mickaël Sartout : Conseiller Technique Tradical®, tél 06 07 40 61 06, mickael.sartout@lhoist.com

amélioration acoustique

Amélioration acoustique et béton de chanvre

Le béton de chanvre pour l’amélioration acoustique d’une cantine scolaire. Guillaume Thoinet a restauré de main de maître cet espace que l’on sait d’ordinaire bruyant, en conservant sont cachet unique.

6è Rencontre Régionale Tradical® : intervention de Guillaume Thoinet, le 13 Juin 2018

 

BCB : Comment se présente le lieu ?

Guillaume Thoinet : Dans cette école de Riom, la cantine est composée de 3 salles distinctes. Le lieu est classé

 

BCB : Quel avantage apporte le béton de chanvre par rapport à d’autres solutions ?

GT : On a tout simplement pu s’adapter avec une grande facilité à la géométrie des pièces. Si on avait mis en place un faux plafond classique, on aurait fait disparaitre les voutes. De plus le positionnement des plaques de plâtre aurait contraint à modifier les ouvertures. Bref que des points négatifs, avec une perte d’identité pour conséquence.

 

Avec le béton de chanvre, respect parfait des formes, des ouvertures

 

BCB : le choix de la solution arrêté, quel a été le déroulé du chantier ?

GT : Nous avons traité 220 m² en doublage isolant béton de chanvre, en 8 cm d’épaisseur, puis complété par 3 cm d’enduit hygrothermique. Le doublage isolant s’est fait en Décembre sur 3 semaines (de la préparation à la mise en place), en projection mécanique. Puis nous avons enchainé la finition en Janvier.

 

BCB : Avez-vous rencontrez des difficultés particulières ?

GT : Il nous a fallu procéder à un réglage précis de la machine pour la projection du béton de chanvre sur les voutes, afin de disposer d’une adhérence parfaite du mélange sur le support.
En dehors de ce point, tout est simplifié au contraire, puisque ce matériau nous permet d’épouser les formes et enlève du coup toute les contraintes dimensionnelles qu’on aurait pu rencontrer avec des solutions classiques.

 

BCB : Quels sont les retours concernant l’amélioration acoustique ?

GT : On a constaté à la réception de l’ouvrage une très forte amélioration dans ce domaine. La livraison est récente, donc on attend avec impatience un retour après ces quelques mois d’utilisation.

Pour en savoir plus sur Guillaume Thoinet : son portrait 

Fiche chantier

  • MOA : public
  • Entreprises : Guillaume Thoinet – 63410 Manzat – son Facebook
  • Avec l’appui de l’entreprise de Laurent Seguin
  • Isolation thermique et phonique : Béton de chanvre Tradical® en Doublage isolant
    • Tradical® Thermo + Chanvribat® | masse volumique 280 kg | l : 0,076 W/m.k | classement au feu B-s1, d0 (valeurs certifiées)
    • Enduit hygrothermique : Tradical® Bâtir + Chanvribat® | classement au feu A2-s1, d0 (valeur certifiée)
isoler ses combles

Isoler ses combles pour être au frais naturellement

La toiture est source de perte d’efficacité thermique en hiver et en été. Donc isoler ses combles est l’acte premier à réaliser en rénovation. Avec comme conséquence immédiate de réduire fortement le coût énergétique en supprimant le besoin de climatisation en été.

Nous avons échangé sur le sujet avec Dominique Burg, un spécialiste de la rénovation écomatériaux, établi aux portes du Quercy. Ce territoire préservé écologiquement l’a amené tout naturellement sur les solutions bétons de chanvre, pour être en phase avec l’engagement de ses clients.

Il construit également. La maison en cours est l’occasion pour lui de tester différents modes opératoires pour gagner en efficacité chantier avec ce type de matériau.

  • 1/2 Entreprise SEE Burg
  • Interview de Dominique Burg le 14 05 2018 : BCB Tradical®

 

BCB : Pourquoi vous accordez une telle importance à la qualité d’isolation des combles ?

Dominique Burg : Dans notre région, le facteur ensoleillement est important avec des températures moyennes en été autour de 30°C. Donc pour gagner en confort, je milite pour la mise en place d’une isolation efficace en cette période qui soit capable de neutraliser la surchauffe.

Bénéficier de combles aménagés confortables à vivre est un vrai plus pour un propriétaire. Et ma démarche consiste justement à proposer une solution sans impact environnemental, et sans coût énergétique.

Le béton de chanvre dans ces conditions est la réponse idéale pour isoler ses combles.

 

BCB : Vous aviez essayé d’autres solutions sur de précédents chantiers ?

DB : J’ai utilisé effectivement des isolants légers, ouate, laine…mais cela ne fonctionne pas en été. Si on ne dispose pas de climatisation, les combles aménagés ne sont pas utilisables. En sachant que la climatisation demande un entretien important. Et climatiser implique de la consommation énergétique.

On ne peut pas consommer plus d’énergie en été qu’en hiver. La question qui se pose est bien celle du comment refroidir. Les gens cherchent une qualité de vie dans le bâti.

Et le béton de chanvre est aussi efficace en été qu’en hiver

 

BCB : Comment organisez-vous la mise en œuvre ?

DB : Nous profitons de ce chantier pour tester des modes d’applications différents. Toujours dans l’objectif de l’efficacité chantier. Ainsi nous avons comparé les temps de mise en œuvre entre une solution projection machine du béton de chanvre et une préparation en centrale à béton mobile + mise en place avec un godet télescopique.

 

BCB : Quelles différences notoires ressortent de ces 2 process ?

DB : Pour la projection machine nous avons mis le matériel en hauteur afin de diminuer la longueur de tuyau et de le laisser le plus horizontal possible. Et ce, afin de disposer du meilleur rendement possible qui est de 3 m3/h.

Pour la centrale à béton mobile, on fonctionne complètement différemment puisqu’on prépare une grosse quantité de béton de chanvre, jusqu’à 40 m3 à l’heure. Le mélange chaux Tradical® + chanvre Chanvribat® + eau est très qualitatif. Le rendement réel étant cadencé ici par le rythme de mise en place du béton de chanvre en toiture

 

BCB : Comment traitez-vous l’aspect coffrage perdu ?

DB : Là aussi, j’en profite pour tester 2 solutions bien différentes. Dans un cas j’ai un coffrage perdu réalisé avec des panneaux type panneau hauteur d’étage. L’avantage est qu’on peut réaliser directement la finition sur ces supports. Dans le 2è cas, j’ai fait mettre en place des voliges en peuplier. Ce support est plus résistant, et présente également l’avantage de dissocier la finition du coffrage perdu et donc de la mise en œuvre du béton de chanvre

 

BCB : Vous vous êtes également programmé pour les autres composantes de la maison ?

DB : Nous allons comparer les 2 types de mises en œuvre également pour la réalisation des murs isolants sur 120 m² et des chapes isolantes en béton de chanvre Tradical®. Nous mettrons en place une finition extérieure enduit chaux + sable. En intérieur, nous allons panacher enduits chanvre hygrothermique et enduits terre + chaux. Le chauffage sera assuré par un poêle de masse.

Et la maison sera bientôt prête pour démontrer toute son efficacité aussi bien cet été que dans les saisons à suivre

 

Fiche Chantier 

  • MOA et MOE : Dominique Burg
  • Commune : Saillagol (dpt 82)
  • Surface : 160m2,
  • Altitude : 300 m
  • Zone climatique : H2c
  • Isolation : Béton Chanvre Tradical® application Toiture / Mur / Chape
    • Avec Tradical® Thermo + Chanvribat®
      • Couple de matériaux validé et conforme aux exigences performantielles demandées par les règles professionnelles
      • Classement au feu certifié
      • Lambda certifié de 0.056 W/m.k pour isoler ses combles et 0.076 W/m.k en mur

 

Pour aller plus loin avec l’entreprise SEE Burg

Pour toutes précisions

  • Entreprise SEE Burg – Saillagol (dpt 82) – www.burg-construction.com
  • Contact Tradical® : Frank de Barros, Conseiller Technique, tél : 06 71 93 81 32
Maison en chanvre

Quand un charpentier rencontre le béton de chanvre

Maison en chanvre : O. Emanuel est un passionné de la construction. Sa ligne de conduite: l’écoconstruction pour laisser un environnement plus sain aux générations futures. Il  a conçu et construit sa maison presque tout seul. C’est un bâtiment contemporain en ossature bois et isolation béton de chanvre. Il a à cœur d’utiliser des matériaux sains, locaux et durables. Tout le bois qu’il a utilisé provient du Morvan.

« La meilleure façon d’avoir exactement ce que je voulais, c’était de construire moi-même ma maison. Construire c’est mon métier et ma passion ! »

  • 1/2 Oscar Emanuel
  • Interview d’Oscar Emanuel le 23 04 2018 : BCB Tradical®

BCB : Qu’avez-vous fait sur ce chantier ? Où en êtes-vous?

OE : J’ai commencé la construction de ma maison en août 2017. Aujourd’hui la maison est hors d’eau, et je suis en train de poser les fenêtres et les portes.

J’ai presque tout réalisé : le relevé de terrain en 3d, la conception des plans 2D, 3D. l’étude concernant tous les matériaux, les commandes et l’établissement du budget. J’ai construit moi-même le gros œuvre, la charpente, les enveloppes -mur et toit-. En résumé, j’ai été architecte, maître d’œuvre et constructeur.

 

BCB : A qui avez-vous fait appel et pourquoi ?

OE : Mon voisin a construit aussi lui-même sa maison donc il m’a beaucoup aidé. Ensemble, nous avons fait les cadres pour les fenêtres et l’ossature pour le béton de chanvre.

J’ai également des amis qui m’ont aidé pour la maçonnerie car en Août les entreprises étaient fermées.

 

BCB : Comment sont constitués vos murs  isolants ?

OE : J’ai procédé pour partie comme je le fait habituellement, en réalisant une enveloppe de panneaux de fibres de bois, côté extérieur des parois. Je peux ainsi l’utiliser pour le coffrage du béton de chanvre que je mets en œuvre par l’intérieur. L’ossature bois

 

« Quand on pose du béton de chanvre, si on a un bon coffrage on peut faire un mur très droit avec une très belle finition »

 

BCB : Pourquoi avoir utilisé du béton de chanvre sur cette construction ?

OE : J’adore le béton de chanvre pour toutes ses qualités et ses caractéristiques : hygroscopique, sain pour l’environnement intérieur, pour la masse thermique, c’est un bon isolant ! Et je l’utilise aussi pour le contreventement.

 

BCB : Une spécificité de ce chantier ?

OE : Les grands poteaux de bois sont noyés dans le béton de chanvre. Ils sont ainsi recouverts par au moins 50 mm de matière. Comme ça le béton de chanvre aide à faire contreventement. Ce ne sont pas les normes qu’utilisent les ingénieurs !

De plus, à chaque fois que je le peux, j’utilise des matériaux écologiques comme sur ce chantier.

 

BCB : Pour vous, c’est la qualité des matériaux avant tout ?

OE : Oui, j’utilise un bois « vert », qui n’est pas du tout sec. L’avantage de ce bois est qu’il est beaucoup moins dure pour les outils, donc plus facile à travailler. C’est assez inhabituel d’utiliser du bois vert pour une construction, mais je ne vois pas de raison de ne pas l’utiliser : il est stable, apporte une esthétique unique et il est « fondu » (technique du japon). C’est aussi 4 fois moins couteux que du bois sec.

Le bois que j’ai choisi ne bouge pas en longueur mais uniquement en épaisseur. Et même la galerie poteaux/vitres qui est en bois vert ne bouge pas du tout.

 

BCB: Avec quoi allez-vous recouvrir le béton de chanvre par la suite ?

OE : Je pense appliquer un enduit naturel à la chaux. Je vais aussi laisser le béton de chanvre tel quel à certains endroits pour garder l’aspect brut de ce matériau.

 

BCB : À quels imprévus avez-vous dû faire face durant cette construction ?

OE :

  • Pour le béton de chanvre, j’ai mis moins d’eau dans le mélange et je trouve cela nettement préférable pour moi.
  • Au début du chantier, quand nous avons creusé pour faire les fondations, nous sommes tombé sur du granite !
  • Les plans de bases ont beaucoup évolué et changé pendant la construction, il faut dire que je suis un client exigeant !

 

BCB : Vous utilisez des panneaux solaires. Quels matériaux sont utilisés pour isoler le toit ?

OE : La surface de toit sud est entièrement constituée de panneaux solaires intégrés.

Pour le toit, j’ai choisi de l’isoler avec de la laine de bois et de la ouate de cellulose. Le chantier est vite sec, c’est ce qu’il faut pour des particuliers. Mais c’est plus intéressant d’utiliser le béton de chanvre, c’est sans hésiter ce que je ferai pour ma prochaine toiture.

 

BCB : Combien de temps a pris chaque étape ?

OE :

  • Terrassement : 3 semaines
  • Fondations : 3 semaines
  • Ossature bois/charpente : 4 semaines (en parallèle avec les fondations)
  • Béton de chanvre Tradical®: 15 jours pour 50 m3 à 4 personnes
  • Menuiseries : je les pose en ce moment
  • Couverture : 4 semaines
  • Les sols et l’escalier : 3 semaines

 

BCB : Est-ce que le béton de chanvre est un matériau facile à travailler ?

OE : Oui c’est très facile et  très léger, ça m’a surpris ! Pour la dernière maison que j’ai réalisée, mes parents et ma femme ont même pu m’aider, c’est dire comme c’est à la portée de tous. Le chanvre permet un chantier très léger ce n’est pas comme le béton traditionnel. À 4 personnes nous avons fait 50m3 de béton de chanvre en deux semaines, c’est assez rapide.

 

Fiche Chantier

  • MOA et MOE : O. Emanuel
  • Commune : Jalogny, dept Saône et Loire
  • Surface : 160m2,
  • Altitude : 240 m
  • Zone climatique : H1c
  • Isolation : Béton Chanvre Tradical® application mur isolant avec
    • Tradical® Thermo + Chanvribat®  : Couple de matériaux validé et conforme aux exigences performantielles demandées par les règles professionnelles/classement au feu certifié/lambda de 0.076 W/m.k certifié

 

Pour aller plus loin avec l’entreprise Oscar Emanuel

Pour toutes précisions

  • Entreprise Oscar Emanuel – 71250    JALOGNY – oscaremanuel@icloud.com
  • Contact Tradical® : Jean-Michel Sementery, Conseiller Technique, tél : 06 87 44 01 27
dapibus Phasellus ut justo Donec in